Histoire de pailles

Vendée Les Sables d’Olonne – C’est osé: à bas les pailles!

Vendée Les Sables d’Olonne – C’est osé: à bas les pailles!


 

« A bas les pailles! » – Pas du tout une apostrophe à l’égard d’hommes politiques… Il s’agit d’une démarche citoyenne.
Au sein d’une association « Tous dans l’même bateau » il a été décidé de lancer une opération « Un été sans paille » aux Sables d’Olonne !
Objectif: bannir l’utilisation des pailles et donc proposer une alternative avec des pailles en carton.
Sur environ 220 établissements, 40 ont déjà décidé de participer. Mais tous peuvent rejoindre l’escadron de lutte contre la pollution plastique: unetesanspaille@gmail.com

Des chevalets pour inciter aux boissons sans paille

Des affichettes ont déjà été réalisées et des chevalets de table sont disponibles.
La Ville des Sables d’Olonne soutient l’initiative, cherchant elle-même à se débarrasser de tous ces plastiques inutiles: pailles, mélangeurs, gobelets etc… L’affaire est loin d’être bouclée tant notre environnement est rempli de ce plastique et du fait de nos habitudes.
La lutte commence par les pailles. Le reste n’est que volonté.

Une transposition des règles pour 2021
Les Sables d’Olonne avance sur le sujet en développant l’action citoyenne contre ces déchets qui mettent 450 ans à se dégrader et qui polluent fortement toutes les plages. Imaginez qu’il y a des établissements de plage qui diffusent jusqu’à 20.000 pailles durant l’été! Les objets les plus polluants sont les couverts, les assiettes, les pailles, les gobelets et contenants, les touillettes, les cotons-tiges et les tiges pour ballons de baudruches: ils représentent 70% des déchets qui s’échouent sur les plages ou « naviguent » sur les océans.
Des milliards de micro-plastique se mêlent aux grains de sables sur les plages! Un véritable fléau. 25 millions de tonnes de détritus en plastique sont produits tous les ans en Europe!
Et ce sont rien qu’en France plus de 3,2 milliards de pailles qui sont utilisés par an (ce chiffre ne concerne que les fast-food, il faudrait donc ajouter les bars et restaurants dont nous n’avons pas les statistiques)!
La directive européenne devra être transposée dans les textes français avant 2021. Et en 2020, les cotons-tiges en plastique seront interdits en France grâce à une loi sur la bio-diversité datée de 2016.

Le code de l’environnement (français) prévoit la fin « des gobelets et verres ainsi que les assiettes jetables de cuisine pour la table entièrement composées de plastique, à l’exception des gobelets et verres qui ne sont pas en polystyrène expansé lorsqu’ils sont compostables en compostage domestique et constitués, pour tout ou partie, de matières biosourcées » au 1er janvier 2020.
La fin « pour les pailles à l’exception de celles destinées à être utilisées à des fins médicales, assiettes autres que celles mentionnées au 1° y compris celles comportant un film plastique, couverts, bâtonnets mélangeurs pour boissons, contenants ou récipients en polystyrène expansé destinés à la consommation sur place ou nomade, bouteilles en polystyrène expansé pour boissons, tiges de support pour ballons et leurs mécanismes à l’exception des tiges et mécanismes destinés aux usages et applications industriels ou professionnels et non destinés à être distribués aux consommateurs » au 1er janvier 2021.

La problématique financière
Même si le budget alloué aux pailles n’est pas la première ligne du budget, certains vont forcément renâcler car une paille en carton coûte huit fois plus cher qu’une en plastique. Un dispositif financier sera donc mis en place permettant dès le 1er juillet des aides jusqu’à 3000 € afin d’alléger la facture. Un apport financier pour devenir la 1ère grande ville française à vivre sans pailles durant l’été.

Cet été, ce sera donc zéro pailles aux Sables d’Olonne pour les 200.000 ou 300.000 touristes et baigneurs (la ville compte 45.000 habitants).
L’été, le soleil tape fort. Mais pas d’inquiétude, d’après nos sources, les chapeaux de paille resteront autorisés…

Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais


 

À propos Le Reporter sablais

Un commentaire

  1. enfin ! car au delà de l’impact visuel et mécanique, il faut savoir que les plastifiants, les phtalates sont couramment utilisés comme additifs des matières plastiques pour les rendre souples : ce sont des perturbateurs endocriniens :  » prévention des risques des perturbateurs endocriniens  » : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=507

Laisser une réponse

x

Check Also

La Roche-sur-Yon Vendée – Géant ! Déjà près de 10.000 Joséphine inscrites pour la 5ème édition le 22 septembre 2019

      La Joséphine, 5ème édition de cette course et marche 100% féminine au profit de la Ligue contre le Cancer. ...