Joël Mercier, maire du Château d'Olonne

Fusion Ville nouvelle des Sables d’Olonne – Joël Mercier intervient à quelques heures du Conseil municipal

Fusion Ville nouvelle des Sables d’Olonne – Joël Mercier intervient à quelques heures du Conseil municipal





Communiqué dans sa version « in extenso » (complète). L’ensemble des éléments, Dunes du littoral, Conseil municipal du Château, Fusion etc.. fera l’objet d’un article spécifique du Reporter sablais à l’issue du Conseil.

____________
Communiqué
_

« Le Conseil municipal du Château d’Olonne sera appelé à délibérer sur la création de la Commune nouvelle au 1er janvier 2019.
Ce vote constituera un événement historique.
Ce terme si souvent galvaudé prend ici tout son sens : oui il s’agit bien d’un événement historique puisque nos trois communes, issues de la Révolution française, sont appelées à disparaître. Et c’est une nouvelle collectivité qui verra le jour le 1er janvier prochain.

Je le répète et j’insiste, cette Commune nouvelle ne sera pas simplement l’addition de nos trois communes respectives. Ce sera une collectivité naissante, porteuse d’ambitions nouvelles pour notre territoire et ses habitants.

1. La délibération soumise au vote du Conseil municipal du Château d’Olonne me réjouit à plusieurs titres:

Elle me réjouit car le cap et les promesses qui ont toujours été les miens et ceux de mon équipe ont été tenus.

  • Je suis satisfait tout d’abord car la création de la Commune nouvelle au 1er janvier 2019 résulte de l’avis favorable exprimé par la population du Château d’Olonne que nous avons consultée en décembre 2016, conformément à mon engagement de campagne de 2014.
  • Je suis satisfait surtout que la population ait pu échapper à une fusion bancale et étriquée à deux communes, un projet insensé un temps échafaudé dans notre dos, et à l’instruction jusqu’à l’automne 2016.
  • Je suis tout aussi heureux et satisfait de ne pas avoir cédé à la forte pression de certains élus et de groupes aussi divers que variés qui nous sommaient de simplement fixer une date de fusion. Pour eux, la préparation de la Commune nouvelle n’était que secondaire et accessoire au fond. Je le redis : faire croire à nos administrés que la création d’une Commune nouvelle opérationnelle se fait d’un coup de baguette magique, est un leurre. J’en veux pour preuve le travail considérable réalisé depuis 18 mois pour bâtir l’organisation de la future commune. Sans ce travail préparatoire, qui se poursuit et se poursuivra aussi en 2019, la fusion aurait été à coup sûr un échec. Ma détermination n’a qu’un objectif : la réussite de la Commune nouvelle.
  • Je suis enfin satisfait d’avoir demandé et obtenu que les 99 conseillers municipaux démocratiquement élus par nos populations en mars 2014 puissent siéger au futur Conseil municipal des Sables d’Olonne le 1er janvier prochain, et ce, jusqu’aux prochaines élections municipales de 2020. Je me suis battu pour que cette option dérogatoire et provisoire soit retenue. Sinon, chaque habitant et chaque citoyen doit le savoir, tous les élus d’opposition et une partie de ceux des majorités auraient disparu. Pour moi, c’était inconcevable en termes d’éthique démocratique.2. Cependant, ma satisfaction aurait pu être encore plus grande si nous étions parvenus à acter de manière transparente, un accord de gouvernance et à rendre publics les projets à mener jusqu’au terme de ce mandat.

    En matière de gouvernance :

  • Nous allons voter non seulement pour la création de la Commune nouvelle, mais aussi pour la création de trois communes déléguées. La loi prévoit que les maires des trois communes historiques seront, de droit, maires délégués pendant ce que la loi qualifie de période transitoire. Autrement dit, cette période transitoire, qui court du 1er janvier 2019 au printemps 2020, constitue bien une période inédite. Il s’agit bien d’une parenthèse démocratique entre deux exercices de pleine souveraineté populaire qu’il nous faut anticiper. Je m’inscris en faux contre ceux qui veulent faire croire que l’élection du maire et de ses adjoints relèverait d’une absence de préparation, pire, du hasard des alliances de circonstances.
  • Ainsi, le prochain maire qui sera élu le 2 janvier devra se rappeler qu’il ne dispose en aucun cas du socle démocratique représentatif des 45 000 habitants. Le prochain maire devra donc être en capacité d’assurer le lancement de la commune nouvelle ET d’accompagner la transition. Les mois qui nous sépareront des prochaines élections municipales ne doivent pas être confisqués au profit d’une personnalité et d’une équipe animés d’un autre but. En clair, 2019 ne doit pas être un tour de chauffe en vue de l’échéance de 2020.
  • De la même manière, j’estime que, pour cette période transitoire, le maire de la Commune nouvelle devra être entouré d’une équipe représentative des équipes élues en 2014, issues des 3 communes historiques et en charge de la conduite des affaires publiques pour la période 2014 – 2020. Une autre composition ne serait ni légitime, ni respectueuse du vote de nos concitoyens. Elle relèverait d’arrangements personnels de circonstance méprisant et dénaturant le vote populaire de 2014.
  • Concrètement, je plaide pour que le maire de la Commune nouvelle travaille aux côtés d’adjoints expérimentés issus des trois communes actuelles et proposés par les maires actuels. Combien seront-ils ? 4, voire 5 comme il a été imaginé un temps. Leur expérience, leur connaissance des dossiers ne seront pas de trop dans le lancement de la nouvelle commune. Quant aux communes déléguées, j’ai proposé, tout comme Didier Gallot, qu’elles soient administrées par le maire délégué et les adjoints qui n’auront pas rejoint l’exécutif de la Commune nouvelle. La connaissance de leur territoire ne pourra être qu’un atout dans la mise en place de la Commune nouvelle.
  • Je refuse le procès selon lequel les adjoints en place seraient attachés à leur écharpe et leur indemnité. Voilà un propos démagogique qui nourrit l’infâme « tous pourris » dont on voit à quelles dérives il aboutit. Au Château d’Olonne, hormis le maire, seuls 8 élus sont indemnisés. Leur seul moteur est celui de l’intérêt général et du service à la collectivité.Sur les projets :
    Le refrain que l’on entend depuis quelques temps et selon lequel « les élus passent, les territoires restent » est malheureusement incomplet. Oui les territoires restent, mais une telle affirmation, c’est aussi oublier volontairement de préciser que les territoires sont façonnés par les projets que portent justement les élus et pour lesquels ils ont été élus par les citoyens.

      • Ainsi, la nécessité d’anticipation et de transparence que je souhaite en matière de gouvernance de la commune nouvelle vaut aussi pour les projets.
      • À cinq mois et demi de la création de la Commune nouvelle, où en est-on ? Après un travail de recensement des projets et des investissements prévus sur chacune de nos trois communes, nos services travaillent désormais à établir plusieurs scénarios prenant en compte les capacités d’investissements et de désendettement de la future Commune des Sables. En fonction du scénario retenu, certains projets prévus pourront être réalisés, ou reportés.
      • Je souhaite que tous les arbitrages soient réalisés au début de l’automne et portés à la connaissance de notre population qui a le droit de savoir ce qui concerne son cadre de vie et l’avenir du territoire. »
        .
        Joël Mercier,
        le 16 juillet 2018




 

À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Vendée Les Sables d’Olonne – Combien gagnera le prochain Maire des Sables d’Olonne ? Enquête.

Vendée Les Sables d’Olonne – Combien gagnera le prochain Maire des Sables d’Olonne ? Enquête. Booking.com   Le 2 janvier 2019, la ...