Au centre, Nicolas Sarkozy, à droite Yannick Moreau

Yannick Moreau tente d’expliciter son soutien à Sarkozy

Après la récente réunion des Républicains à La Baule, l’actualité s’est emparée des enquêtes judiciaires visant Nicolas Sarkozy. Cela a rafraîchit l’enthousiasme de plus d’un soutien à l’ancien Président de la République. Quant aux Français, bon nombre s’exaspèrent de voir Sarkozy tenter de revenir alors qu’ils considèrent son mandat présidentiel comme un échec. 

Dans un récent communiqué, le député de la Vendée littorale Yannick Moreau expliquait ce qui l’avait conduit à soutenir Sarkozy pour la Primaire LR/Centre. Nous avions alors montré combien ce soutien paraissait choisi uniquement « par défaut » . (Lire notre article: http://www.lereportersablais.com/primaires-lr-centre-pour-la-presidentielle-le-depute-yannick-moreau-prend-position/)
Aujourd’hui Yannick Moreau va plus loin ; il tente d’expliciter sur un réseau social sa démarche avec un titre qui montre la perplexité de son entourage, de ses propres soutiens et des gens de sa circonscription : « AVIS À TOUS CEUX QUI COMPRENNENT MAL MON SOUTIEN À NICOLAS SARKOZY »

Il explique tout d’abord que ce qui guide son choix est « le seul intérêt de la France » , qu’il demeure un homme libre et que donc ses convictions personnelles ne sont pas solubles. Ce qui signifie que, quel que soit le choix politique qu’il a fait en 2013 en rejoignant « Les Républicains » et quel que soit le candidat choisi, il conserve ses propres convictions.
Il énumère alors les différentes perspectives qui s’offrent aux Français :
– le FN pour reconstruire et relever le pays ? Il n’y croit pas estimant même que ce serait « une impasse dangereuse qui accélérerait le déclin de notre pays » .
– la gauche et ses nouvelles têtes « macronisées » ? : « le socialisme a fait beaucoup plus de mal à la France au cours des quatre dernières années que toutes les erreurs ou renoncements de la droite et du centre depuis la Vème République » estime-t-il.

A LIRE  Saint-Martin-des-Noyers Vendée. Un véhicule diesel prend feu: toute la circulation coupée sur la route de La Ferrière

Son argument suivant relève du dépit politique et explique ce qui l’a amené à soutenir Sarkozy. Il l’énonce en s’adressant à ceux qui sont dans l’incompréhension de son choix : « Vous rêvez d’un autre candidat, jeune, nouveau, inspiré, à la fois moderne et fidèle aux valeurs traditionnelles de la droite française ? Moi aussi j’en rêve mais, malheureusement, ce candidat n’est pas en lice (…) »
Selon lui, c’est l’intérêt national qui l’amène à soutenir Nicolas Sarkozy car Yannick Moreau estime « que l’avenir de la France sera en de meilleures mains si ce sont Les Républicains qui réussissent à conquérir la confiance des Français » .
Et comme il l’avait annoncé dans son récent communiqué, seuls deux candidats peuvent porter l’espoir de l’alternance : Alain Juppé et Nicolas Sarkozy.  Et pour Yannick Moreau, « il n’y a pas photo, ce sera Sarkozy » .
Certes, il n’est pas d’accord sur tous les sujets avec Sarkozy, assure-t-il, mais dans les moments difficiles que vit la France, le député Yannick Moreau estime que notre pays « a besoin d’un chef énergique, courageux et expérimenté » .
Et si la droite était élue, « ce serait alors l’HEURE DE VERITÉ (…) la dernière occasion de réformer et relever notre pays » .
Yannick Moreau finit son argumentation en précisant que son choix « est une décision réfléchie et exigeante pour faire gagner la France » .
Restent à savoir si cette mise au point fera cesser les doutes autour de ce soutien, et surtout, mais nous ne le saurons que le 20 novembre 2016, si Sarkozy réunira les suffrages nécessaires auprès des Républicains et Centristes pour se présenter à la Présidentielle.
Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais
(photo : DR)

À propos Le Reporter sablais

Un commentaire

  1. pas de bol il n a pas choisi le bon cheval .

Laisser une réponse

x

Check Also

FRANCE. Statistiques: Bilan 2019 de la délinquance en France

  Le Service statistique de la sécurité intérieure vient de publier le bilan « Insécurité et délinquance » pour l’année 2019. En ...