Mairie Les Sables d'Olonne

Les Sables-d’Olonne Vendée. Municipales 2020: les coulisses du CLASH entre Brigitte Tesson et Claire Legrand




 

 

Les Sables-d’Olonne Vendée. Municipales 2020: les coulisses du CLASH entre Brigitte Tesson et Claire Legrand

1er tour: 15 mars 2020 – 2ème tour: 28 juin 2020.
Mardi 2 juin 2020: dépôt des listes en Préfecture.

Des élections, cela peut s’apparenter à un film. Il y a l’acteur principal, les seconds rôles et parfois un jeune premier.
Pendant la première partie du film, on s’approprie progressivement l’histoire présentée, son déroulement et on découvre les personnages.
En fonction du comportement des uns ou des autres, on penche plutôt en faveur de tel acteur ou telle actrice parce qu’il ou elle joue son rôle à la perfection ou parce que ses idées emportent notre adhésion.
C’est souvent lorsque le suspens est à son comble que retentit la sonnerie de l’entracte.
Autour d’un verre, les discussions vont alors bon train sur le scénario et l’intrigue.

Une élection à deux tours comporte bien des ressemblances avec un film, des intrigues, et un suspens insoutenable….en raison des possibles alliances.
Avec une différence d’importance, dans une élection le scénario n’est pas écrit à l’avance, il va se construire au fur et à mesure de l’entracte politique de l’entre deux tours.
Avec parfois des rumeurs détonnantes comme peut l’être un pop corn qui éclate….

Au cinéma, il y a l’histoire qui est projetée et que va découvrir le public. Mais entre le tournage et la projection, il y un travail d’importance, le montage !
De nombreuses coupes sont réalisées. Des rushs qui présentent tout leur intérêt.

On a découvert une bobine de pellicule de l’entre deux tours des Municipales.

Le titre en est: « Les Sables-d’Olonne Vendée. Municipales 2020: les coulisses du CLASH entre Brigitte Tesson et Claire Legrand ».

Moteur…..

Les relations entre Brigitte Tesson et Claire Legrand n’ont jamais été au beau fixe, il y a toujours eu des hauts et des bas, et plutôt des bas.
En 2008, Brigitte Tesson était sur la liste de Louis Guédon, liste gagnante, et Claire Legrand fut élue sur une liste d’opposition.
Pour les municipales 2014, Claire Legrand se trouvait sur la liste de Didier Gallot. Et la liste de Brigitte Tesson a fusionné avec celle de Didier Gallot.
Brigitte Tesson fut 1ère adjointe, et Claire Legrand adjointe à la Culture. Elles se sont croisées… ce qui n’empêche pas Brigitte Tesson d’indiquer que travailler avec Claire Legrand « ne m’a posé aucun problème. »

Brigitte Tesson

Au regard de cette particularité, Jean-Luc Tesson, l’époux de Brigitte, qui a suivi attentivement la campagne cherchait dès avant le 1er tour une parade.
En effet, tout le monde savait qu’il serait impossible dans ces conditions à Brigitte Tesson et Claire Legrand de diriger conjointement la Ville.
Brigitte Tesson apporte la réponse: « J’avais dit que si Claire Legrand avait un meilleur score que moi au 1er tour, je me désistais. Je l’ai dit officiellement aux deux équipes ainsi qu’à Stéphane Buchou* »
(NDLR: député LREM et donc concerné par la candidature LREM de Claire Legrand).

Le message est clair de ce côté. L’impossibilité de gouverner à deux entraîne une proposition de désistement à l’avantage de celle qui a le meilleur score.
Mais, un premier hic se pose. C’est que Claire Legrand et LREM n’envisagent pas du tout de faire de même.
« On ne m’a pas donné la réciprocité » déclare Brigitte Tesson.

Claire Legrand confirme qu’il y a eu des échanges avant le 1er Tour « qui présageaient de difficultés à venir. »
Et elle explique à propos d’un éventuel désistement: « Si j’avais dis à mes troupes que je démissionnerai si j’arrivais 2ème, mais c’est alors l’ensemble de ma liste qui aurais démissionné, donc on n’a pas donné d’accord sur ce principe. »
C’est ainsi que dès avant le 1er tour, l’affaire prend déjà une mauvaise tournure.

A la suite du 1er Tour, démarrent les négociations. Objectif: battre Yannick Moreau arrivé en tête. Brigitte Tesson appelle Anthony Bourget: les discussions portent sur le scénario et la stratégie.

(Résultats du 1er Tour pour ceux qui se maintiennent ou font alliance: Yannick Moreau: 42,86 % – Brigitte Tesson 15,84% – Claire Legrand 13,38 % – Caroline Pottier: 10,54 % – alliance: Anthony Bourget: 5,42 %)

Brigitte Tesson annonce alors la couleur: « J’étais arrivée en tête, j’ai proposé à Claire Legrand qu’elle soit 2ème de liste et que soit pris en compte un nombre de candidats à la proportionnelle en fonction des résultats du 1er Tour. »
Mais Brigitte Tesson ajoute: « La proportionnelle, c’était normal, mais ils en voulaient toujours plus ! »

Jacques Barreteau

Face à elle, essentiellement Jacques Barreteau, ancien ingénieur ayant eu des fonctions de Directeur des Ressources humaines. Certains n’hésitent pas à penser que ce genre de compétences n’était pas la panacée pour négocier sereinement. La logique d’une dominance supposée dans un rapport de force n’étant pas vue comme la meilleure approche.
Brigitte Tesson: « J’avais en permanence face à moi une logique de l’ultimatum et la volonté du toujours plus. Ma logique était la proportionnelle mais Jacques Barreteau voulait absolument obtenir moitié / moitié. »
« Et en cas de victoire, ils voulaient obtenir la présidence de l’Agglo. Leur choix était de gérer l’Agglo en me laissant la Ville. »
De son côté Claire Legrand explique quelle était leur façon de procéder: « on s’était mis d’accord avec Jacques Barreteau, c’est lui qui négociait mais je validais à l’avance les propositions qu’il pouvait faire. Rien d’étonnant à ce qu’il soit le négociateur puisqu’il était le directeur de campagne. Jacques Barreteau, justement, par son passé sait ce qu’est une négociation. Si dans une négociation il n’y a que des exigences, ça ne peut pas aboutir. »

A LIRE  Les Sables-d'Olonne Vendée. SÉNATORIALES VENDÉE: Le Mouvement de la Ruralité appelle à voter pour la liste Bruno Retailleau

Nous demandons alors à Claire Legrand pourquoi cette logique d’obtenir moitié / moitié au lieu de la proportionnelle ? – Claire Legrand: « En 2014, il y avait 5 points d’écart entre Didier Gallot et elle, or elle a obtenu la moitié des postes; moi, je n’ai que 2,46% d’écart avec elle. La logique est de partir sur la même base… »
(NDLR – 1er Tour 2014: 22,23 % pour Didier Gallot et 16,49%  pour Brigitte Tesson soit 5,74% d’écart).

« Au début des négociations, déclare Brigitte Tesson, on m’a proposé une structure des places selon les listes, par exemple, la liste Claire Legrand avaient les places 2, 3, 5 et 10 mais ils ne me donnaient même pas les noms des personnes prévues sur ces numéros!  » (NDLR: Anthony Bourget était prévu à la 6ème place dans les propositions LREM).
Brigitte Tesson poursuit en expliquant que cette logique de négociation ne lui convenait pas, ce qui lui importait c’était de mettre les bonnes personnes au bon endroit, en fonction de leurs compétences, et afin de gouverner de la meilleure manière pendant 6 ans pour les habitants de la Ville.
« On ne peut pas négocier comme ça, en fonction d’une simple liste, et non en fonction des hommes et de leurs compétences ! »
A cette critique, Claire Legrand répond que donner des noms dans la négociation aurait posé des problèmes de positionnement. « Je souhaitais telle personne à tel endroit de la liste pour pouvoir m’appuyer sur ses compétences. Or, on voulait éviter le risque, en donnant leurs noms dès le départ, qu’ils soient rejetés comme ça, par principe, par l’autre équipe. »

 

Les négociations se poursuivront ainsi longtemps
Du côté du camp de Brigitte Tesson participeront à presque toutes les négociations: Eric Querry, François Boche, Guy Bricard, Brigitte et Jean-Luc Tesson, durant notamment 3 séances entre le 25 et le 29 mai 2020, juste avant le mardi jour de dépôt officiel des listes. Bizarrement, Anthony Bourget n’était pas invité à ces négociations, apportant pourtant ses voix. Sur 15 à 20h de négociations, il n’aura été présent qu’une heure.

« Au bout de 15 heures, sur 34 postes éligibles, Brigitte Tesson ne nous proposera que 12 postes, ce qui ne correspond donc pas à la moitié souhaitée » précise Claire Legrand.
(Note de la Revue: si grosso modo le partage à la proportionnelle donnait 22 pour Brigitte Tesson, 18 pour Claire Legrand et 7 pour Anthony Bourget, la négociation se faisait en fait à partir du nombre de postes supposés éligibles).
Pour Claire Legrand, la position de refus de Brigitte Tesson n’est que la conséquence de déceptions passées. Alors qu’elle avait permis à Didier Gallot d’être élu, certes elle avait obtenu le poste de 1ère adjointe, mais elle n’avait pas obtenu la présidence de l’Agglo qu’elle souhaitait et qui avait été attribuée au maire d’Olonne-sur-Mer, et elle n’avait jamais été mise en avant par son allié.
« Elle a été traumatisée par le peu de place que lui a consacré Didier Gallot quand elle était 1ère adjointe » confirme Claire Legrand.




 

 

La rencontre Brigitte Tesson / Stéphane Buchou
Les négociations s’embourbant, une rencontre est organisée entre Brigitte Tesson et le député LREM Stéphane Buchou.
La discussion dure 3 heures et, selon Claire Legrand, ils s’étaient accordés sur les places et les positionnements de la liste en pleine équité.
Mais peu après, toujours selon Claire Legrand, « Brigitte Tesson est revenu sur l’accord en voulant modifier la proposition validée ».

La réunion de la dernière chance
Le 29 ou 30 mai 2020, tous ont rendez-vous chez Didier Tarral. Celui-ci est un ancien architecte de la Ville des Sables d’Olonne. Ne partageant pas la politique urbanistique menée sur le Pays des Olonnes, il a pris langue avec les candidats d’opposition au maire actuel des Sables d’Olonne. En lien avec Jacques Barreteau, il se fait fort de réunir tout le monde pour mener à l’union sacrée.
La réunion commencera à 17h et durera 6 heures. Anthony Bourget, pris par ailleurs et sans doute aussi un peu désabusé par ces discussions éternelles, ne restera qu’une heure avec comme seul objectif d’obtenir la place de n°2 sur la liste de fusion. Une manière pour lui de compenser un résultat moyen au 1er tour qui l’oblige à composer avec d’autres candidats.

Durant cette réunion de la dernière chance, la tentative d’accord passe par la proportionnelle. « On a commencé à écrire les noms » dit Claire Legrand mais, complète-t-elle, on a eu ce que l’on craignait. Brigitte Tesson nous disait « non je ne veux pas de lui, non celui-ci est trop haut placé dans la liste etc… » – « A la fin, on s’est retrouvé avec 19 postes pour Brigitte Tesson et 12 pour nous. N’était bien sûr pas respectée la proportionnelle. Malgré tout, on a continué afin de discuter des postes et des compétences d’adjoints. Brigitte Tesson voulait le poste de 1er adjoint, l’urbanisme, les finances, les quartiers. J’ai tout accepté » affirme Claire Legrand.
« Mais ça a coincé sur le Nautisme! »

Brigitte Tesson présente les choses: « Il y a eu un clash sur le nautisme: moi je voulais une simple délégation et eux voulaient un poste d’adjoint au Nautisme au Conseil municipal. Ma vision sur le nautisme est qu’il a pris une énorme place aux Sables d’Olonne et est l’apanage d’un microcosme. Je voulais envoyer le message qu’il existait bien d’autres sports aux Sables d’Olonne et pas que le nautisme. Je souhaitais créer une SEM Nautisme avec un Conseil d’administration auquel participeraient des sponsors. Un outil avec son directeur et son budget: c’était ma vision du nautisme. Claire Legrand connaissait le projet puisque c’était la même personne qui le lui avait présenté » déclare Brigitte Tesson.

A LIRE  Les Sables-d'Olonne Vendée - Grande campagne de dépistage Covid sur Les Sables d'Olonne

Brigitte Tesson poursuit: « il y a eu un clash avant même de parler du programme. En raison de la création de la SEM Nautisme, un délégué au Conseil municipal me paraissait suffisant. Mais Claire Legrand voulait absolument un adjoint.
Mais je sais très bien que cette histoire d’adjoint au nautisme n’était qu’un prétexte pour rompre » assure Brigitte Tesson.
Claire Legrand conteste cette vision des choses: « Dans le partage, c’est nous qui prenions la compétence Nautisme car Brigitte Tesson n’avait personne pour ce poste. Elle disait qu’elle avait un projet « clé en mains ». Clé en mains ou pas, nous souhaitions pouvoir parler du nautisme et du contenu de ce programme sans se voir opposé une sorte de véto sous prétexte que tout était bouclé par un projet « clé en mains ». Là aussi on s’est vu opposer un blocage. »

Les Sables d’Olonne Vendée – Claire Legrand

Et c’est là que le clash prend forme. Le ton monte. Claire Legrand veut pouvoir discuter du projet Nautisme. Jacques Barreteau lance à Brigitte Tesson: « Tu n’es d’accord avec rien. Tu veux juste nos électeurs! »
Jean-Luc Tesson tente de calmer le jeu: « Mais pourquoi tu réagis comme ça ! »
Claire Legrand lance: « Il est essentiel de discuter du programme. Ce n’est pas un match, mais pour 6 ans ! »
La réunion s’achève sur une querelle, un peu avant minuit.

« Le lendemain, le camp de Brigitte Tesson renvoie la proposition de 19 postes face à 12 » dit Claire Legrand (Note de la revue: et sans doute 12 ou 13 pour la liste d’Anthony Bourget).
Quant à Brigitte Tesson, elle enverra un SMS à Claire Legrand:
Extraits: « Je reviens vers toi après une bonne nuit de sommeil. Je suis désolée que notre rencontre très fructueuse d’hier se soit terminée sur une querelle car, comme l’a constaté Didier Tarral « il y avait de la complicité entre vous par moments. »
Je mets ça sur le compte de la fatigue, en tout cas la mienne. (….) Il est normal quand on a travaillé pendant des mois sur un projet, qu’on y soit attaché. (…) Je reste persuadée que nous sommes capables de travailler ensemble. Nous avons maintenant besoin d’échanger et de partager sur nos projets respectifs. »

Mais la querelle est ouverte, la plaie ne se refermera plus.

 

Anthony Bourget

Le même jour, Anthony Bourget appelle les deux protagonistes, pour un nouveau rendez-vous le à 17h, toujours en terrain neutre chez Didier Tarral.
Mais à 17h, ni Claire Legrand, ni Jacques Barreteau n’étaient présents.
La messe était dite.

Une union impossible ?
Claire Legrand: « Je savais que ce serait difficile de travailler avec elle mais j’ai voulu tenter une union malgré tout. »
Une union improbable, nous l’avions déjà écris, mais certains voulaient tout tenter, malgré les difficultés d’union, afin de barrer la route à Yannick Moreau.
« Il est clair que Brigitte Tesson voulait notre programme. Mais, à force de passer beaucoup de temps sur le nombre de postes et pour l’obtention des noms, finalement Brigitte Tesson a éludé la discussion sur le programme » indique Claire Legrand.
Brigitte Tesson présente les choses différemment. Pour elle, c’est un clash sur le nautisme qui a empêché de poursuivre les discussions sur le programme.
Pour Anthony Bourget, « quand la date du 28 juin 2020 est tombée pour le 2ème tour, c’était presque trop tôt car il n’y avait pas assez de temps pour dissiper les rancoeurs. »

 

A la suite du clash, Claire Legrand enverra un Communiqué dont voici la teneur:
« Au soir du 15 mars, les scores des différents candidats ont clairement montré la nécessité de travailler sur une liste d’union pour le second tour.
Discussions et négociations ont eu lieu entre Brigitte Tesson et l’équipe « Les Sables, c’est vous ! », mais les divergences profondes sur le concept même d’union, sur un mode de gouvernance réellement partagée, n’ont pas permis de trouver un terrain d’entente favorable.
Nous n’avons jamais trouvé une écoute suffisante pour permettre l’élaboration d’un projet politique commun reposant sur des valeurs partagées, mais plutôt une demande d’adhésion inconditionnelle à son propre programme, sans discussion possible.
Notre électorat l’intéresse plus que notre projet et les compétences de nos colistiers ».

Claire Legrand déposa alors sa propre liste pour les élections du 28 juin 2020.
A ceux qui critiquent cette candidature, Claire Legrand répond: « Pour certains le raisonnement serait qu’on prive l’électeur de battre Yannick Moreau, je ne crois pas à ça. Quand les négociations ont échoué j’ai fait voté mon groupe: seulement 3 personnes sur 47 ont rejeté le principe du dépôt d’une liste à part. C’est ça aussi la démocratie participative ».

Pour Brigitte Tesson, la vision est différente. Ce dépôt d’une autre liste vise à tenter de la faire perdre en empêchant un report vers sa liste.
Mais, elle l’a dit récemment, elle fait le pari que les fortes abstentions du 1er Tour concernaient beaucoup de personnes de son électorat.

 

THE END

 

Philippe Brossard-Lotz

Le Reporter sablais

 




À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

x

Check Also

Les Sables-d’Olonne POLICE Vendée. Violences conjugales: communiqué de la Police nationale de Vendée

    POLICE des Sables d’Olonne 31 juillet 2020 VIOLENCES CONJUGALES : ON NE LAISSERA RIEN PASSER !     COMMUNIQUÉ « Cette ...