La sécurité routière en Vendée

Vendée – Sécurité routière: face aux différentes polémiques le constat statistique

Vendée – Sécurité routière: face aux différentes polémiques le constat statistique




Le dossier de la Sécurité routière que nous vous présentons ici est basée sur un document d’orientations réalisée par la Préfecture de la Vendée mettant en lumière la stratégie pluri-annuelle (2018-2022: 5 ans) mise en place en matière de lutte contre l’insécurité routière.
Tous les départements français élaborent ce plan, en collaboration avec les différents acteurs de la sécurité routière. En plus d’être un outil de programmation, le document d’orientations sert à mobiliser des partenaires locaux autour de l’action de l’Etat.

Chaque département choisit 6 enjeux prioritaires dont 4 enjeux nationaux et 2 autres, spécifiques, liés à la typologie de l’accidentalité locale.

– Vendée:
* le risque routier professionnel, la conduite après usage de substance psychoactives (alcool, stupéfiants), les jeunes (14/17 ans, 18/24 ans, 25/29 ans), les seniors (65/75 ans, 75 ans et +).
* les deux roues motorisés, la vitesse inadaptée.

La compréhension de chacun des enjeux retenus est essentielle pour définir des orientations d’actions adaptées, et déclinées dans de multiples domaines: infrastructures, éducation, formation, information, contrôle et sanction. Et qui seront mises en oeuvre entre 2018 et 2022.
(Des actions ont déjà été menées depuis 2009, portant sur les jeunes, les deux-roues motorisés, la vitesse et les accidents de proximité, l’alcool et les stupéfiants, les seniors: modules vidéo, quizz, sensibilisations, stages de perfectionnement, « capitaines de soirées », distribution d’éthylotests, actions Code de la route etc….).

Diagnostic de l’accidentologie routière
Programme d’orientation d’actions
Plans de lutte: PDASR, PDCR, Primevère

Enjeux: identification des cibles présentant un nombre d’accidents trop important et identification des enjeux, hiérarchisés.

 

ETATS DES LIEUX

La Vendée comprend 4696 km de routes dont 4531 de routes bidirectionnelles. Le réseau comprend également 165 km d’autoroutes (A83: Nantes / Niort – A87: Angers / La Roche-sur-Yon).

Parc automobile vendéen au 1er janvier 2017: 462.060 véhicules
– voitures particulières (âge égal ou inf. à 15 ans): 350.771 (76%)
– véhicules utilitaires: 111.289 dont 1520 pour le transport en commun (24%).
(Sources: Ministère Transition Eco. Solid.)

Cliquez sur la carte pour agrandir

Réseau routier de la Vendée

Circulation
Bien entendu, des véhicules d’autres départements circulent sur les routes de Vendée; en 2016, la moyenne journalière est de:
– 9700 véhicules / jour sur l’année
– 12.500 véhicules / jour en période estivale.

La période la plus dense atteint 19.200 véhicules / jour.
Près de 6% des véhicules recensés sont des poids lourds.
La Roche-sur-Yon, chef-lieu du département, est nourrie par 7 routes départementales dont la moyenne est supérieure à 9000 véhicules / jour.


ACCIDENTOLOGIE

Analyse de l’accidentalité: les données sont issues de l’Observatoire ONISR.
Note: Les échantillons pour la Vendée restant très réduits, il reste délicat de s’appuyer sur ces chiffres pour faire des projections ou des analyses de représentativité.

Bilan des tués et blessés (de 2008 à 2016) – En moyenne: 52 tués,  393 blessés et 302 accidents corporels.
Bilan des tués et blessés (de 2012 à 2016) – En moyenne: 47 tués, 358 blessés et 276 accidents corporels.

(Note de la revue: Même si la circulation et la densité routière ne sont pas les mêmes, et que donc une comparaison stricto sensu n’est pas possible, vous trouverez ci-dessous la moyenne des tués des deux départements limitrophes:
* Vendée: 2012 à 2016: 358 blessés et 276 accidents corporels – En moyenne: 47 tués (2012: 51 – 2013: 35 – 2014: 54 – 2015: 37 – 2016: 56 = 233)
* Loire-Atlantique: 2012 à 2016: 331 accidents mortels et 358 tués – En moyenne: 72 tués (2012: 80 – 2013: 61 – 2014: 61 – 2015: 83 – 2016: 73 = 358) soit une moyenne de tués plus élevée de 53% par rapport à la Vendée.
* Charente-Maritime: 269 accidents mortels – 3200 accidents corporels – En moyenne: 59 tués (2012: 63 – 2013: 48 – 2014: 63 – 2015: 61 – 2016: 59 = 294)

Vendée – 2008 à 2012 
L’étude porte sur les chiffres de la période 2012-2016.
BH: blessés hospitalisés plus de 24h
Blessés légers: soins médicaux et/ou hospitalisation moins de 24h.

 

Vendée – Accidentalité entre 2012 et 2016

 

En prenant comme référence la période 2012 – 2016:
– le nombre d’accidents a baissé de 286 à 272 soit – 4,9%
– le nombre d’accidents mortels a augmenté de 46 à 49 soit + 6,5%
– le nombre de tués a augmenté de 51 à 56 soit + 9,8%
– le nombre de blessés hospitalisés s’est réduit de 260 à 227 soit – 12,7%
– le nombre de blessés légers et hospitalisés s’est stabilisé de 361 à 357 soit – 1,1%
– la moyenne des tués est de 46,6 par an, allant de 35 à 56.
– la moyenne des blessés est de 358 par an, allant de 326 à 418.

L’évolution des courbes « accidents » et « blessés » sont quasi-similaires. Les chiffres sur les années 2012, 13, 15 et 16 sont très proches avec deux tendances à mettre en lumière:
– une légère hausse se fait remarquer à partir de 2015 pour les « accidents » et « blessés »
– la Vendée a suivi la tendance nationale marquée par une forte hausse de l’accidentalité en 2014, 12 ans après l’apparition des radars automatiques (en 2003).
(entre 2013 et 2014, les accidents ont augmentés de + 17,7%; il faut cependant noter que l’année 2013 avait été très favorable statistiquement).
A noter la baisse, entre 2012 et 2016, du nombre de blessés hospitalisés qui passe de 260 à 227 (soit – 12,7%).

 

Vendée – Répartition des accidents

LOCALISATION DES ACCIDENTS
Sur 1378 accidents entre 2012 et 2018:
– 603 (43,75%) ont eu lieu en agglomération avec 42 tués (18%)
– 775 (56,24%) hors agglomération avec 191 tués (82%).
Il apparaît donc que si la répartition du nombre d’accidents est assez proche, ceux qui surviennent hors agglomération sont responsables de 82% des tués.

REPARTITION SELON LE CALENDRIER ET LES HORAIRES (graphiques ci-dessous)
Le pic d’accidents en Vendée se situe entre 16h et 19h (en violet). Ces tranches correspondent généralement aux heures de déplacement des actifs, sur le trajet domicile / travail.
Le week-end et veilles de fêtes (marron) la course est plus stable.

Vendée – Répartition des accidents selon l’heure.

Les accidents mortels se situent entre 16h et 20h et entre 7h et 8h du matin. Là encore, ces horaires correspondent aux horaires des trajets domicile / travail (voir graphique ci-dessous). Et les jours les plus meurtriers sont les vendredis, samedis, dimanches et veilles de fêtes. Sur 215 accidents mortels 123 ont eu lieu sur cette période soit 57%.

Vendée – Accidents mortels selon les heures

 

 

Vendée – Accidents selon le jour de la semaine

 

 

DETERMINATION DES ENJEUX

Rappel: Chaque département choisit 6 enjeux prioritaires dont 4 enjeux nationaux et 2 autres, spécifiques, liés à la typologie de l’accidentalité locale.

– Vendée:
* le risque routier professionnel, la conduite après usage de substance psychoactives (alcool, stupéfiants), les jeunes (14/17 ans, 18/24 ans, 25/29 ans), les seniors (65/75 ans, 75 ans et +).
* les deux roues motorisés, la vitesse inadaptée.

Risque routier professionnel
Il est la 1ère cause de décès au travail, avec le risque « mission » consistant en un déplacement dans le cadre de l’activité professionnelle, et le risque « trajet domicile / travail » .

Part des Accidents professionnels (mission et trajet domicile / travail) par rapport au Total des accidents avec trajet connu:
– France, période 2012-2016: 108.978 sur 236.841 accidents soit 46% et 6446 tués sur 16.079 soit 40%
*mission: 51.356 accidents et 3746 tués (47 % et 23% par rapport au total des trajets connus)
Par déduction, on trouve: *trajet domicile / travail: 57.622 accidents et 2700 tués

– Vendée, période 2012-2016: 455 sur 1276 accidents soit 36% et 78 tués sur 224 soit 35%
*mission: 199 accidents et 45 tués (44% et 20% par rapport au total des trajets connus)
Par déduction, on trouve: *trajet domicile / travail: 256 accidents et 33 tués.

En Vendée, 35% des victimes tuées et 36% des accidents sont d’origine professionnelle.
Sur les 5 années 2012-2016, la Vendée a recensé 78 tués d’origine professionnelle soit une moyenne de 15,6 / an.
Une grande part des accidents professionnels en Vendée (61,80%) se déroule hors agglomération mais ce chiffre important et très différent de la moyenne nationale (21,10%) vient du fait que l’essentiel du réseau routier vendéen se situe hors agglomération.
Bien que le taux soit légèrement inférieur à la moyenne nationale, il s’agit d’un enjeu prioritaire.

 

Conduite après usage de substances psychoactives

Alcool
En Vendée, les accidents liés à un conducteur alcoolisé représentent 15,23% des accidents. La moyenne vendéenne est toujours largement supérieure à celle de la France entière.
– Accidents mortels et taux connu: 41% des usagers sont tués avec un conducteur en alcoolémie positive. Ce taux étant supérieur à celui de la France entière (30%) on peut en conclure que la lutte contre l’alcool au volant demeure un enjeu important dans la sécurité routière en Vendée.
* France: 4151 tués avec conducteur alcoolisé sur 14.017 accidents avec taux connu soit 30%.
* Vendée: 70 tués avec conducteur alcoolisé sur 171 accidents avec taux connu soit 41%.

– Accidents corporels et taux connu: 18% avec alcool par rapport au nombre d’accidents avec taux connu. Ce taux est supérieur à la moyenne nationale qui est de 11%.
* France: 24.499 blessés avec conducteur alcoolisé sur 228.461 accidents avec taux connu soit 11%.
* Vendée: 210 blessés avec conducteur alcoolisé sur 1180 accidents avec taux connu soit 18%.

– Mode de déplacement des conducteurs alcoolisés
* Piétons/Cyclistes:  France: 1589 – Vendée: 23
* Véhicules de tourisme: France: 16.892 – Vendée: 138
* Cyclomoteurs: France: 2692 – Vendée: 25
* Motos: France: 2915 – Vendée: 23
* Utilitaires: France: 1273 – Vendée: 15
* Poids Lourds: France: 173 – Vendée: 1
* Autres: France: 451 – Vendée: 6

Stupéfiants
En Vendée, la part des tués dans un accident mortel avec un conducteur drogué est de 14% (contre 22% pour la France entière):
* France: 2448 tués avec conducteur drogué sur 10.989 tués soit 22%.
* Vendée: 18 tués avec conducteur drogué sur 126 tués soit 14%.

Accident corporel:
* France: 9512 accidents avec conducteur drogué sur 87.789 accidents soit 11%.
* Vendée: 60 accidents avec conducteur drogué sur 358 accidents soit 17%.

– Mode de déplacement des conducteurs drogués
* Piétons/Cyclistes:  France: 567 – Vendée: 3
* Véhicules de tourisme: France: 5642 – Vendée: 41
* Cyclomoteurs: France: 1423 – Vendée: 10
* Motos: France: 1690 – Vendée: 3
* Utilitaires: France: 453 – Vendée: 5
* Poids Lourds: France: 183 – Vendée: 0
* Autres: France: 132 – Vendée: 1

La part des accidents corporels avec un conducteur drogué étant de 17% (contre 11% pour la France entière), la drogue est donc un enjeu important sur le département de la Vendée.

LES JEUNES
– 14 à 17 ans
* La part des tués est de 5% sur la Vendée (12 tués) contre 4% en France (635 tués).
* Le pourcentage d’accidents corporels en Vendée impliquant un jeune de 14 à 17 ans est presque deux fois plus élevée qu’en France (17% en Vendée contre 9% en France – 230 accidents en Vendée et 25.853 en France).
* Les impliqués sont majoritairement des usagers de cyclomoteurs (57,8%) puis de véhicules de tourisme (21%).

– 18 à 24 ans
* La part des tués est de 27% sur la Vendée (63 tués) contre 18% en France (3187 tués).
*Le pourcentage d’accidents corporels en Vendée impliquant un jeune de 18 à 24 ans est de 34% contre 32% en France (469 accidents en Vendée et 98.334 en France).
* Les impliqués sont majoritairement des usagers de véhicules de tourisme (63%) puis de motos (10%), de cyclomoteurs (8,5%), d’utilitaires (6,3%), et les piétons/cyclistes pour 5%.

– 25 à 29 ans
* La part des tués est de 9% sur la Vendée (20 tués) contre 10% pour la France (17.243 tués).
*Le pourcentage d’accidents corporels en Vendée impliquant un jeune de 25 à 29 ans est de 16% contre 22% en France (221 accidents en Vendée et 65.107 en France). Ces chiffres sont inférieurs aux chiffres nationaux.
* Les impliqués sont majoritairement des usagers de véhicules de tourisme (60,4%) puis de motos (13,7%), d’utilitaires (9,8%).

2012-2016 – Vendée
– Accident en agglomération (hors-autoroute): 18 à 24 ans impliqués dans 225 accidents, 14 à 17 ans impliqués dans 149 accidents, 25 à 29 ans impliqués dans 79 accidents.
– Hors agglomération et hors autoroutes: 18 à 24 ans impliqués dans 412 accidents, 25 à 29 ans impliqués dans 166 accidents, 14 à 17 ans impliqués dans 132 accidents.
– Autoroutes: 18 à 24 ans impliqués dans 11 accidents, 25 à 29 ans impliqués dans 10 accidents, 14 à 17 ans impliqués dans 1 accident.

La catégorie des jeunes est un enjeu sur la Vendée et plus particulièrement la classe d’âge 18 à 24 ans. Le milieu hors agglomération et hors autoroute nécessite une attention particulière.

LES SENIORS
– 65 à 74 ans
* La part des tués est de 6% sur la Vendée (15 tués) contre 8% pour la France (1433 tués).
*Le pourcentage d’accidents corporels en Vendée impliquant un senior de 65 à 74 ans ans est de 14% contre 10% en France (198 accidents en Vendée et 30.007 en France).
* Les impliqués sont majoritairement des usagers de véhicules de tourisme (68%) puis des piétons/cyclistes (23%).

– 75 ans et plus.
* La part des tués est de 15% sur la Vendée (36 tués) contre 14% pour la France (2488 tués).
*Le pourcentage d’accidents corporels en Vendée impliquant un senior de 65 à 74 ans ans est de 15% contre 9% en France (206 accidents en Vendée et 25.802 en France).
* Les impliqués sont majoritairement des usagers de véhicules de tourisme (64%) puis des piétons/cyclistes (30%).

– Impliqués selon le Mode de déplacement des 65 / 74 ans
* Piétons/Cyclistes:  France: 7367 – Vendée: 53
* Véhicules de tourisme: France: 22.777 – Vendée: 160
* Cyclomoteurs: France: 322 – Vendée: 1
* Motos: France: 1173 – Vendée: 3
* Utilitaires: France: 1182 – Vendée: 10
* Poids Lourds: France: 200 – Vendée: 0
* Autres: France: 664 – Vendée: 7

– Impliqués selon le Mode de déplacement des 75 ans et plus
* Piétons/Cyclistes:  France: 9617 – Vendée: 75
* Véhicules de tourisme: France: 18.342 – Vendée: 160
* Cyclomoteurs: France: 157 – Vendée: 2
* Motos: France: 226 – Vendée: 1
* Utilitaires: France: 570 – Vendée: 5
* Poids Lourds: France: 59 – Vendée: 0
* Autres: France: 440 – Vendée: 7

2012-2016 – Vendée
– Accident en agglomération (hors-autoroute): 65 à 74 ans impliqués dans 105 accidents, 75 ans et plus impliqués dans 134 accidents.
– Hors agglomération et hors autoroutes: 65 à 74 ans impliqués dans 119 accidents, 75 ans et plus impliqués dans 109 accidents.
– Autoroutes: 65 à 74 ans ans impliqués dans 10 accidents, 75 ans et plus impliqués dans 7 accidents.

Enjeux: Une attention particulière doit être portée pour les seniors. Malgré des chiffres moins élevés en tués, le risque est particulièrement important avec le nombre de victimes blessées sur la route plus élevé en Vendée qu’à l’échelle nationale. Les usagers à cibler sur cette catégorie sont les usagers en véhicule tourisme, mais également les piétons et les cyclistes particulièrement exposés au risque.

LES DEUX ROUES MOTORISÉS (2RM) – 2012 – 2016
– 2RM avec cylindrée égale ou supérieure à 125 cm3
– 2RM avec cylindrée supérieure à 125 cm3.
– âgés de moins de 50 ans
– âgés de 50 ans et plus.

* Accidents mortels Vendée des 2RM
– les usagers des 2RM représentent 19,31% des tués de la circulation (45 tués 2RM sur 233 tués) contre 23% pour la France métropole (3926 tués 2RM sur 17.243).
– Sur les 45 tués 2RM en Vendée, 37 avaient moins de 50 ans et 8 avaient un âge égal ou supérieur à 50 ans (16% et 3% de l’ensemble des tués).
– Sur les 45 tués 2RM en Vendée, 23 étaient sur cylindrée égale ou inférieure à 125 cm3 et 22 sur cylindrée supérieure à 125 cm3 (19% des tués sont des 2RM dont 10% en cylindrée égale ou inférieure à 125 cm3 et 9% en cylindrée supérieure à 125 cm3).
– Sur les 3926 tués 2RM en France, 3127 avaient moins de 50 ans et 799 avaient un âge égal ou supérieur à 50 ans (18% et 5% de l’ensemble des tués).
– Sur les 3926 tués 2RM en France, 1222 étaient sur cylindrée égale ou inférieure à 125 cm3 et 2704 sur cylindrée supérieure à 125 cm3 (23% des tués sont des 2RM dont 7% en cylindrée égale ou inférieure à 125 cm3 et 16% en cylindrée supérieure à 125 cm3).

* Accidents corporels Vendée des 2RM
– les usagers des 2RM représentent 33% des blessés de la circulation (449 accidents 2RM sur 1378 accidents) contre 37% pour la France métropole (106.245 blessés sur 289.565)
– Sur les 449 accidents 2RM en Vendée, 293 concernent une cylindrée égale ou inférieure à 125 cm3 et 156 une cylindrée supérieure à 125 cm3 (33% des accidents sont dus à des 2RM dont 21% à des cylindrées égales ou supérieures à 125 cm3 et 11% à des cylindrées supérieures à 125 cm3).
– Sur les 106.245 accidents 2RM en France, 60.719 concernent une cylindrée égale ou inférieure à 125 cm3 et 46.614 une cylindrée supérieure à 125 cm3 (37% des accidents sont dus à des 2RM dont 21% à des cylindrées égales ou supérieures à 125 cm3 et 16% à des cylindrées supérieures à 125 cm3).

Enjeux: La part des accidents de 2RM est moindre pour le département que pour sa famille à l’échelle nationale. Néanmoins, les parts élevées des accidents de 2RM (> 20 % des accidents du département) et des tués (>15 % des tués) en font un enjeu absolu de sécurité routière sur le département.

 

LA VITESSE INADAPTÉE – 2012 – 2016
(Sources: Fichier APAM).
En Vendée, la proportion d’accidents mortels dus à la vitesse est relativement élevée (4 points de plus que les départements de la même famille). En 2015 et 2016, la vitesse est le 1er facteur des accidents mortels.

Vendée – Accidents dus à la vitesse

 

Vendée – Accidents dus à la vitesse

2015 – 2016
Selon l’Apam, 34% des accidents mortels en Vendée sont liés à la vitesse et 22% liés à l’alcool. Le refus de priorité est à 11%.
Dans les départements de la même famille (F9), les taux sont respectivement de 30%, 23% et 12%.

Contrôles radars
Le réseau routier de la Vendée comprend 30 dispositifs opérationnels de contrôles installés, dont :
– 28 radars automatiques fixes de contrôle des vitesses (14 à double sens depuis mi-2015) ;
– 1 radar automatique fixe discriminant de contrôle des vitesses ;
– 1 radar automatique de franchissement de feux rouges.

Le radar automatique de franchissement de feux rouges s’est déclenché 11 354 fois depuis son installation.
Depuis leurs installations, fin 2004, les radars automatiques de contrôle de vitesse ont relevé 295 384 infractions:
– 279.114 pour un dépassement inférieur à 20km/h (94,49%)
– 9962 de 20 à moins de 30 km/h (3,37%)
– 3021 de 30 à moins de 40 km/h (1,02%)
– 1547 de 40 à moins de 50 km/h (0,52%)
– 1740 de 50 à plus de 50 km/h (0,59%).

Vendée – Contrôles radars

 

Pour l’année 2016 seule, le constat est le suivant en Vendée:
– les 4 infractions principales du département recueillent 76.115 constats
– sur ces 76.115, 70.540 concernent une infraction « vitesse » soit 92,70% (contre 95,60% pour les départements similaires F9).
– le taux en rapport avec la population pour les 4 infractions principales est de 11,29%   (76.115 infractions pour une population vendéenne de 673.987).

Les infractions par tranche de vitesse – Vendée – 2012 – 2016 (contrôle automatisé radars fixes)
VLA= vitesse limite autorisée
– l’essentiel des radars est positionné pour les infractions au-delà de la VLA 90km/h (29 radars sur 42)
– les grands excès de vitesse (supérieurs à 40km/h) sont peu nombreux: 1509 sur un total de 173.935 (0,86%)
– la majorité des dépassements concernent des excès de moins de 20 km/h: 165.941 sur 173.935 (95,4%)

 

Vendée – Radars: les infractions selon la vitesse

 

 

ORIENTATIONS D’ACTIONS

A partir des 18 mesures fortes du Gouvernement retenues lors du Comité interministériel de la Sécurité routière, des axes majeurs pour la politique de la sécurité routière ont été définis et des enjeux pour le département de la Vendée ont été précisés et feront l’objet d’une action spécifique.

-Risque routier professionnel
* Infrastructures: Limiter les déplacements ; Favoriser les transports collectifs pour le trajet domicile-travail; Inciter le covoiturage, le télétravail.
* Education, sensibilisation, formation et information: Sensibiliser les chefs d’entreprises, en particulier sur l’intérêt d’évaluer le risque routier afin d’engager des actions de prévention ; Inciter les chefs d’entreprises à réaliser des campagnes de sensibilisation en développant les bénéfices cachés en faveur de l’entreprise (financiers, managériaux…) ; Inciter les chefs d’entreprises à dégager du temps pour des informations sécurité routière ; Favoriser un engagement fort et global des citoyens en faveur de la sécurité routière: auprès des entreprises en développant leur engagement, et plus particulièrement des très petites et moyennes entreprises du territoire, en mobilisant les organismes de protection sociale complémentaires (« mutuelles complémentaires obligatoires ») afin qu’ils engagent une démarche de prévention auprès de leurs adhérents. Les entreprises pourront ainsi promouvoir la conduite apaisée et inciter et inclure ce volet dans leur Plan de Prévention des Risques Routiers (PPRR) ; Développer les éthylotests anti-démarrage (EAD) au sein des entreprises.
* Améliorer la connaissance: Promouvoir la réalisation de diagnostics de l’accidentologie par entreprise ou secteur d’entreprises ; Travailler avec les branches professionnelles ayant des risques routiers spécifiques ; Sensibiliser les entreprises sur la conduite économique ; Former aux premiers secours lors d’un accidents et de la présence de victimes.
* Communication: Développer l’information et la communication au sein des entreprises.
* Contrôle et sanction: S’assurer du respect des règles en matière de temps de conduite ; S’assurer que les charges transportées ne constituent pas un facteur de risque complémentaire ; Contrôler les équipements de sécurité des véhicules ; Cibler les lieux de contrôles et les créneaux journaliers et horaires les plus caractéristiques et maintenir les contrôles.

– Conduite après usage de substance psychoactives
* Education, sensibilisation, formation et information: Supprimer l’obligation de détenir un éthylotest dans son véhicule ; Développer les partenariats avec les débits de boissons alcoolisées pour généraliser la mise à disposition d’éthylotests et le développement d’actions conjointes de prévention ; Mobiliser la médecine du travail sur le risque lié aux substances psychoactives (au sein des entreprises, des collectivités, des professionnels de santé…) ; Développer les navettes (transports collectifs) aux sorties de boîtes de nuit ; Impliquer les auto-écoles, les professionnels de santé, les entreprises, les établissementsscolaires…
* Communication: Améliorer la connaissance des différents publics sur les accidents avec l’alcool et les substances psychoactives et les conséquences ; Communiquer et faire prendre conscience à tous les usagers des risques et des effets liés à l’usage des substances psychoactives ; Valoriser le principe du conducteur sobre.
* Contrôle et sanction: Communiquer sur les dispositifs de contrôle et diffuser les résultats de contrôles ; Rendre obligatoire la pose d’un éthylotest anti-démarrage (EAD) avec suivi médico-psychologique en cas de récidive d’infraction de conduite en état alcoolique ; Donner la possibilité à un conducteur contrôlé avec un taux d’alcool supérieur à 0,8 g/l dans le sang dont le permis a été suspendu par décision préfectorale de conduire pendant le temps de cette suspension à condition de ne conduire qu’un véhicule équipé d’un EAD, à ses frais ; Permettre aux forces de l’ordre, à leur demande, de suspendre temporairement la localisation de leur contrôle d’alcoolémie et de stupéfiants ; Organiser des contrôles ciblés lors de manifestations festives, en impliquant les collectivités ; Développer et mettre en œuvre annuellement les Plans départementaux de contrôle routier (PDCR) ; Faire mieux connaître les sanctions pour les automobilistes ; médiatiser les sanctions exemplaires notamment par le biais des réseaux sociaux.

– Les Jeunes
* Éducation, sensibilisation, formation et information: Faire prendre conscience des risques encourus quelque soit l’usager (conducteurs, passager, piéton) ; Favoriser un engagement fort et global des citoyens en faveur de la sécurité routière auprès des jeunes par la constitution d’une communauté numérique de volontaires du service civique, bénévoles et formés, par l’installation de simulateurs de conduite dans des missions locales, par une promotion active de la conduite supervisée et un renforcement des actions de prévention sur les conduites dangereuses voire addictives (alcool et cannabis) ; Inciter les jeunes (piétons / cyclistes) à porter des vêtements clairs ou des gilets jaunes ; Accompagner le développement de la pratique du vélo en toute sécurité : généraliser le « savoir rouler », qui existe déjà dans certaines académies, et qui viendrait s’ajouter aux autres savoirs fondamentaux que les élèves doivent maîtriser à leur entrée en 6ème à l’image du « savoir lire », « savoir écrire », « savoir nager »… afin que les jeunes puissent acquérir une réelle autonomie à vélo pour l’entrée au collège ; Renforcer la sécurisation des accès aux arrêts de bus (transports scolaires) ; Former aux premiers secours lors d’un accidents et de la présence de victimes ; Pérenniser les actions de sensibilisation auprès de jeunes sur l’ensemble des thématiques et plus particulièrement celle sur l’alcool, les stupéfiants et la vitesse ; Impliquer les structures éducatives et les entreprises recevant des apprentis sur les risques auprès des jeunes ; Continuer l’information et la sensibilisation post-permis ; Sensibiliser les jeunes lors de grands évènements (animations sportives, festivals…) ; Inciter les établissements scolaires à travailler sur la thématique de la sécurité routière dans les matières scolaires ; Inciter les auto-écoles dans l’apprentissage de la conduite lié aux conditions météorologiques ainsi qu’à la typologie de la météo ; Faire évoluer la formation post-permis pour une meilleure prise de conscience et une responsabilisation ; Dissuader les jeunes d’utiliser des véhicules puissants.
* Communication: Améliorer la connaissance et rappeler les équipements de sécurité en fonction des différents usagers ; Communiquer sur le partage de la route et les bons comportements à avoir ; Promouvoir l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC) ; Favoriser les modes actifs tout en informant des règles de bonne conduite ; Communiquer sur les dangers des usagers « distraits » par les moyens de communication.
*Contrôle et sanction: Réaliser des actions à la sortie des établissements scolaires pour sanctionner les stationnements gênants, les conduites dangereuses… Faire intervenir les forces de l’ordre au sein des établissements scolaires pour contrôler, de manière préventive, l’entretien et l’équipement des moyens de locomotion (deux roues motorisés, vélos) ; médiatiser les sanctions exemplaires notamment par le biais des réseaux sociaux.

– Les Séniors
* Infrastructures: Développer le transport à la demande et les navettes ; Être vigilants à la signalétique verticale et horizontale.
* Education, sensibilisation, formation et information:  Faire prendre conscience des risques encourus quelque soit l’usager (conducteurs, passager, piéton) ; Inciter les seniors (piétons / cyclistes) à porter des vêtements clairs ou des gilets jaunes ; Inciter les seniors à faire une veille réglementaire (reprendre des heures de conduites / de codes) ; Organiser des remises à niveau théoriques et pratique du code de la route ; Sensibiliser les clubs et les associations de seniors ; Former aux premiers secours lors d’un accidents et de la présence de victimes ; Sensibiliser les jeunes lors de grands évènements (foires, animations sportives…).
* Communication:  Rappeler les équipements de sécurité en fonction des différents usagers ; communiquer sur les aides à la conduite et les voitures les plus adaptés ; Informer sur l’existence de la commission médicale du permis de conduire ; Communiquer sur le partage de la route et les bons comportements à avoir ; Communiquer sur les dangers des usagers « distraits » par les moyens de communication.
* Contrôle et sanction: Proposer des stages de sensibilisation incitatifs lors d’un accident ou d’une infraction grave.

– Les deux roues motorisés (2RM) 
* Éducation, sensibilisation, formation et information: Autoriser l’allumage de jour, en dehors des périodes de faible visibilité et hors agglomération, des feux de brouillard pour les motocyclistes ; Moderniser les modalités d’examen pour les catégories A1 et A2 et le contenu des formations de 7 heures pour la conduite des motocyclettes ; Expérimenter un rendez-vous pédagogique pour les parents d’un enfant mineur qui se présente au permis AM réservé au cyclomoteur sur le même modèle que celui qui existe pour la conduite accompagnée ; Impliquer les établissements scolaires, les moto-écoles et les concessionnaires dans la formation et la sensibilisation ; Faire intervenir différents acteurs du monde des deux roues motorisés (forces de l’ordre, association, entreprises…) pour la sensibilisation ; continuer l’information et la sensibilisation post-permis.
* Améliorer la connaissance: Améliorer la connaissance des facteurs de gravité des accidents.
* Communication: Encourager le port de bottes et d’une protection gonflable de l’ensemble thorax/abdomen (airbag) certifiés CE à moto, en développant les partenariats avec les moto-écoles afin d’accoutumer les futurs conducteurs au port de ces équipements durant l’apprentissage de la conduite ; Rappeler les équipements de sécurité homologués, obligatoires ainsi que les équipements facultatifs mais important pour les conducteurs et les passagers ; Diffuser des messages spécifiques liée à la circulation des deux roues motorisés ; Communiquer sur le partage de la route et les bons comportements à avoir ; Former aux premiers secours lors d’un accidents et de la présence de victimes.
* Contrôle et sanction: Faire intervenir les forces de l’ordre au sein des établissements scolaires pour contrôler, de manière préventive, l’entretien et l’équipement des deux roues motorisés ; médiatiser les sanctions exemplaires notamment par le biais des réseaux sociaux.

– La vitesse inadaptée
* Infrastructures: Réduire de 90 km/h à 80 km/h les vitesses maximales autorisées sur les routes à double- sens, sans séparateur central en dehors des routes à deux fois deux voies et des routes à trois voies qui sont conçues pour permettre des dépassements sécurisés ; Développer la régulation dynamique des vitesses sur certains tronçons pour adapter la vitesse aux conditions de circulation ; Encourager l’achat de radars pédagogiques.
* Éducation, sensibilisation, formation et information
* Améliorer la connaissance
* Communication: Communiquer sur les dangers liés à la vitesse et la nécessité d’adapter sa vitesse aux conditions de circulation.
* Contrôle et sanction: Donner la possibilité à un conducteur contrôlé en excès de vitesse de plus de 40 km/h et faisant l’objet d’une suspension de permis de continuer à conduire, à condition de ne conduire qu’un véhicule équipé d’un contrôleur électronique de vitesse ; Développer et mettre en œuvre annuellement les Plans départementaux de contrôle routier (PDCR) ; médiatiser les sanctions exemplaires notamment par le biais des réseaux sociaux.

____

Derrière ce catalogue imposant d’orientations se présente donc toute la conduite et le suivi de la politique en matière de sécurité routière en Vendée pour les cinq années de 2018 à 2022.
Des évolutions, des mises à jour, des ajustements seront intégrés chaque année dans le cadre du Plan annuel départemental d’actions de sécurité routière, avec parfois des orientation priorisées, et cela en fonction de l’accidentalité qui aura été constatée.
Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais

Note: Vous souhaitez faire un « don » au Reporter sablais à partir de 2€, CLIQUEZ ICI – Merci

Notes:
* Le plan départemental d’actions de sécurité routière est élaboré chaque année en cohérence avec les orientations du DGO. Il intègre des projets partenariaux à l’échelle locale. Il s’appuie sur une forte mobilisation des acteurs et notamment des intervenants départementaux de la sécurité routière (IDSR). Ce PDASR intègre un appel à projets diffusé par la Préfecture en début d’année. Cet appel à projet permet de subventionner des actions qui correspondent aux enjeux et aux orientations du département.

* Le plan départemental des contrôles routiers est un outil d’orientation et de planification de l’action des forces de l’ordre sur le terrain (contrôles mobiles, implantation des équipements de contrôle-sanction automatisé (CSA)). L’objectif est de mettre en adéquation la politique de contrôle avec les problématiques que rencontre le département en matière d’accidents, pour parvenir à faire baisser le nombre de victimes d’accidents de la route.
* Le plan primevere est établi chaque année en fonction des prévisions de trafic définies par le calendrier « Bison Futé ». Il comprend les journées au cours desquelles, en raison de l’intensité attendue du trafic routier, il y a lieu d’exercer une surveillance renforcée du réseau afin d’assurer un bon écoulement de la circulation et d’améliorer la sécurité des usagers de la route, tout en favorisant un regroupement de l’information par les voies habituelles. Il fixe également les axes pour lesquelles le déroulement des épreuves et compétitions sportives est interdit, ainsi que les périodes d’interdictions.

À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Vendée La Roche-sur-Yon – Rencontre vélocipédique avec le ministre de l’Economie Bruno Le Maire

Vendée La Roche-sur-Yon – Rencontre vélocipédique avec le ministre de l’Economie Bruno Le Maire Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno ...