Buste de Marcel Baudouin

Vendée – Un siècle après l’Académie des Sciences révèle le secret du Dr Marcel Baudouin

Vendée – Un siècle après l’Académie des Sciences révèle le secret du Dr Marcel Baudouin






Booking.com

Mercredi 10 octobre 2018 s’est réunie la Commission des Plis de l’Académie des Sciences. Et c’est au cours de cette commission qu’a été ouvert le pli cacheté du Docteur Marcel Baudouin.
Mais, la révélation ne pouvait se faire que 100 ans au moins après la réception du pli cacheté soit le 14 octobre 2018. Ce jour-là tombant un dimanche, c’est donc aujourd’hui lundi 15 octobre 2018 que nous avons pu découvrir la teneur du pli cacheté du savant Marcel Baudouin.
Lire notre dossier sur ce lien: http://www.lereportersablais.com/vendee-lintrigue-qui-met-en-haleine-toute-la-vendee-scientifique-et-historique/

Ce pli cacheté, accompagné de deux lettres de présentation et d’intitulé, a été envoyé par Marcel Baudouin le 11 octobre 1918 – alors qu’il était âgé de 58 ans – et adressé au Président de l’Académie des Sciences.
Rappelons ce qu’indique l’Académie des Sciences: « La procédure de dépôt de plis cachetés à l’Académie remonte à la fin du XVIIe siècle. Elle permet à un chercheur ou à un inventeur de prendre date quant à une découverte scientifique ou l’invention d’un procédé. Cette démarche n’assure aucun droit commercial ou financier et se distingue du dépôt d’un brevet. »

Ci-dessous, les deux lettres d’intitulé qui accompagnaient le pli. (Sources: © Académie des Sciences).
Dans ces textes de présentation, le Dr Marcel Baudouin indique qu’il demande l’enregistrement « relatif à une découverte préhistorique réalisée en août 2018 sur les côtes de Vendée, dans un gisement sous-marin. »

Cliquez sur la photo pour agrandir

Intitulé du pli cacheté du Dr Marcel Baudouin (© Académie des Sciences)

.
L’enveloppe qui contenait le pli cacheté.

.
Sur le contenu, toutes les supputations étaient de mise car Marcel Baudouin avait écrit sur de très nombreux sujets! On savait par ses écrits qu’en matière de gisement sous-marin, il s’était beaucoup intéressé au Gois de Noirmoutier et à des mégalithes submergés dans la baie de Bourgneuf.
Très éclectique, il était médecin mais devint très rapidement journaliste scientifique, passionné par l’ethnographie, l’archéologie et la science médicale, tout en s’intéressant aussi aux moeurs et coutumes, aux légendes, et d’une manière générale au folklore, organisant fêtes folkloriques et élections en costumes.

Il indiqua en 1933, « qu’au départ, il excursionne à Noirmoutier pour récolter (et analyser) lichens et algues » mais que « Depuis, je suis devenu un professionnel préhistorien et folkloriste, ce qui me permettra de traiter avec autant de compétence qu’en botanique des questions relatives aux traditions populaires. » (Au sein de sa maison située à Croix-de-Vie, il rassembla une grande documentation relative à la Vendée ainsi que différentes pièces historiques et scientifiques, sous le nom de Musée de Plein Air.)

L’archéologie était un sujet qu’il connaissait bien puisqu’il avait été mandaté par la Direction générale des Beaux-Arts du ministère de l’Instruction publique, le Conseil général de la Vendée ainsi que par des sociétés savantes pour effectuer, à partir de 1903, des fouilles archéologiques en Vendée. Des travaux qui l’amenèrent à publier – durant les années 1902-03 à 1938 – pas moins de 104 articles consacrés à la préhistoire dans le Poitou.

La découverte mentionnée dans le pli cacheté était-elle donc liée à ces fouilles archéologiques en Vendée réalisées à partir de 1903 ?

Voici le contenu du pli qui était en possession de l’Académie des Sciences. Il s’agit de 3 pages rédigées à la main.

Cliquez sur les photos pour agrandir

.
Un atelier de taille datant du début du néolithique
Marcel Baudouin raconte, dans ce pli cacheté, qu’en 1913 il a fait la découverte d’une station préhistorique sous-marine à Saint-Gilles-sur-Vie, à l’embouchure de la Vie.
Pendant 5 années, il a effectué des fouilles lors des plus basses mers d’équinoxe et a recueilli des milliers de silex taillés.
Pour lui, il s’agit bien « d’un atelier de taille du début du néolithique. »

Découverte de Pierres-Figures
En 1918, il a fait à basse mer, toujours dans la Vie, une trouvaille imprévue; il a rencontré – sous les alluvions modernes – un dépôt de silex, nettement taillés par l’homme, d’une forme spéciale qu’on dénomme des Pierres-Figures.
Il s’agit d’ébauches de statuettes en pierre représentant des animaux.
Marcel Baudouin indique que c’est la première fois que l’on découvre un tel dépôt au milieu d’une station préhistorique: têtes d’oiseaux, de poissons, divers mammifères, une tortue etc…le profil des animaux étant tourné à gauche, ce qui évidemment a une signification.
Marcel Baudouin conclut ainsi: « La trouvaille du Port de St-Gilles-sur-Vie ouvre des horizons nouveaux en ce qui concerne la véritable origine et l’époque d’invention de la sculpture sur pierre moderne, les paléolithiques ne paraissant pas avoir jamais réalisé des statuettes de cette sorte, malgré leur talents artistiques incontestables et leurs tentatives sur os. »
NDLR – Préhistoire: paléolithique: entre 3 millions d’années et 12.000 ans avant J-C; néolithique: entre 8000 et 3000 ans avant J-C.


Une découverte restée dans l’ombre ?

Si Marcel Baudouin fait état dans ce pli d’une découverte exceptionnelle, celle-ci semble être restée dans l’ombre. Et pourtant, le contenu de ce pli – resté secret pendant un siècle – avait été largement effleuré par Marcel Baudouin, lui-même, dans un article paru en mars-avril 1919 dans la Revue anthropologique (pages 104-108).
Pourquoi cette découverte n’a-t-elle pas – a priori – été exploitée ? Pourquoi n’a-t-il pas réclamé le retour de son pli cacheté puisqu’il en avait dévoilé une partie en 1919 ?
Une exposition – qui vient à point nommé – aura lieu du 19 octobre au 19 décembre 2018 à la Barre-de-Monts. L’occasion de découvrir son oeuvre et d’aller plus loin dans la compréhension de ces sujets et d’avoir – peut-être – des débuts de réponse.

Affiche exposition Marcel Baudouin

 

Un contenu qui semble intéresser la Commission des plis cachetés
Toujours est-il que l’Académie des Sciences, par le biais de sa Commission des plis cachetés, a décidé de faire expertiser la copie du pli par Monsieur Henri de Lumley, académicien des sciences et éminent préhistorien, et qu’un des membres de la commission a pris attache avec Monsieur Jean-Paul Demoule, un professeur émérite de protohistoire européenne et ancien président de l’Institut national de Recherches archéologiques préventives – INRAP. On peut donc imaginer que la Commission des plis cachetés a jugé que le pli cacheté de Marcel Baudouin avait un intérêt certain qui méritait d’aller plus loin.
Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais

Notes: Ci-dessous la tombe de Marcel Baudouin, à Croix-de-Vie, avec derrière le menhir qu’il a fait installé sur la concession de la famille. Derrière sa tombe dans le cimetière de Croix-de-Vie, le fleuve La Vie où il a fait ses découvertes.
(NDLR: nous en profitons pour indiquer aux services concernés que le buste réalisé par les frères Joël et Jan Martel – et certains pans de la tombe – commencent à être endommagés.)

Tombe de Marcel Baudouin à Croix-de-Vie. © le Reporter sablais

 

(Sources: © Académie des Sciences)
Note: Les Archives départementales disposent de 50m linéaires d’archives de Marcel Baudouin, et le Musée de l’Abbaye Ste-Croix aux Sables d’Olonne conserve son fonds photographique (3000 plaques de verre sur l’archéologie, l’ethnographie, la médecine ou la botanique.)




À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

x

Check Also

La Roche-sur-Yon Vendée – Le sculpteur Yvan Mercier a réalisé le bronze qui sera inauguré mardi sur l’Esplanade Simone Veil

      Yvan Mercier est un sculpteur-ferronnier réputé qui réside à Beaulieu-sous-la-Roche. Il a remporté le concours – face à quatre ...