Vendée. Un PLAN ambitieux de 35M€ au profit du « Vélo-Travail » (Rédaction Les Sables-d’Olonne)

 

Vendée. Un PLAN ambitieux de 35M€ au profit du « Vélo-Travail »

Photo de UNE:
Bérangère SOULARD, Présidente de la Commission Sports;
Thomas PERROCHEAU, Conseiller départemental délégué à la politique vélo;
Alain LEBOEUF, Président du Conseil Départemental de la Vendée;
Brigitte HYBERT, Présidente de la Commission Routes et Mobilités durables.


Le Département de la Vendée vient de présenter son nouveau plan intitulé « Vélo travail »

En préambule, Alain Leboeuf a indiqué « qu’en Vendée, nous voulons être maillot jaune du cyclisme ».
Il a également rappelé les enjeux majeurs auxquels nous allions être confrontés:
– la dimension environnementale, la protection écologique avec les énergies renouvelables, les mobilités durables.
– l’enjeu du développement des vélos électriques, qui permettent désormais des rapprochements entre les communes (ce qui n’tait pas possible avant les vélos électriques en raison des distances).
– l’enjeu des déplacements doux et décarbonés (90% des Vendéens prennent encore aujourd’hui leur voiture pour se déplacer).
– sans oublier aussi que le vélo constitue un pan de l’économie touristique vendéenne (le tourisme en Vendée, c’est 3 milliards d’€ et 37.000 emplois. La Vendée comporte aussi des fabricants de vélo, exportateurs, dont la société Arcade). Et le vélo en tant que sport est un vecteur de santé, tout en étant une activité intergénérationnelle.

Sans oublier que le vélo va devenir un enjeu sociétal. Les nouvelles générations commencent à « penser » le vélo différemment des ancienns générations. Les pistes cyclables vont de plus en plus être utilisées pour les déplacements du quotidien.
Et le Plan qui est présenté constitue un projet majeur pour la Vendée.
Sans oublier les objectifs de sécurisation qui devront accompagner ce Plan Vélo.

Brigitte Hybert a précisé que le département de la Vendée voulait, en raison de son importance, orchestrer cette évolution (voir étude Insee ci-dessous).
L’objectif est de capter un nouveau public, habitué à utiliser exclusivement leurs voitures.

Thomas Perrocheau insista sur l’analyse de la pratique du vélo dans une réflexion globale, et la nécessité d’un accompagnement dans le discours avec en point de mire l’amélioration du cadre de vie, les bénéfices pour la santé et l’environnement. Il a souligné aussi qu’il fallait travailler sur une évolution des mentalités. Actuellement il y a 442.000 voitures en Vendée pour un peu plus de 600.000 habitants.

L’accent a aussi été mis sur la nécessité de développer la sécurisation, notamment quand c’est possible par des séparations entre les voies et à prendre en compte aussi la problématique des rond-points qui peuvent s’avérer dangereux.

Bérangère Soulard a développé la partie sportive: équipe Jean-René Bernaudeau, Vendée U et l’école de formation, la Team TotalEnergies, le travail important réalisé par le Comité départemental de cyclisme..etc..
Il fut aussi question de la Vendée candidate pour un championnat de France, pour le Tour de France masculin et féminin (voir ci-dessous) et aussi à la réflexion menée actuellement pour la réalisation d’un vélodrome en Vendée.

***

L’objectif est de développer les mobilités douces dans les transports du quotidien et, surtout, dans les trajets domicile / Travail.  

Une étude de l’Insee a montré que la voiture restait le moyen de transport privilégié des Vendéens dans les trajets du quotidien, et que 95 000 d’entre eux pourraient utiliser le vélo.
Actuellement, seulement 11% des salariés dont le lieu de travail est situé à moins de 10 km de leur domicile privilégient un mode de déplacement doux (7% à pied, 4% à vélo).

Face à ce constat, le Département de la Vendée lance un Plan Vélo-Travail prévu jusqu’en 2028.
Un financement de 35 M€ va permettre de collaborer avec les Territoires (25 M€). Il sera complété par des mesures prises directement par le Conseil départemental de la Vendée (10m€).

Trois axes d’actions ont été fixés:
– mener des expérimentations sur des secteurs où les flux sont les plus importants,
– réaliser une action phare sur la piste reliant Aizenay à La Roche-sur-Yon afin d’améliorer les conditions de circulation sur la piste existante (entretien not. durant l’automne, éclairage, signalétique…) et en faire un exemple;
– accompagner les collectivités  par des subventions afin de développer le réseau sur l’ensemble du territoire.

Ce nouveau plan vise à compléter les pistes touristiques et de loisirs:
«
Nous avons de nombreuses pistes à but touristique, nous devons maintenant offrir aux Vendéens des pistes pour leurs déplacements du quotidien et notamment Domicile-Travail», a indiqué Alain Leboeuf qui rappelle qu’au-delà des enjeux environnementaux et économiques, l’utilisation du vélo au quotidien présente des bienfaits importants sur la santé. 

***

Avec 1 800 km, dont plus de 400 km en site propre, la Vendée est l’un des premiers départements français pour la longueur de son réseau cyclable.

L’année 2021 a comptabilisé plus de 1 250 000 passages cyclistes sur la Vendée Vélo. Cela représente une augmentation de 18% de fréquentation cyclable sur l’année par rapport à 2019 (année de référence puisque 2020 a connu deux périodes de confinement).

Ce résultat est le fruit d’une action volontariste du Département. Chaque année, 1,4 M€ sont en effet investis pour la réalisation et la réfection des itinéraires cyclables en Vendée, soit plus de 13,8 M€ sur ces dix dernières années (entre 2012 et 2021).

Aujourd’hui, le Département souhaite se doter d’un nouveau plan départemental ambitieux afin de faire du vélo et du développement de sa pratique le projet de tout un territoire.

1 – LE PLAN « VÉLO-TRAVAIL » 2021 / 2028: UN INVESTISSEMENT DE 35 MILLIONS D’€ SUR LA VENDÉE
***

A) LE PLAN VELO-TRAVAIL : 35 MILLIONS D’EUROS POUR DEVELOPPER LA MOBILITE VELO

Le Département présente aujourd’hui le plan « Vélo travail » afin de développer l’utilisation du vélo au quotidien et encourager les Vendéennes et Vendéens à cette pratique, sur de courtes distances.

Le Département de la Vendée, engagé depuis de nombreuses années dans la protection de l’environnement, présente également ce plan pour permettre aux Vendéens de réduire leur utilisation de la voiture et ainsi réduire les émissions de gaz à effet de serre au quotidien.

A travers un partenariat avec l’INSEE, le Département de la Vendée a conduit une étude sur les déplacements domicile-travail sur le territoire en 2018.

L’étude révèle que seulement 11% des salariés dont le lieu de travail est situé en Vendée à moins de 10 km de leur domicile choisissent un mode de déplacement doux : 7% marchent et 4% pédalent.

B) LE PLAN VELO-TRAVAIL : TROIS AXES IDENTIFIES

Après analyse des conclusions tirées par l’étude de l’INSEE, le Département de la Vendée souhaite mettre en oeuvre une politique organisée autour de trois axes :
Expérimenter la réalisation d’infrastructures cyclables sur les flux les plus importants (8 à 9 millions d’euros),
Accompagner les collectivités par des subventions (25,5 millions d’euros),
Réaliser une action phare sur l’axe La Roche-sur-Yon – Aizenay (1 million d’euros),

Afin de pouvoir mettre en place cette politique volontariste, pour la période allant, pour le moment jusqu’à 2028, le Département de la Vendée a prévu une enveloppe de 35 millions d’euros, composée de :
– 25 millions d’euros de subventions,
– 10 millions de maîtrise d’ouvrage.

.
1) Expérimenter sur les flux les plus importants

Les villes de La Roche-sur-Yon, Challans, Fontenay-le-Comte, Les Sables-d’Olonne, Les Herbiers, Montaigu-Vendée sont des zones économiques dynamiques et ont été identifiées comme des zones avec des flux importants.
D’autres villes comme Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Aizenay, Luçon, Le Poiré-sur-Vie, Chantonnay ou encore Aubigny-les-Clouzeaux ont également des flux conséquents.
Afin de développer les pistes cyclables entre les coeurs de villes et les zones économiques, le premier axe de développement pour le Département concerne la réalisation d’opérations expérimentales sur quelques gros flux.

Sur des itinéraires accueillant plus de 500 personnes vers une même zone d’emploi, hors agglomération, le Département va aménager quelques pistes cyclables qui serviront d’exemples afin de généraliser les infrastructures par la suite.

En accord avec les Communautés de communes, le Département va choisir ces itinéraires expérimentaux. Le Département assurera la maîtrise d’ouvrage de ces pistes cyclables et les financera à hauteur de 80%.

Les entreprises et les salariés de la zone seront sensibilisés en amont de la création de la piste cyclable afin de faire connaître ce nouvel itinéraire possible.

Exemples de flux importants :
– Le Poiré-sur-Vie – La Roche-sur-Yon (zone Nord) : 701 salariés,
– Venansault – La Roche-sur-Yon : 576 salariés.

.
2) Accompagner les collectivités grâce à des subventions

Le Département, en collaboration et sur proposition des Communautés de communes, accompagnera les collectivités à la création ou l’aménagement de pistes cyclables.

Ces pistes cyclables devront se situer le long d’une route départementale, hors agglomération.

Selon le type d’aménagement prévu, le Département pourra également s’occuper de la maîtrise d’ouvrage et du financement, avec un plafond de 300 000 euros par an et par canton.

Le Département jugera les dossiers selon certains critères comme :
– Pertinence du nombre de salariés concernés,
– Desserte d’une zone économique,
– Continuité d’aménagement sur le même axe.

Il existe plusieurs types d’aménagements prévus :
– Les pistes cyclables bidirectionnelles,
– Les pistes cyclables monodirectionnelles,
– Des bandes multifonctionnelles.

Ces opérations pourront être financées à hauteur de 40% (HT) par le Département. La maîtrise d’ouvrage et l’entretien seront réalisés par les collectivités locales.


.
3) Réaliser une action phare sur l’axe La Roche-sur-Yon – Aizenay

Le Département expérimentera un itinéraire domicile-travail de haute qualité sur un site propre déjà existant, entre Aizenay et La Roche-sur-Yon.

Cet itinéraire cumule un flux de plus de 1 500 salariés vers La Roche-sur-Yon, en passant par La Génétouze et Mouilleron-le-Captif. 5

Cet itinéraire permet de relier Aizenay à La Roche-sur-Yon en toute sécurité sur une piste directe et roulante.

Afin d’améliorer au maximum les conditions de circulation sur cette piste cyclable, le Département va :
– sécuriser les traversées,
– proposer un rabattement pour les communes de La Génétouze et Mouilleron-le-Captif,
– assurer une vitesse moyenne de 20 km/h,
– assurer un niveau d’entretien élevé,
– régler les éventuels conflits d’usage,
– renforcer la signalétique,
– élargir la voie verte,
– entretenir les sections dégradées,
– augmenter la fréquence de balayage.

 

.
2 – LE PLAN « VÉLO-TRAVAIL » 2021 / 2028: UN PLAN AMBITIEUX POUR AMÉLIORER LE QUOTIDIEN DES VENDÉENS

***

A) DEVELOPPER LA MOBILITE VELO-TRAVAIL ENTRE LES CŒURS DE VILLES ET LES ZONES ECONOMIQUES

L’étude de l’INSEE a permis plusieurs constats :

  • La voiture, pour le moment, est privilégiée par les Vendéens pour les trajets du quotidien,
  • Les transports en commun sont peu utilisés en raison du maillage territorial composé de villes de taille moyenne,
  • Les salariés travaillant en Vendée parcourent en moyenne 13,9 km pour rejoindre leur lieu de travail,
  • 95 000 Vendéens pourraient utiliser leur vélo pour se rendre au travail.

En 2018, près de 90% des personnes ayant un emploi se rendent sur leur lieu de travail en voiture, soit une augmentation de 3,5 points par rapport à 2008.

De ce fait, les déplacements « doux », à pied ou à vélo, sont donc moins plébiscités au quotidien.

A travers ce plan départemental ambitieux de 35 millions d’euros, le Département de la Vendée souhaite sensibiliser les Vendéens sur une utilisation moins systématique de leur véhicule pour aller travailler.

En effet, selon les flux identifiés dans l’étude, les trajets vers des zones économiques représentent majoritairement des déplacements domicile-travail de moins de 10 km. De nombreux salariés vendéens pourraient donc potentiellement adopter le vélo, plutôt que la voiture.

 

B – AVEC CE PLAN « VELO-TRAVAIL », LE DEPARTEMENT CONTRIBUE A UNE MEILLEURE QUALITE DE VIE DES VENDEENS

Aujourd’hui, 90% des Vendéens utilisent leur véhicule pour se rendre au travail. Pour ceux qui ont la possibilité de se déplacer en vélo au quotidien, les bienfaits sont nombreux.

De nombreuses études ont démontré les multiples bénéfices pour la santé et l’environnement de la pratique régulière du vélo quel que soit son usage (en tant que mode de transport, ou pour des loisirs et la pratique sportive…).

Faire du vélo régulièrement améliore de nombreuses fonctions physiologiques et contribue à prévenir certaines maladies liées à l’âge :

    • Musculation des cuisses, des mollets et des abdominaux,
    • Entraînement cardiaque et meilleure récupération à l’effort,
    • Prévention de l’hypertension artérielle,
    • Meilleur contrôle des taux sanguins de cholestérol,
    • Lutte contre le surpoids,
    • Amélioration des fonctions respiratoires et du volume pulmonaire,
    • Amélioration de la concentration et de la résistance à la douleur,
    • Meilleurs sens de l’observation et de l’orientation,
    • Lutte contre le stress,
    • Moins  45%  de  développer  un  cancer  en  pédalant  régulièrement (recommandations OMS),
    • Moins 46% pour les maladies cardiovasculaires (recommandation OMS).

Le Département, à travers ce plan ambitieux « Vélo travail », souhaite également promouvoir la pratique du vélo au quotidien, pour les Vendéens et les Vendéennes.

C. – AVEC CE PLAN « VELO-TRAVAIL », LE DEPARTEMENT SENSIBILISE LES VENDEENS A LA PROTECTION DE LEUR ENVIRONNEMENT

Le Département de la Vendée, engagé depuis de nombreuses années dans la protection de l’environnement, présente également ce plan pour permettre aux Vendéens de réduire l’utilisation de leur voiture et ainsi réduire les émissions de gaz à effet de serre au quotidien.

Le Département souhaite ainsi faire prendre conscience aux Vendéens et Vendéennes que la protection de l’environnement passe par les petits gestes et actions du quotidien.

La volonté départementale est ainsi de faire évoluer les habitudes pour permettre aux Vendéens de participer à la promotion de la mobilité décarbonée.

En effet, en Vendée au 1er janvier 2021, le nombre de véhicules particuliers s’élève à 442 900, pour une population vendéenne d’environ 630 000 personnes.

Selon l’étude réalisée par l’INSEE, le secteur routier génère 28% des 5 202 kilotonnes équivalent de CO² de la Vendée. Les véhicules particuliers jouent un rôle prédominant dans ces émissions.

En sensibilisant les Vendéens sur leurs trajets courts domicile-travail, le Département souhaite ainsi faire évoluer les mentalités et les habitudes pour permettre aux Vendéens d’être des acteurs engagés dans la protection de l’environnement.

 

3 – LE VÉLO AU QUOTIDIEN: UN MAILLON INDISPENSABLE D’UNE POLITIQUE VÉLO AMBITIEUSE
***

A) LE DEPARTEMENT DE LA VENDEE A ENGAGE UNE REFLEXION SUR LE VELODROME

Le Département de la Vendée a créé un groupe de travail comprenant les élus en charge du vélo dans notre collectivité, les représentants régionaux et départementaux du vélo, les milieux économiques concernés comme la Chambre de Commerce et d’Industrie ou encore la société Arcade, les figures emblématiques comme Jean-René Bernaudeau, pour la construction d’un vélodrome dont la vocation dépasserait la seule dimension des compétitions nationales et internationales avec une sensibilisation à la pratique du vélo, des conventions d’affaires…etc.

B) LES CHAMPIONNATS DE FRANCE DE CYLISME SUR ROUTE EN VENDEE

Le Département de la Vendée s’est positionné avec la Ville des Herbiers et le Chrono des Nations pour accueillir les Championnats de France de Cyclisme sur Route en 2025 sur notre territoire.

*******************

Le Plan Vélo Travail est un nouveau maillon de la politique vélo du Département de la Vendée. Il va lui aussi directement contribuer à la promotion de la culture vélo sur notre territoire comme c’est le cas depuis quelques années maintenant, avec le développement des pistes cyclables, le guide Vendée Vélo, les nombreuses manifestations cyclistes qui sont organisées sur le département …

C’est tout un écosystème vertueux qui se met en place que nous allons alimenter dans les années à venir afin de favoriser la pratique du vélo au quotidien.

 




Départ du Tour de France cycliste en Vendée : ça se précise

Alain Leboeuf, Président du Conseil départemental, nous a indiqué qu’il souhaitait – avec les autres élus – « que la Vendée soit le maillot jaune du cyclisme ».

Et donc, il poursuit dans la lancée de ses prédécesseurs qui ont toujours apporté une grande attention au cyclisme (et au vélo).

Cela se caractérise par un Plan de grande ampleur au bénéfice des mobilités (pour la période 2022-2028) d’un montant de 35 millions d’€ (voir notre prochain article détaillé sur le sujet) et par de nombreuses initiatives en faveur du vélo.
Le sport et la communication étant des vecteurs importants pour créer des impulsions et changer aussi les mentalités.

Et pour concrétiser cette volonté d’être le maillot jaune du cyclisme, il y a aussi l’événementiel.
Alain Leboeuf, accompagné de Bérangère Soulard (chargée des sports), nous a indiqué que les négociations se poursuivaient pour que la Vendée obtienne un Grand Départ du Tour de France.
Alain Leboeuf ne peut s’avancer médiatiquement tant que les discussions sont en cours et tant que ce n’est pas finalisé contractuellement, vis-à-vis de la direction du Tour de France et des autres candidats, qui sont toujours nombreux.

Mais on aura compris que les discussions sont toutefois bien avancées.
Par contre, il faut s’attendre à des délais certains.
Pour 2024, c’est fini. Pour 2025, il y a peu de chance.
« Les délais sont en général de cinq années » nous précise Alain Leboeuf.

La dernière présence forte du Tour de France en Vendée date de 2018. Et des souvenirs, avec le passage du Gois en 1999 qui est resté dans toutes les mémoires.

——

Note de la Revue:

2026 et 2027 sont des dates potentielles pour la Vendée, avec peut-être un forcing pour obtenir 2025.

2023: Bilbao (Espagne)

2024: Florence (Italie) est évoquée avec une arrivée à Nice, les Champs-Elysées étant occupés par les JO Paris 2024.

2025: la Bretagne est évoquée (ou peut-être un départ de Vendée avec une remontée vers la Bretagne).

2026: la Grande-Bretagne est évoquée.

2027: la Vendée est évoquée.

——-

Le cyclisme, le sport, la jeunesse, les mobilités, l’environnement, la durabilité sont dans l’ADN de la Vendée et font partie des axes politiques du Président du Conseil départemental de la Vendée.

Alain Leboeuf nous a rappelé que le Passage de la Flamme olympique début 2024 venait d’être finalisé.
Maintenant, il fait le forcing pour finaliser ce dossier du Grand départ du Tour de France.
Il sait déjà – et il nous l’a rappelé – que la réputation de la Vendée en terme d’engagement sportif est importante.
Et cela joue en faveur de la Vendée dans une candidature.

___

Publiez vos annonces légales sur notre site pour favoriser le pluralisme de la Presse:
https://www.lereportersablais.com/annoncesjudiciairesetlegales/
.

Philippe Brossard-Lotz

Le Reporter sablais

.

Leave your vote

46 Points
Upvote Downvote
More

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Add to Collection

No Collections

Here you'll find all collections you've created before.

Adblock détecté

Bloqueur de publicités détecté. Nos articles sont gratuits et seule la publicité nous permet de nous développer. Merci d'insérer www.lereportersablais.com dans la liste de vos sites autorisés dans les paramètres de l'application Adblock que vous avez téléchargé sur votre smartphone ou ordinateur.