Jeff Pellet - Come In Vendée

Vendée Globe : à défaut de révélations, Jeff Pellet raconte son parcours du combattant

Après sa tentative d’auto-qualification pour le Vendée Globe, réalisée pour « du beurre » puisque la veille de son arrivée Jeff Pellet avait reçu une fin de non recevoir de la part du directeur de course Jacques Caraës lui indiquant qu’il n’était pas dans un cas de « circonstances exceptionnelles » prévues par le règlement, le navigateur de Come In Vendée avait promis des révélations croustillantes sur l’organisation du Vendée Globe. C’est aujourd’hui 12 septembre, soit neuf jours après son retour de navigation que Jeff Pellet présente ses arguments. Rappelons que le règlement du Vendée Globe prévoit des dérogations à la réalisation d’une course de qualification en cas de circonstances exceptionnelles.

1) – Course New-York / Les Sables d’Olonne
Jeff Pellet devait réaliser une course officielle pour se qualifier pour le Vendée Globe. La direction de course du Vendée Globe lui conseille de participer à la course New-York / Les Sables d’Olonne. Mais le test de stabilité du bateau n’est pas encore réalisé ; en raison du planning du jaugeur et des conditions météo le test n’est finalement réalisé que le 17 mai 2016 soit 12 jours avant le départ de la New-York / Les Sables d’Olonne. Trop tard pour rallier New-York. Cinq jours auparavant le 12 mai 2016, Jeff Pellet, n’ayant pas encore pu faire le test de jauge avait fait une demande de dérogation exceptionnelle à la direction de course : la demande est refusée le 17 mai 2016, même jour que le test finalement réalisé dont le résultat ne sera donné par mail que le 6 juin 2016.
Jeff Pellet prétend que l’ancien et le nouveau directeur de course (Denis Horeau et Jacques Caraës) n’étaient pas en accord : « Il (l’ancien directeur de course) n’avait pas la même vision des conditions exceptionnelles, pour lui seulement une avarie majeure en course était recevable. (Il y avait donc) discorde concernant les faits exceptionnels entre l’ancien directeur de course toujours en activité au moment des faits, et le nouveau » affirme Jeff Pellet.
Il ajoute au surplus que « dans les instructions de course du Vendée Globe aucune liste exhaustive (des conditions exceptionnelles) n’apparait, tout ceci reste à l’interprétation personnelle de la direction de course. »

2) – Course Québec / St-Malo
Dans un mail du 5 juin 2016, l’ancien directeur de course Denis Horeau et l’actuel Jacques Caraës informent Jeff Pellet qu’il existe « toujours deux possibilités pour te qualifier dans le cadre d’une course avant le 1er octobre 2016, la Québec / St Malo ou une autre course transocéanique de plus de 2500 milles qu’un club devra créer. »
Jeff Pellet consulte le club Sports Nautiques Sablais (SNS) et il est alors décidé conjointement d’organiser une course, « le SNS ayant par le passé déjà réalisé ce type de qualification pour des bateaux du Vendée Globe. » Jeff Pellet indique avoir choisi plutôt cette solution que de participer à la Québec / St-Malo pour deux raisons : « Côté technique, le groupe hydraulique de quille du bateau était parti en révision ET sa compagne devait subir une intervention chirurgicale majeure(…). »

A LIRE  FDJ LOTO Française des Jeux. LOTO dédié à la Mission Patrimoine samedi 17 avril 2021

Le refus de la Fédération de Voile
Malheureusement, la Fédération Française de Voile qui doit valider l’organisation de cette course de qualification donne une réponse négative en date du 1er juillet 2016. Le 4 juillet 2016, Jeff Pellet interroge alors la direction de course pour connaître les dernières possibilités qui lui restent pour assurer sa participation au Vendée Globe.
Le 13 juillet 2016, la SAEM Vendée Globe et la direction de course donnent la réponse suivante par lettre recommandée : « La direction de course du Vendée Globe a pris attache avec la FFVoile qui lui a confirmé sa position (….). Compte tenu de ces circonstances et l’Avis de Course faisant foi, nous sommes au regret de ne pas pouvoir vous proposer d’autre alternative pour vous qualifier au Vendée Globe 2016-2017.»

Jeff Pellet, dans son argumentation de ce jour ajoute : « Pourtant le 2 août 2016 à notre grand étonnement le chèque d’inscription de 20.000€ est encaissé. »
Ce qui lui fait croire, peut-être avec un peu de naïveté, que son inscription est encore possible. Naïveté car le contenu de la lettre recommandée et le caractère formel qui y est attaché montrent bien que dès le 13 juillet 2016 la direction de course a fermé la porte à toute autre éventualité pour rester en conformité avec l’Avis de course.

Jeff Pellet continue à expliquer qu’il prend alors la décision de réaliser un parcours dit « exceptionnel » selon les instructions de course (article 4.7 des IC) qu’il considère comme étant « la solution » permettant à la direction de course de le qualifier.
Il informe alors la direction de course de son départ par mail en date du 1er août 2016 confirmée par une lettre recommandée le 16 août 2016, lettre restée sans réponse. Le 30 août 2016, Jeff Pellet, alors qu’il est encore en mer et qu’il envisage d’arriver vers le 3 septembre 2016 aux Sables d’Olonne, fait envoyer une nouvelle lettre recommandée mentionnant le parcours réalisé en mer, espérant que cette course obtiendra l’approbation de la direction de course et qu’elle permettra sa qualification.
En date du 2 septembre 2016, le directeur de course Jacques Caraës lui répond par mail : «Je suis désolé de devoir te préciser que nous ne sommes pas dans un cas de circonstances exceptionnelles, par conséquent en tant que directeur de course je n’ai pas la possibilité de déroger au texte de l’avis de course et de valider ta navigation du mois d’août par dérogation.»

A LIRE  Les Sables-d'Olonne Vendée. PÊCHE: l'extension de la nouvelle criée en cours d'achèvement

Jeff Pellet donne alors un avis très personnel sur des courses qui servaient aux qualifications :  pour la St Barthélemy / Port-la-Forêt et la transat Barkerly, il déclare que «seules  les équipes importantes y ont participé. » Pour la transat Calero Les Canaries / Newport, il déclare que « celle-ci organisée au dernier moment avec le concours de la Fédération espagnole pour qualifier 3 bateaux avant la transat New York / Vendée, (n’est qu’une) course d’arrangement. » Enfin la transat Québec / St-Malo «n’était initialement pas au programme de qualification du Vendée Globe, course normalement courue en équipage. »

Jeff Pellet ajoute que désormais le bateau Come In Vendée est prêt : « suite aux résultats du test à 90°, il manquait 122 kg sur le bulbe de la quille. Nous avons réalisés les travaux nécessaires et les avons fait valider par l’architecte du bateau et M. René Boulaire jaugeur officiel de la classe Imoca. Par mail en date du 3 juillet 2016, le jaugeur nous a notifié qu’il était d’accord pour la délivrance d’un certificat provisoire, et que  le travail devra être contrôlé pour obtenir le certificat pour le Vendée Globe. »
Jeff Pellet attendait l’acceptation de sa qualification par la direction de course pour refaire le test (NDLR : prévu le 30 septembre 2016), en raison du coût pour obtenir le certificat final Imoca: 20 000€.

En conclusion, Jeff Pellet affirme que « depuis le début de notre aventure, nous avons le sentiment de ne pas être les bienvenus sur ce Vendée Globe 2016. » Il ajoute que à peine pré-inscrit l’ancien directeur de course souhaitait invalider sa pré-inscription, « demandant instamment l’acte de propriété du bateau alors que cela ne figure pas dans les instructions de course. »
Amer, il déclare que son bateau est en parfait état de navigabilité et « qu’il vient d’effectuer 4700 milles, soit 3 fois le parcours de qualification que certains skippers ont effectués. »
Il revient également sur le fait que « Come In Vendée est parrainé par 400 entreprises principalement vendéennes, (et que) beaucoup de bénévoles et d’écoles se sont investies et suivent l’opération. »
Enfin, Jeff Pellet réaffirme ce jour sa détermination à endosser le rôle du pirate ; en effet, il s’adresse à ses Partenaires Bénévoles et Amis, déclarant qu’ils peuvent en être assurés, Come In Vendée partira bien pour un tour du monde ! Avec ou sans le Vendée Globe.
Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais

Note : Le bateau Come in Vendée devra quitter son port d’attache des Sables d’Olonne au plus tard le 3 octobre 2016. 

À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse