Vendée Globe 2020 – Les modifications de la course prévues par l’organisation

Vendée Globe 2020 – Les modifications de la course prévues par l’organisation, la SAEM Vendée

 




L’Avis de Course – nécessaire pour toute compétition de voile officielle – est un document important car il régit le déroulement de la course mais aussi les règles à suivre par les skippers afin de pouvoir être sélectionné. L’ampleur de l’organisation et la sécurité nécessaire contraignent à des validations de plus en plus précoces. Ainsi l’Avis de Course pour le Vendée Globe 2020 vient d’être publié alors que nous en sommes qu’à la mi-avril 2018, soit  18 mois avant le départ. Il est vrai que les skippers doivent aussi participer à des épreuves préliminaires obligatoires ce qui nécessite des délais importants et une vision à long terme. Compétence en navigation, sécurité, expérience etc.. sont des éléments absolument incontournables pour participer au Tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance.
L’Avis de course est rédigé par les organisateurs ainsi que la direction de course qui jour un rôle très important dans cette rédaction car elle est la plus à-même de comprendre que les répercussions que cela peut engendrer pour les skippers.

Vendée Globe 2020

La 9e édition du Vendée Globe s’appuiera donc sur un Avis de Course légèrement modifié, notamment pour les sélections.

1 homme, 1 bateau, 1 Tour du monde
« La parution de l’Avis de Course est un jalon important dans notre organisation. Les grands principes du Vendée Globe restent bien sûr inchangés » a déclaré Yves Auvinet, président du Conseil départemental de Vendée et de la SAEM Vendée.
« En 8 éditions, le Vendée Globe n’a rien perdu de sa magie grâce à un concept simple : un homme, un bateau, un tour du monde. L’événement rencontre un engouement toujours fort, parmi les marins, mais aussi parmi le public » a ajouté Yves Auvinet.
Il est vrai que les chiffres des retombées économiques pour la Vendée sont très positifs:  après l’édition de 2016, les retombées économiques sont en hausse de 15%, avec 35,5 millions d’euros de chiffre d’affaire générés par l’événement!
Mais que l’on se rassure, il n’est pas touché au « concept originel et aux valeurs fondatrices du Vendée Globe » : un tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance, par les trois caps que sont Bonne Espérance, Leeuwin et Horn que les skippers doivent laisser à bâbord tandis que le continent Antarctique se trouve à leur tribord.

Modifications et/ou clarifications
On se souvient que des débats avaient été lancés lors de la dernière édition sur les aides qui pouvaient être apportées par l’équipe du skipper à partir de la terre. Voici donc les précisions apportées à ce sujet ainsi que sur d’autres aspects:

« – La notion de « non assistance » a été largement détaillée avec, notamment, l’interdiction de prendre la main sur l’ordinateur de bord depuis la terre.

Un temps limite pour terminer la course a été fixé à 163 jours (temps réalisé par Jean-François Coste, le dernier concurrent de la première édition);
– En cas d’avarie après le départ et de retour au Port des Sables d’Olonne (seule escale technique autorisée), l’équipe pourra monter à bord du bateau dans les 3 milles avant la bouée Nouch Sud;
– La règle de remplacement en cas d’incapacité du skipper a été assouplie avec une possibilité après le départ de la course, sous certaines conditions;
– Le principe des 72 points de la Zone d’Exclusion Antarctique est entériné. »

Frais de participation
Des frais d’inscription ont été établis et leurs montants est de 10 000 euros tandis que le montant des prize money (prix distribués) passe de de 600 000€ au total à 800.000€.

Qualifications / Sélections
La qualification pour le Vendée Globe est ce qui stresse le plus les skippers avant le départ, puis ce sont les difficiles conditions de navigation. Des règles précisent encadrent le processus de sélection et, skipper comme bateau, doivent répondre à un certain nombre d’obligations: sécurité du bateau avec par exemple le fameux test de retournement, mais aussi expérience du skipper avec l’obligation de participer à un certain nombre de courses. On se souvient avant le départ du Vendée Globe 2016 du problème récurrent qu’avait connu le skipper du bateau « Come-in Vendée » qui, finalement, n’avait pas pu s’aligner.

Le nombre de participants reste le même que ce qui avait été prévu à la dernière édition – et annoncé par Yves Auvinet – à savoir 30 bateaux au maximum. Or, d’après l’organisation, les déclarations d’intention dépassent déjà ce quota!

Test de retournement


L’organisation a défini deux principes prioritaires concernant le dispositif de sélection:
– Les skippers ayant terminé le précédent Vendée Globe et ceux ayant un bateau neuf en construction (lancé à partir du 1er janvier 2017) seront présélectionnés. Cependant ils devront, comme les autres, passer par une phase préliminaire obligatoire.
*skippers du Vendée Globe précédent: effectuer a minima 2000 milles en solitaire sur un parcours déterminé avec la Direction de Course, à bord de leur nouveau bateau.
*bateau neuf en construction: disputer au moins une des courses transatlantiques figurant au programme de la Classe Imoca, les Globe Series.
– En cas de dépassement des 30 pré-inscrits, la primeur sera donnée à ceux ayant cumulé le plus grand nombre de milles sur les courses du circuit Imoca, dont, obligatoirement une transat.

Deux principes auxquels elle a ajouté un troisième, assez surprenant car novateur, celui de pouvoir accorder 4 « wild-cards. » Il s’agit d’un système qui existe depuis fort longtemps, par exemple pour des compétitions sportives. Il a longtemps été utilisé afin de permettre à un ancien vainqueur d’un grand tournoi soit d’y participer à nouveau sans être obligé de jouer les tours qualificatifs, soit pour jouer le dernier tournoi de sa carrière.
Mais depuis peu, il est aussi utilisé au bénéfice de jeunes espoirs afin de les faire rentrer dans le « grand tableau ». D’un côté, une reconnaissance et une facilité liée à l’âge de l’ancien champion, de l’autre un moyen de créer une émulation.
Quel que puisse être l’intérêt de ces wild-cards, on conseillera à l’organisation de les utiliser avec une extrême prudence tant ces passe-droits peuvent entraîner de jalousies ou d’incompréhensions.
Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sabalais

Pour ceux qui souhaitent comparer les textes, voici les 2 version de l’avis de Course, 2016 et 2020.
VendeeGlobe_avisdecourse2016
VendeeGlobe_avisdecourse2020

 




À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

France – FLASH – La Cour d’Appel ordonne de reprendre les traitements de Vincent Lambert

France – FLASH – La Cour d’Appel ordonne de reprendre les traitements de Vincent Lambert Me Jean Paillot, avocat des parents, avait ...