Caroline Pottier

Les Sables d’Olonne Vendée – Municipales 2020: 7 questions à Caroline Pottier




 

 

 

 

Les Sables d’Olonne Vendée – Liste et photo officielle Bien Vivre Ensemble avec Caroline Pottier

 


Le Reporter sablais:
Quel est votre parcours?
Caroline Pottier: Je suis née en Ile de France, et j’habite aux Sables d’Olonne depuis 16 ans – 2004 -. Je suis venue en Vendée par amour. J’ai passé un Master 2 de Parcours artistique et je gère actuellement une Galerie d’art après avoir été photographe durant 25 ans.
LRS: Comment a commencé cette aventure avec le Rassemblement de la Gauche?
CP: Face à l’urgence écologique indissociable de l’urgence sociale, ainsi que du fort besoin de démocratie, il nous a semblé indispensable de rassembler toute la gauche. Notre Rassemblement comprend des composantes politiques de gauche et écologiques, y compris des membres socialistes; des composantes associatives, dont les Gilets jaunes; et des composantes citoyennes (plus de 50% de nos candidats ne sont pas encartés).

LRS: Quel est votre projet sur le plan médical?
CP: Pour nous, la sénté est un droit fondamental pour tous. Pour attirer et retenir les médecins, il faut les salarier car les jeunes médecins souhaitent, eux aussi, profiter d’une leur vie sociale et familiale.
On désire un Centre municipal de Santé avec des médecins salariés; cela permet de lutter contre la pénurie et permet d’obtenir le tiers payant (aucune avance des frais médicaux). Selon les études qui ont été réalisées, la structure peut fonctionner à l’équilibre grâce aux aides de l’ARS et aux remboursements de la Sécurité sociale. Seuls subsistent donc les frais d’investissement immobilier mais la commune peut faciliter les choses en proposant des locaux.
Le Centre municipal, en lien étroit avec le Centre hospitalier, permettra de soulager les Urgences.

A LIRE  Les Sables d'Olonne Vendée Coronavirus - Etat de la situation par le chef du Service de Réanimation du CHD

LRS: Quel est votre projet sur le plan du logement?
CP: L’accès au logement est notre priorité, incontournable. Nous souhaitons passer à un quota de 35% de logements à loyer modéré et les attribuer en priorité aux jeunes et aux familles, et créer du logement participatif, partagé et écologique (avec des pièces communes comme les buanderies), ainsi qu’un jardin partagé.

LRS: Quel est votre projet sur la circulation, le stationnement et les zones piétonnes ?
CP: On ne peut décréter comme ça qu’une rue déterminée deviendra piétonne. Nous souhaitons un Plan global avec une grande consultation citoyenne y compris pour le Remblai; ce Plan est en lien direct avec la question suivante: quelle ville voulons nous demain?
Nous sommes favorables à l’extension des zones bleues pour proposer du stationnement gratuit à l’année. Favorables aussi aux transports en commun gratuits à l’année car c’est un élément indispensable à la lutte contre la pollution, contre le réchauffement climatique et nécessaire pour désengorger la ville des Sables d’Olonne.
Il est nécessaire de développer les modes de circulation douce.

LRS: Quel est votre projet sur le plan universitaire, à propos du numérique ?
CP: Les Sables d’Olonne connaît un déficit, comme en Vendée, en établissements supérieurs.
Ce que nous voulons fait partie de nos propositions phare: la mise en place d’une Université publique de l’écologie. Notre territoire propose une grande diversité de milieux, des forêts, des marais, l’océan et d’éléments, l’eau, le soleil, le vent etc.. et constitue un lieu déterminant pour les énergies renouvelables.
Cette Université de l’écologie sera l’un des moyens pour garder les jeunes et d’en attirer d’autres.
Enfin, le numérique va être la première fracture et pour cette raison nous voulons créer un service municipal qui sera chargé d’aider les personnes âgées dans toutes leurs démarches.

A LIRE  Coronavirus Vendée - FRANCE: les statistiques par régions au samedi 28 mars 2020

LRS: Quel est votre projet sur le plan Tourisme et Economie ?
CP: La Ville des Sables d’Olonne est touristique et c’est historique. Mais nous ne voulons pas une ville à 2 vitesses. Certes, elle vit du tourisme mais on souhaite aussi qu’elle vive à l’année avec des familles (et donc des enfants permettant de conserver des classes), du logement, un bassin d’emploi, notamment sur l’écologie.
On veut aussi soutenir les TPE et l’artisanat de proximité et inscrire dans le PLU l’exclusion de toute création et extension de grandes surfaces.

LRS: Des idées spécifiques propres à l’environnement, à la végétalisation, à l’alimentation ?
CP: Nous pensons que face à l’urgence écologique il faut changer de mode de développement, produire et consommer autrement, favoriser l’installation d’agriculteurs bio sur la ville.
Mettre 100% de produits bio et locaux dans la restauration scolaire fait partie de nos ambitions tout en sanctuarisant les espaces naturels et les terres agricoles.
Un autre objectif est de planter des arbres fruitiers dans la Ville, et végétaliser le plus possible les espaces et bâtiments publics.

Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais

 

 

 

 




À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

x

Check Also

Les Sables-d’Olonne Vendée OCEA – Philippines: le Gabriela Silang arrivera à Manille le 7 avril 2020

  Mise à Jour Philippines: le Gabriela Silang arrivera à Manille le 7 avril 2020 Le Gabriela Silang est resté environ deux ...