Vendée Les Sables d'Olonne - Reines des Sables en 1924

Les Sables-d’Olonne Vendée. HISTOIRE: nos belles Reines pour l’année 1924




 

 

A cette époque, tous les grands journaux quotidiens désignaient souvent le joli costume sablais comme le plus beau de France !
Et il était mis en valeur par de vraies ambassadrices de la Ville, les Reines des Sables d’Olonne.

En cette année 1924, la reine couronnée fut Mademoiselle Suzanne Dappel-Voisin.
Elle avait été élue au cours d’une grande soirée organisée par le Comité des Fêtes au Grand Café de la Plage, l’un des établissements les plus prestigieux de la Ville avec Le Navarin.
Le Café de la Plage, situé sur le Remblai comprenait une très belle salle mais aussi, à l’arrière, un beau jardin d’été.

Les deux demoiselles d’honneur étaient Mlle Florence Blanchard et Mlle Fernande Fradet.
La Reine et les deux demoiselles d’honneur appartenaient à des familles des marins, des familles nombreuses.
Beaucoup d’enfants mourraient en bas âge, alors on avait coutume de mentionner deux chiffres…
Ainsi, la Reine indiqua que la fatrie – issue « d’un brave ménage de marins » – était composée de « huit sur onze » enfants.
Tous habitant au 39 rue du Port.
Les deux demoiselles d’honneur appartenaient elles aussi à des familles de marins, chaumois, comportant six ou sept enfants.

« Elles portent admirablement bien le joli costume sablais », précisa le narrateur, qui était certainement aussi un admirateur de ces beautés.
Il se satisfaisait aussi qu’aient été élues des filles de marins, « corporation particulièrement éprouvée cette année ».

L’élection était un véritable événement, on disait alors une « manifestation première« , puisque près de 1000 (mille) personnes avaient assisté à la cérémonie.

Philippe Brossard-Lotz

Le Reporter sablais

 

 

 

 

 




 

 

 

À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

x

Check Also

Les Sables-d’Olonne Vendée Globe. Arrivées des skippers: Le Maire des Sables en appelle au Président de la République

    À la grandeur de cette Aventure, à l’héroïsme de ses marins, la France ne peut répondre par le silence de ...