Les Sables-d’Olonne Vendée Globe. POLICE: un réfractaire pertube l’évacuation de la petite jetée




 

Les Sables-d’Olonne Vendée Globe. POLICE: un réfractaire pertube l’évacuation de la petite jetée

 

Les Services de Police ont sans doute fait preuve de naïveté pour l’arrivée de Jérémie Beyou.
Ils n’ont pas suffisamment compté sur la passion du Vendée Globe des Sablais et Vendéens ainsi que sur le jour concerné, un samedi.

En plus, les nouvelles technologies permettent désormais d’obtenir des renseignement quasi-instantanés. L’heure d’arrivée approximative de Jérémie se propagea très vite.
Les jetées, vides vers 10h du matin, se remplirent progressivement à partir de 12h30 pour une arrivée effective à 13h30.
On pouvait y côtoyer des promeneurs de chiens, des joggeurs, et des passionnés de la marche.
Sans doute y avait-il aussi des adeptes des missions d’intérêt général et des motifs impérieux.

Pour beaucoup, leur passion pour le Vendée Globe s’est transformée en motif impérieux, d’autant plus qu’il s’agissait de soutenir psychologiquement Jérémie Beyou, de retour après avoir été victime d’avaries lors du début de course du Vendée Globe.

Les interdictions d’accès aux jetées n’ayant pas été prévues dès le début, les évacuations de tant de monde avec juste quelques hommes pouvaient paraître délicates.
Et sur la petite jetée ce qui risquait d’advenir est advenu.
Un réfractaire, juché sur son vélo et sans masque, jugea inadmissible que l’on atteigne à sa liberté, selon ses propos. Il semblait ne pas comprendre que l’on puisse oser lui demander d’évacuer le lieu alors qu’il n’avait rien fait de mal.
“Qu’est-ce que je vous ai fait ?” protestait-il !

 

Les policiers, au nombre de 5 ou 6 sur la petite jetée le forcèrent à avancer mais l’individu s’arqueboutait sur son vélo et arrivait à se maintenir en selle. L’un des policiers chercha bien à le forcer à lâcher son guidon, mais le cycliste vitupéra: “Vous cherchez à me blesser ?”
Pendant ce temps, la foule des spectateurs restait campée sur la petite jetée.
Deux des policiers quittèrent alors la présente scène pour faire évacuer la jetée, tandis que les autres, entourant le réfractaire, calmèrent le jeu.
Dédramatisant la situation, ils tentèrent de le raisonner, de lui faire comprendre que seule la situation sanitaire imposait cette extrêmité.

Les seuls à être restés sur place furent quelques journalistes accrédités, qui ne s’intéressèrent alors qu’à l’arrivée de Jérémie Beyou sur Charal.
Le skipper rentra dans le chenal. Il déclara plus tard avoir été impressionné par le soutien que lui avaient apporté des spectateurs qui, certes avaient quitté la jetée mais se retrouvaient un plus loin à contempler le chenal.

Après de nombreux clics et quelques vidéos, nous quittâmes en courant le lieu pour rejoindre le ponton du Vendée Globe où Jérémie Beyou allait donner un point Presse.
En partant, nous entendîmes seulement que le réfractaire se faisait demander sa carte d’identité.

Le débat entre la défense des libertés et les nécessités sanitaires est loin d’être fermé.

 

Philippe Brossard-Lotz

Le Reporter sablais

 




Laisser un commentaire

Adblock détecté

Bloqueur de publicités détecté. Nos articles sont gratuits et seule la publicité nous permet de nous développer. Merci d'insérer www.lereportersablais.com dans la liste de vos sites autorisés dans les paramètres de l'application Adblock que vous avez téléchargé sur votre smartphone ou ordinateur.