Les Sables d'Olonne Vendée - Liste et photo de l'équipe d'Anthony Bourget

Les Sables d’Olonne Vendée – Anthony Bourget présente ses colistiers pour les Municipales 2020

 


Municipales 2020 Les Sables d’Olonne – Liste Anthony Bourget

 

 

Dimanche 16 février 2020 – 10h30.
Anthony Bourget présente ses colistiers sur le site de l’Aire des Vallées, quartier du Château d’Olonne.

La moyenne d’âge de la liste est de 50 ans.
Quinze sont âgés de moins de 40 ans.
Seize ont entre 40 et 60 ans.
Quatorze ont 60 ans et plus.

La liste est équilibrée et diverse, se veut tournée vers la jeunesse, comprenant à la fois des personnes du public et du privé, avec des profils qui se complètent.
La volonté était d’avoir des colistiers jeunes car les dossiers comme l’écologie ou l’environnement sont des défis à relever pour cette jeunesse.
En font aussi partie des gens d’expérience qui pourront apporter leurs connaissance sur un certain nombre de dossiers, notamment sur les sujets communautaires.
Un équilibre a été trouvé pour une représentation de tous les quartiers, de toutes les tranches d’âges et avec des colistiers dont les professions sont variées.
Par exemple des fonctionnaires ayant une expérience en matière de gestion publique, en voirie, en finances publiques.
A l’inverse, il a aussi été fait appel à des entrepreneurs, des jeunes qui savent mener un projet, capables d’innover et souhaitant surtout être efficaces, et faisant fi des positionnements ou clivages politiques.

L’exemple de Nina
Nina est une des plus jeunes colistière; elle est âgée de 21 ans. Elle passe son BPJeps en fitness et musculation pour devenir éducatrice sportive.
Elle est novice en politique communale mais elle entend jouer un rôle pour dynamiser la Ville des Sables d’Olonne, et elle considère que pour cela sa jeunesse est un atout.
Parmi les points essentiels pour elle il y a le logement et le nécessaire développement des post-bac aux Sables d’Olonne.
« Il y a ce qu’il faut en écoles jusqu’au Bac, dit-elle, mais c’est après que se pose le problème. »

Comme exemple, elle raconte son parcours. Elle souhaitait, après le Bac, rester aux Sables d’Olonne mais pour des raisons d’absence de filière sur place, elle est partie à Nantes pour effectuer une première année de médecine.
Elle a échoué et elle explique que c’est difficile de faire un choix de filière après le bac; de plus, la pratique du sport lui manquait.
Elle complète en indiquant que de quitter Les Sables d’Olonne – en l’occurence pour Nantes – c’est souvent un déchirement affectif avec la famille, sans parler des dépenses financières que cela entraîne.
« Les Sables d’Olonne, c’est une ville paisible, c’est un de ses atouts; mes parents n’étaient en plus pas rassurés que j’aille à Nantes » ajoute-t-elle. C’est à ses yeux un argument de plus pour que se développent absolument les filières post-Bac aux Sables d’Olonne.

A LIRE  Vendée. Nomination à la Préfecture de la Vendée

Nina est revenue aux Sables d’Olonne, ce qu’elle souhaitait, parce qu’un institut sportif, l’IRSS, qui existe depuis l’année dernière, y propose désormais une formation sport.  (https://www.irss.fr/ecoles/irss-les-sables-d-olonne )

Anthony Bourget indique qu’il est absolument nécessaire que des jeunes soient représentés au sein du Conseil municipal. Pour qu’ils apportent leur éclairage, par exemple sur ces problèmes de filières scolaires et sur l’obligation d’aller poursuivre ses études en faculté dans une autre ville.
Pour lui, même si Les Sables d’Olonne a beaucoup d’atouts, il y a un vrai déséquilibre. Demain dit-il, avec le développement numérique on pourra relocaliser les Sablais qui ont dû quitter la ville. Sans dévaloriser ces professions, on ne peut penser toujours en terme d’emploi à ceux de garçon de café ou d’agent immobilier. Il faut qu’il y ait d’autres perspectives. Anthony Bourget pense aussi qu’à la prochaine génération, chacun voudra rester sur son lieu de vie, ce sera cela le choix primordial, pense-t-il, bien plus que le choix du type de travail.
Les jeunes veulent se maintenir sur Les Sables d’Olonne et ne pas aller dans les grandes villes où ils doivent subir la pollution ou les embouteillages.
Nous sommes, conclut-il à un tournant historique et la fusion est un accélérateur: les gens vont de plus en plus faire le choix du littoral en privilégiant Les Sables d’Olonne car c’est une ville sur le littoral, même si sur certains points elle n’est encore qu’une station balnéaire.

A LIRE  Grosbreuil Vendée. Une maison entièrement embrasée à l’arrivée des secours

Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais

 

Liste Anthony Bourget

 

 

À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

x

Check Also

Noirmoutier Barbâtre Vendée. Encore un drame dans le Passage du Gois

      Début d’intervention (les données sont susceptibles d’évoluer ou d’être précisées au cours de l’intervention) Les Sapeurs-Pompiers ont été appelés ...