Joshua de Bernard Moitessier

Golden Globe Race – L’ombre de Moitessier avec le « Joshua »

Golden Globe Race – L’ombre de Moitessier avec le « Joshua »





La Golden Globe Race (GGR) est sur le départ. Celui-ci sera donné le 1er juillet 2018, 50 ans après la première aventure organisée par le Sunday Times en août 1968. En attendant, au Village et sur les quais du Vendée Globe, les animations et visites se poursuivent à un bon rythme, sans excès, ce qui est bien au vu de la canicule qui sévit aux Sables d’Olonne – et dans toute la France – actuellement. La légère brise ne suffit pas à adoucir les 32 degrés à l’ombre.
Parmi les visiteurs, nombreux sont ceux qui s’intéressent aux navires et bateaux qui sont à quai pour accompagner l’événement de la GGR.
La Belle Poule, le Suhali, le Joshua et la série des Pen Duick sont visités avec plaisir et curiosité.

Le Joshua a toute sa place comme pièce unique pour célébrer les 50 ans et ce nouveau départ. En effet, c’est le voilier qu’utilisa Bernard Moitessier (1925 – 1994) pour le Golden Globe Challenge parti de Plymouth le 22 août 1968. Bernard Moitessier, en tête de cette première course en solitaire autour du monde par les trois caps, décida subitement d’abandonner la course – dotée d’un globe en or et de 5000 £ -.
Il fait alors demi-tour et repasse par les caps de Bonne Espérance et de Leeuwin.
En guise d’explications, il déclare: « Je continue parce que je suis heureux en mer et peut-être aussi pour sauver mon âme. »

Après 10 mois de navigation et 37500 milles parcourus, Bernard Moitessier s’arrête le 21 juin 1969 à Papeete. Il restera ainsi plusieurs années en Polynésie, vivant sur les atolls, loin de son épouse. Il aura un enfant, Stephan en 1971 avec Ileana. En 1980, il rejoint la Californie.
Mais le Joshua va connaître le pire le 8 décembre 1982. Le voilier, construit en 1962 à Chaufailles par le chantier Meta dirigé par Jean Fricaud, est drossé à la côte par un cyclone à Cabo San Lucas (Mexique). 26 bateaux seront endommagés ce jour-là.
Il est sérieusement abîmé: « démâté, trappes brisées, safran disparu, il est enfoncé profondément dans la plage. » La carène enfoncée restant cependant étanche. Un jeune homme, Reto Fili, le sorti de sa gangue et le remis en état. Bernard Moitessier le lui céda.
Fili emmena le voilier à Seattle où l’américaine Johanna Slee, marin professionnelle, l’acheta. En 1989, Virginia Connor remarqua le ketch rouge à Seattle et envoya une photo à Voiles et Voiliers. Une fois authentifié, Patrick Schnepp, directeur du musée national maritime à La Rochelle traversa l’Atlantique pour le racheter et ramena Joshua en France. Le 14 septembre 1990, c’est Bernard Moitessier lui-même qui le barre lorsqu’il entre au Grand Pavois de La Rochelle.
Le 6 septembre 1993, Joshua est classé Monument historique. L’association des Amis du Musée, créée en 1986, assure la gestion du voilier mythique.

Le Joshua qui effectua entre 1963 et 1965 le trajet Marseille / Tahiti par Panama et Les Galapagos – en forme de voyage de noces pour Bernard et Françoise Moitessier – puis Tahiti / Alicante par le Cap Horn en 1965/66, voyage désormais 150 jours par an, soit pour les amis du Musée maritime de La Rochelle – à la journée ou pour des croisières -, soit lors d’événements nautiques, du 1er mai au 31 octobre de chaque année.
Le Joshua sur lequel navigua Bernard Moitessier lorsque celui-ci fit demi-tour et abandonna la course, fut donc ce compagnon qui permit à Moitessier de sauver son âme.
Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais

(Sources: Musée maritime de La Rochelle)





À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

2019 – La liste des lauréats du Pavillon bleu

    L’annonce a été faite ce mercredi 22 mai 2019 à Plouhinec dans le Morbihan. Avec les lauréats de cette année, ...