Victor Brauner / Poisson d'Honneur

Le Musée de l’Abbaye Ste-Croix s’adjuge au marteau deux Victor Brauner

Le Musée de l’Abbaye Ste-Croix s’adjuge au marteau deux Victor Brauner




La conservatrice en chef du Patrimoine et Directrice du Musée, Gaëlle Gaëlle Rageot-Deshayes, était au téléphone pour enchérir lors de la vente Christie’s le 28 février dernier. Objectif ? Etre le meilleur enchérisseur pour deux pièces jugées indispensables pour compléter la collection des Onomatomanies que possède le Musée. Ce dernier en possédait en effet 17 sur les 37 existantes grâce à un don en 1987 de Jacqueline Brauner, épouse de l’artiste.

Il en a désormais 19 puisque le Musée a été l’enchérisseur le plus offrant pour « Victor Victorios victorieux aux causes victoriennes » parti à 55.000 £ (livre anglaise) et pour « Victor Victorios éperonné figuré du poisson d’honneur » parti à 65.000 £.

Victor Brauner, c’est l’un des deux artistes phares du Musée de l’Abbaye Ste-Croix des Sables d’Olonne avec Gaston Chaissac. Peintre du mystère, intégré au mouvement surréaliste d’André Breton, il est davantage connu à l’étranger encore que ne l’est Chaissac. Le Musée possède 55 de ses oeuvres dont 17 onomatomanies, réalisées en 1949 et léguées par la veuve de l’artiste.

Victor Brauner était roumain d’origine, il suivit les cours de l’Ecole des Beaux-Arts de Bucarest. Il vint à Paris vers 1924-25, puis y retourna en 1930 pour définitivement s’installer en France en 1938.
C’est grâce au Comité Brauner, mis en place par la veuve de Victor Brauner, Jacqueline, une entité bénéficiant de fonds destinés à la mise en valeur de son oeuvre, que le Musée à pu acquérir ces deux pièces maîtresses. En effet, une enveloppe de 200.000 € environ avait été fixée comme subventions afin que le Musée puisse procéder à ces acquisitions. Le coût global est d’environ 180.000€ soit 90.000€ environ pièce pour des estimation variant dans une fourchette de 30 à 57.000€.

Une opération « blanche » pour le Musée et la Ville des Sables d’Olonne qui se sont réjouis l’un comme l’autre de cette extraordinaire opportunité de compléter les collections de ce Musée dont la collection de Victor Brauner est désormais considérée comme incontournable pour les amateurs de surréalisme.
On notera que c’est un ancien conservateur du Musée des Sables d’Olonne, Didier Semin, qui est l’un des grand spécialiste de cet artiste, et auteur d’une biographie de référence.
Des ventes régulières d’oeuvres de Brauner se produisent sur le marché de l’art, mais ces deux pièces avaient un attrait particulier car elles faisaient partie de la série des Onomatomanies: « Une saga autobiographique, une véritable généalogie du Moi, une histoire de la formation de la personnalité. (…) Libéré, Brauner fait une introspection. (…) Dans les Onomatomanies, tout est littéral, en prise directe avec les attentes du moi qui rêve de pouvoir et de reconnaissance, sexuelle notammaent. C’est le solipsisme. »
Dans les titres des oeuvres, il redouble son prénom, ajoute donc un double à son intimité, pour mettre en scène des histoires qui sont autant de jeux.
Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais




À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Vendée La Roche-sur-Yon – Rencontre vélocipédique avec le ministre de l’Economie Bruno Le Maire

Vendée La Roche-sur-Yon – Rencontre vélocipédique avec le ministre de l’Economie Bruno Le Maire Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno ...