Députés en Vendée

Elections Législatives 2017 en Vendée – Les forces en présence…

Primaires et affaires focalisent les électeurs sur les très proches élections présidentielles. Les élections législatives qui auront lieu dans la foulée, les 11 et 18 juin 2017, marquent pour l’instant moins les esprits. Cela n’empêche pas les uns et les autres parmi les candidats de tisser leur toile et d’avancer leurs pions, voire de dévoiler leur stratégie.

Véronique Besse et Yannick Moreau
– Chez Véronique Besse et Yannick Moreau, c’est motus et bouche cousue…. Dans la 4ème circonscription, on ne sait toujours pas si Véronique Besse (non-inscrite, influence villieriste) sera candidate; en attendant, les alliés potentiels ne présentent pas de candidats sur ce territoire à l’identité particulière.
En Vendée littorale, 3ème circonscription, la député sortant Yannick Moreau n’a toujours pas fait officiellement acte de candidature mais a cependant été investi par Les Républicains. D’après un faisceau d’indices que nous avons pu recueillir, il devrait être candidat, mais il a fait le choix médiatique de déclarer que le choix du futur président de la République était nettement plus important pour l’avenir de la France que celui des députés. Une manière de renvoyer la proclamation de sa décision à plus tard. Alliance et dissidence seront au menu de l’élection en Vendée littorale. Alliance avec des hommes politiques d’influence dans les villes d’importance, dissidence avec la candidature surprise de Noël Faucher, maire de Noirmoutier, encarté LR et qui se présente malgré l’investiture officielle de Yannick Moreau par les LR.

Sylviane Bulteau
– Sylviane Bulteau, députée de la 2ème circonscription de LRSY Sud, a fait le choix de mettre en avant dans la presse, les réseaux sociaux ou lors de meeting de soutien à d’autres candidats PS, l’incapacité – (NDLR: provisoire) – des LR à présenter officiellement des candidats.
Mise à jour: Ainsi, elle pointait le fait que dans la 2ème circonscription (la sienne) il n’y avait toujours pas de candidat de droite*
Et pas davantage dans la 4ème. Elle note que dans la 5ème (détenue par Hugues Fourage – PS) « les LR avait d’abord désigné Valentin Josse, exfiltré rapidement au profit de Jean-Michel Lalère (maire LR de Fontenay depuis 2014). »  Critique, elle déclare: « Eh bien je me dis que la fédération LR présidée par Bruno Retailleau n’est pas tenue ! Sans doute que ce dernier, pris à plein temps par la com’ et la défense de François Fillon, ne gère plus grand chose en Vendée…. »
Elle rappelle que le Parti Socialiste a désigné quatre candidats, Cécile Dreure dans la 1ère, Sylviane Bulteau (elle-même) dans la 2ème, Anthony Pitalier dans la 3ème, et Hugues Fourage dans la 5ème. Elle reste cependant très discrète sur la 4ème circonscription, indiquant seulement que celle-ci « était potentiellement réservée à un partenaire. »  Un écologiste ??
Elle avait précédemment, lors d’un meeting d’Anthony Pitalier, considéré que « le PS n’était pas tout à fait mort » tandis que, selon ses propos, « chez les LR, il y avait des choses bien étranges! »
(NDLR: Luc Bouard, maire de La Roche-sur-Yon, un temps pressenti, a finalement abandonné estimant nécessaire de rester ancré dans son territoire. Favorable au cumul des mandats de maire et de député, Luc Bouard a dû abandonner son ambition législative en raison du refus exprimé des candidats LR à la présidentielle de revenir sur la loi anti-cumul. Seul Nicolas Sarkozy avait exprimé cette intention de revenir sur la loi ainsi qu’au début François Fillon. Fillon s’y étant ensuite opposé et étant le candidat investi par les Primaires, Luc Bouard a jeté l’éponge. Le 10 février 2017, il nous disait cependant qu’au vu de l’affaire Fillon et de ses éventuelles répercussions, si un nouveau candidat LR favorable au cumul des mandats émergeait, il pourrait très bien revoir sa position).

 

Béatrice Bellamy


Mise à Jour: Depuis ce mardi 28 février 2017, c’est donc Béatrice Bellamy, élue yonnaise, qui a été investie par la Commission d’investiture des LR aujourd’hui même. Agée de 50 ans, elle est conseillère municipale à La Roche-sur-Yon, déléguée aux événements sportifs (on notera parmi ses succès, l’organisation de la manifestation La Joséphine, événement en faveur de la lutte contre le cancer et plus particulièrement contre le cancer du sein).

La Joséphine

 

Jean-Michel Lalère – Maire de Fontenay-le-Comte

Mise à Jour: Dans la 5ème circonscription, Jean-Michel Lalère a lancé sa campagne le 25 février 2017. C’est un élu enraciné de longue date dans le Sud-Vendée (responsabilités auprès du Président du Conseil général, attaché parlementaire, et maire de Fontenay-le-Comte).
Maire de Fontenay-le-Comte, il a grandi dans le Sud-Vendée, un territoire qu’il aime et qui lui a, dit-il, “donné des racines, une histoire, une culture et des valeurs fortes.
Il a lancé sa campagne depuis Doix-lès-Fontaines et plus précisément de Fontaines. Ce choix n’est pas anodin! En effet, c’est à partir de Fontaines que l’A831 devait s’élancer vers le sud et désenclaver le Sud-Vendée. “Une petite commune, dit-il, qui est le symbole des promesses non tenues du Gouvernement.” Un projet routier qui, selon ses dires, était souhaité par l’ensemble des élus, des entreprises, des riverains de la D137 et la majorité des habitants du Sud-Vendée.
Jean-Michel Lalère considère que le Sud-Vendée dispose d’énergies “qui ne demandent qu’à pouvoir s’exprimer” et se donne comme mission et ambition de “libérer ces énergies.”  Il ajoute que le Sud-Vendée doit aujourd’hui changer de cap et pour cela il faut un capitaine. Il se propose d’être ce nouveau pilote.
A propos de Hugues Fourage (député socialiste sortant de la 5ème circonscription), Jean-Michel Lalère déclare que celui-ci “a créé une énorme déception depuis 5 ans, l’exemple de l’A831, torpillée par Ségolène Royal, en est l’exemple le plus frappant.” Pour lui, rien n’a été obtenu pour le Sud-Vendée malgré la proximité d’Hugues Fourage avec Manuel Valls et son appartenance à la majorité gouvernementale. “Le Sud-Vendée mérite mieux u’un député qui fait venir des ministres. Le Sud-Vendée mérite qu’on se batte pour lui” condamne-t-il fermement.

S’il est élu député, Jean-Michel Lalère mettra en oeuvre un projet autour de 3 axes prioritaires qui seront les fils-rouges de sa campagne, de ses rencontres et de ses échanges:

La 1ère priorité : développer l’emploi dans le Sud-Vendée
“S’il n’appartient pas aux élus de créer des emplois, c’est eux qui doivent créer les conditions économiques favorables pour que les chefs d’entreprises puissent recruter. Cela passe par la création d’un cadre législatif stable, mais aussi par le développement des infrastructures nécessaires au développement économique comme les infrastructures routières, ferroviaires ou numériques.”

La 2de priorité, c’est faire vivre notre ruralité
“Je veux que le Sud-Vendée puisse bénéficier d’un niveau de services équivalents à ceux qui sont offerts dans les plus grandes villes. Je veux à tout prix éviter la fracture territoriale qui menace le Sud-Vendée. Et pour l’éviter, l’urgence c’est de combattre avec détermination la désertification médicale et soutenir les services de proximité.”

La 3ème priorité, c’est transmettre notre identité
“Certains nous expliquent que l’identité rurale, c’est terminé. Que nous devons nous défaire de tout ce qui nous empêche d’être des citoyens du monde : notre histoire locale, nos traditions locales. Nous revendiquons l’inverse car nous savons en Vendée que notre identité est notre force et que c’est sur ce socle que s’est construite la Vendée d’aujourd’hui.”

En conclusion, Jean-Michel Lalère déclare:
Aujourd’hui, je vous propose de continuer à agir pour le Sud-Vendée, sous une forme différente : plus forte et plus engageante en tant que Député pour faire entendre la voix du Sud-Vendée dans l’ensemble du département, à la Région et au niveau national.
Je suis déterminé à remporter cette bataille législative et à donner un vrai député au Sud-Vendée à l’Assemblée nationale.

Anthony Pitalier
– Anthony Pitalier, candidat PS sur la 3ème circonscription, a choisi comme stratégie de s’attaquer de front au député sortant Yannick Moreau. Il déclare être « social-démocrate, progressiste et réformiste, au sein du PS. Sur cette circonscription, je serai le seul social-démocrate » et avoir « tout appris auprès d’Elisabeth Guigou qui est aussi une social-démocrate. Je me suis engagé au PS à 18 ans pour lutter contre les injustices et les discriminations. Je viens d’un milieu populaire. » Montrant que la bataille des législatives avaient bien commencé, il s’en est prit dans son premier meeting au député actuel de la Vendée littorale (3ème Circ.) Yannick Moreau: « Yannick Moreau n’appartient pas à n’importe quelle droite, mais à la droite forte, à une droite extrême. Il vient du parti Mouvement Pour la France (MPF). » (NDLR: parti de Philippe de Villiers). Puis il précisa: « Yannick Moreau a désormais un opposant LR dans sa circonscription. C’est bien la preuve qu’il n’a pas réussi à rassembler. » Apportant un soutien indéfectible à François Hollande, Anthony Pitalier donna quelques exemples plus précis sur ses inspirations politiques: « Je suis là pour donner de l’espoir et non du rêve. Le rêve non réalisé entraîne de la déception et, dans ce cas, on finit par créer de la rancoeur; on risque alors d’envoyer les gens dans les bras du FN. » Il donna aussi quelques précisions sur le thème du travail, s’écartant en cela de certaines philosophies de gauche: « Tout en étant de gauche, je crois en la valeur du travail. » Mais, il ne s’éloigne pas trop longtemps des sentiers battus en revenant rapidement au coeur de ce que la gauche considère comme son fer de lance, l’humanisme dont il se veut un ardent défenseur.
Il en vient ensuite à deux sujets sur lesquels la droite et la gauche sont rarement en phase: la laïcité et l’éducation. « Je suis fier d’avoir travaillé au côté d’un gouvernement qui a fait de l’école sa priorité. A gauche, on doit porter ces valeurs d’éducation et de laïcité » précise Anthony Pitalier. Il affirme cependant avoir été d’accord avec la loi interdisant le voile à l’école.
Sur ses chances d’aboutir, Anthony Pitalier rappelle qu’il y a désormais un dissident LR candidat en Vendée littorale, et il ajoute: « Rien n’est donc joué, ajoute-t-il, car je compte rassembler au-delà de mon parti. Je porterai le bilan du quinquennat et je suis le candidat du PS. »

 

Noël faucher, candidat aux législatives 2017 en Vendée littorale

Noël Faucher
– Noël Faucher, candidat dissident LR, a choisi d’argumenter sur les manques et les besoins de la Vendée tout en s’attaquant au député sortant Yannick Moreau. Rappelons que Noël Faucher avait été choisi pour être son suppléant par l’ex-député Louis Guédon lors des législatives de 2012 (Noël Faucher avait été son attaché parlementaire). Louis Guédon avait alors  été investi par l’UMP mais avait été battu par Yannick Moreau (Divers droite). Noël Faucher n’a donc pas pu être effectivement le député suppléant de Louis Guédon. Alors, il ne faut pas forcément voir cette candidature comme une revanche de Louis Guédon au travers de Noël Faucher, mais bien plus celle d’un homme politique – Noël Faucher – qui, si Louis Guédon avait été élu, aurait été son suppléant et serait devenu presque naturellement député à sa suite. Le scénario n’a pas été celui escompté et, après cinq ans d’attente, Noël Faucher tente de reprendre le mandat dont il avait rêvé.
A l’époque, c’est l’actuel Maire de St-Gilles-Croix-de-Vie, François Blanchet qui était alors le président du comité de soutien à la candidature de Louis Guédon.
Récemment, Noël Faucher déclarait que le député Yannick Moreau « n’avait pas fait le job » expliquant ainsi la raison de sa candidature, mais sans donner d’exemples précis. Il est aujourd’hui plus explicite: « C’est un choix réfléchi, nourri des fruits de l’expérience et de la passion pour notre territoire. »
Puis il apporte quelques précisions (les titres en gras sont de la rédaction):
Anonymat du département –  « C’est une décision qui s’est peu à peu imposée parce qu’il m’est impossible d’être indifférent à l’anonymat dans lequel s’enfoncent notre littoral et notre rétro-littoral. Nos cantons des Sables, de St-Hilaire/St-Gilles-Croix-De-Vie, de St-Jean-De-Monts/Noirmoutier/Beauvoir, de l’Ile d’Yeu font partie de cette France dont les enjeux sont oubliés de nos décideurs politiques nationaux, parce que le député ne les défend pas.
Entraves – « Notre territoire est doté d’un potentiel de développement et d’innovation remarquable et pourtant la réglementation s’emploie à l’entraver, à l’étouffer. »
Manque de médecins – « Notre territoire est fragilisé sur le plan médical, avec le départ en retraite de médecins non remplacés et pourtant nous ne sommes pas reconnus comme prioritaires par les politiques de santé publique. »
Logement – « Notre territoire est confronté au douloureux problème du logement, notamment pour les jeunes actifs, et pourtant le littoral et le rétro-littoral sont exclus de la politique du logement qui se limite aux métropoles. »
Sécurité – « Notre territoire doit préserver sa sécurité, et pourtant il voit l’Etat réduire les effectifs de police et de gendarmerie. »
Séniors – « Notre territoire ne répond qu’imparfaitement à la question du vieillissement et pourtant les financements pour une meilleure prise en charge de l’âge sont diminués par le ministère. »
Submersion – « Notre territoire a besoin d’être protégé des risques de submersion, et pourtant la réfection des ouvrages de défense contre la mer est arrêtée par la surenchère environnementale. »
Implantation des jeunes – « Notre territoire voit ses jeunes le quitter, et pourtant ils aspirent à pouvoir y vivre et y travailler. »
Agriculteurs et pêcheurs – « Notre territoire voit ses agriculteurs et ses pêcheurs malmenés, fragilisés, et pourtant ils sont des acteurs économiques indispensables. » (…) « L’économie bleue est une chance pour notre territoire parce qu’elle est source de qualité de vie, d’entreprises innovantes, de métiers, d’emplois, d’une attention solidaire à tous, d’un territoire vivant tout au long de l’année. »

Puis Noël Faucher présente ce que sera son rôle et seront ses actions:
« Ce sont des préoccupations de notre quotidien que les acteurs locaux subissent, impuissants, parce qu’ils ne sont pas entendus. Plutôt que de se résoudre en silence, plutôt que de savoir sans agir, je porterai ces enjeux à l’Assemblée nationale et dans les ministères parce qu’un député doit agir.
« Je serai la voix, je serai l’énergie de notre territoire littoral et rétro-littoral pour alléger les contraintes, faciliter l’installation des médecins, augmenter la construction de logements, soutenir nos producteurs locaux, écouter notre jeunesse pour répondre à ses attentes, accompagner le vieillissement, faciliter les travaux de défense contre la mer. Impliqué pendant dix ans dans l’action parlementaire, aux côtés de Louis Guédon, je sais combien ce combat est harassant et passionnant tout à la fois. Je sais aussi qu’il doit être mené en rassemblant, en fédérant, en écoutant, en mobilisant pour agir.
« Je connais les rouages de l’Assemblée nationale, son mode de fonctionnement et les commissions où il faut être pour être entendu. (…). »
Il précise aussi quelle est son expérience et affirme avoir déjà des soutiens parmi les élus:
« Mon expérience de maire de Noirmoutier-en-l’Ile et de conseiller départemental de St-Jean-de-Monts me permet de mesurer combien il est indispensable de faire confiance à la volonté créatrice des hommes et des femmes qui bâtissent.
– « D’ores et déjà un certain nombre de maires et d’élus partagent mon analyse et ont décidé de me soutenir dans cette démarche. Je constate, lors de mes rencontres, le bouillonnement d’idées, le foisonnement de projets et l’addition des énergies qui n’attendent que d’être entendus et accompagnés. »
Noël Faucher conclut ainsi:
– « La Vendée a besoin d’un député qui fédère plutôt qu’il ne divise ; d’un député qui veut agir plutôt que simplement communiquer ; d’un député déterminé à libérer les énergies pour un territoire attractif plutôt qu’enfoncé dans l’anonymat. Cette mission est passionnante. »

Nous le disions très récemment, la bataille des législatives en Vendée littorale est lancée. Chaque candidat déclaré construit son argumentation à coup de critiques et d’attaques – fondées ou infondées. Dans le brouhaha médiatico-politique actuel et face à la désespérance des Français entraînant des critiques de plus en plus acerbes envers les hommes politiques, il faudra bien plus que quelques flèches – quel que soit le camp – pour recueillir les voix des Vendéens. La tâche n’en sera que plus passionnante pour ceux qui ont une vraie volonté de servir leurs concitoyens.
Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais
lereportersablais@gmail.com

A ce jour, il y a donc sur la 3ème circonscription de Vendée quatre candidats déclarés et un probable:
– Anthony Pitalier (PS) ;
– Caroline Pottier (PCF – Front de gauche) ;
– Laurent Akriche (Europe Ecologie Les Verts).
– Noël Faucher (LR) non investi.
– Yannick Moreau (LR) candidat probable.

Bio Noël Faucher: 
Etudes en droit – Facultés de Nantes et Aix-Marseille III – Docteur en droit Rennes I – Chargé d’enseignement en droit administratif
Mandats: Conseiller municipal de Noirmoutier en l’Ile de 2001 à 2008 – Maire de Noirmoutier en l’Ile depuis 2008 – Président de la communauté de communes de l’Ile de Noirmoutier depuis 2008 – Conseiller départemental depuis le 29 mars 2015 – Co-président du groupe de travail littoral de l’Association des Maires de France – Membre du conseil national de la Mer et des Littoraux
Membre du Conseil de la façade littoral/atlantique.

À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*