Vendée. Des Sables-d’Olonne à Saint-Pétersbourg: témoignage exceptionnel avant l’implosion de l’Empire russe

 

Des Sables-d’Olonne à Saint-Pétersbourg: témoignage exceptionnel avant l’implosion de l’Empire russe

.
.
Vous ne passerez plus devant le 49 rue des Halles aux Sables d’Olonne sans penser à Olga !
.

49 rue des Halles – Les Sables-d’Olonne Vendée

.
.

Ce magasin est actuellement une Maroquinerie, mais au début du siècle précédent, il s’agissait d’une Librairie Papeterie Maroquinerie dont le nom était « Chantecler ».
On y vendait aussi dans les années 1910 des Souvenirs des Sables d’Olonne, des cartes postales et, dans les années 1920, également des cartes routières, des journaux de mode et diverses publications.

.
Publicité de 1913

Publicité de 1928

.
.
L’histoire que nous allons vous conter commence dans le Nord de la France.
Léon Frache était marié avec Jeanne-Marie Prudhomme. Il eurent trois enfants, Paul, Maurice et Marguerite.

Mais Léon changea de métier et acheta un journal lillois, « Le Petit Nord », situé rue Neuve à Lille.
Les résultats ne furent pas à la hauteur de ses espérances. Ce journal finira même par le ruiner. Il songera à se suicider mais Léontine, la fille de la concierge de l’immeuble, interrompit opportunément son geste.

L’histoire d’abord malheureuse se poursuivra par un événement heureux. Léon Frache et Léontine deviennent les parents d’une belle enfant illégitime: Olga naît le 2 novembre 1894 à Fruges (Pas-de-Calais).
Léontine suivra Léon à Paris comme demoiselle de magasin.

Villa « Bel Air »

Villa Bel Air


Bel Air côté jardin

 

Bel Air côté jardin – Les Sables-d’Olonne


.
.
L’arrivée aux Sables d’Olonne

La soeur de Léon Frache, Cornélie fut institutrice à Valenciennes puis directrice. Elle épousa en 1890 un architecte du nom de Désiré Wattier.
En 1895, Désiré et Cornélie se retirèrent dans une longère d’un ancien quartier de pêcheurs à Olonne – quartier des Fillées -, à la limite des Sables d’Olonne. Actuellement au 5 avenue Charles de Gaulle.
La Villa « Bel Air ».
Olga faisait régulièrement des séjours aux Sables d’Olonne chez sa tante Cornélie. Elle était devenue la fille préférée du couple.
Son père Léon décéda en 1901. Puis ce fut son oncle Désiré, en 1908.
Esseulée, Cornélie proposa alors à Léontine et à sa fille Olga de venir vivre aux Sables-d’Olonne, à Bel Air, et d’y tenir en ville un commerce.
Alors que Cornélie complétait l’éducation d’Olga pour lui faire passer le brevet supérieur, sa mère Léontine gérait Chantecler, la librairie du 49 rue des Halles.

En 1913, Olga obtint son brevet supérieur. Elle souhaitait alors passer le Baccalauréat et, sans doute influencée par Cornélie qui l’avait été, devenir institutrice. Mais il était nécessaire de parler deux langues étrangères or Olga ne parlait que l’anglais.
D’où l’idée de partir à l’étranger pour apprendre une autre langue.

2ème rang à gauche: Olga et Marcel Aucouturier (et X) sur la plage des Sables d’Olonne dans les années 20.
1er rang: la mère d’Olga Léontine Dingeon, Elisabeth Aucouturier, Cornélie Wattier, Henri Aucouturier.
.

.
.
Le rapprochement entre la France et la Russie
La défaite de Sedan en 1870 a marqué profondément les Français.
Vingt après, la France cherche toujours à isoler l’Allemagne. Au début des années 1890 la France se rapproche de l’Empire russe. Une alliance est signée en 1892.

C’est dès 1878 que des Russes vinrent en villégiature aux Sables d’Olonne, en général en provenance de Moscou et de St-Pétersbourg. Grâce aux journaux parus durant la saison estivale on peut noter les références d’une dizaine de familles russes aux Sables d’Olonne durant l’été, logeant dans les plus grands hôtels.
Des échanges se créent, des préceptrices et gouvernantes françaises allant travailler dans des familles russes.
C’est ce choix que fera Olga. Elle partira à Saint-Pétersbourg dans la famille des Davidenkov dont on sait que la mère de famille, Lyuba, vint loger aux Sables dans une villa située Cours Blossac.
Olga avait pour mission d’apprendre le Français à Lyuba ainsi qu’à ses enfants, Lina 9 ans et Slava 11 ans, en échange de l’hébergement. Elle pourrait également percevoir une rémunération grâce à des leçons particulières.
En juillet 1913, Olga et sa mère Léontine assistent à une réunion d’information à l’Ambassade de Russie à Paris (environ 2000 jeunes femmes françaises sont accueillies à cette époque dans les familles russes).
Le voyage est prévu le 5 octobre 1913: Les Sables-d’Olonne, Paris, Lausanne, Bâle, Berlin, St-Petersbourg.
La première lettre d’Olga reçue par sa mère aux Sables d’Olonne date du 18 octobre 1913.
.
.

Carte postale envoyée à sa tante Cornélie Wattier
« Cette tour me fait toujours penser à la Tour Eden des Sables (…) ».
.


.
.

1914 – La guerre est déclarée
Août 1914 – La guerre est déclarée. Les routes terrestres sont coupées, la voie maritime est délicate et risquée. Lyuba s’oppose à tout déplacement d’Olga, par sécurité.
Aux Sables d’Olonne, Léontine Dingeon et Cornélie Frache aideront la Croix-Rouge installée dans l’Hôpital militaire de l’Union des Femmes de France pour venir en soutien aux premiers blessés arrivés.
Fin 1914, début 1915, Olga se sait contrainte de rester en Russie.

Une activité épistolaire passionnante
D’août 1914 à février 1919 Olga va avoir une activité épistolaire faisant référence à son quotidien mais apportant aussi, bien qu’isolée, de précieux éclairages de cette époque marquée par la Révolution russe et l’effondrement de l’Empire russe.


Ce que nous venons de vous raconter occupe les 30 premières pages d’un livre qui en comporte 330 !
C’est dire qu’en en faisant l’acquisition vous allez vous passionner pour l’histoire quotidienne en Russie d’Olga – la petite fille du Nord devenue Sablaise -, et découvrir les évolutions tragiques en Russie comme les sentiments de sa mère Léontine, resté e aux Sables et inquiète pour sa fille.
Un ouvrage passionnant avec des informations d’une grande richesse réunies par Claude Fouret, petit-fils d’Olga Dingeon.
Oui, vous ne passerez plus devant le 49 rue des Halles sans penser à Olga et à sa mère Léontine Dingeon !


 

Présentation éditoriale:
« Dans les premières années du xxe siècle, la Belle Époque a vu fleurir l’amitié entre les peuples de France et de Russie. Des liens se sont noués à l’occasion de la venue de riches familles russes sur le littoral français, sur la Côte d’Azur… mais aussi en Vendée !
Perceptrice d’enfants de bonnes familles de la Russie tsariste, une jeune fille issue de la petite bourgeoisie française, au prénom prédestiné, Olga Dingeon, a ainsi tiré un fil inattendu entre les plages des Sables-d’Olonne et les rives de la Neva, à Saint-Petersbourg. Avant que la guerre de 14 puis la Révolution rouge ne viennent balayer les certitudes de ses riches employeurs, elle a observé, et parfois partagé, leur vie d’insouciance et de mondanités, jusque dans leurs villas des rives de la Mer Noire. Elle a certes souffert de l’hiver russe, mais ses relations avec ses hôtes lui apportaient bien plus de chaleur qu’elle n’en avait besoin.
Les nombreuses lettres et cartes postales envoyées à sa famille en Vendée, inédites, dévoilent une âme sensible, curieuse, amoureuse même, témoin d’un monde qui ne se voyait pas au bord de l’implosion et qui s’est pourtant effondré sous ses yeux. »
.
.

Ci-dessous Olga dans la maison de Lesnoy en 1914

.
.

Au tennis du Parc des Sports de La Rudelière, le 3 juillet 1921, Olga et Marcel Aucouturier.

 



.
.

De la Vendée à la Neva
– Voyage initiatique d’une Française en Russie (1913-1919)
présenté par Claude Fouret
Editions CVRH octobre 2022 – 336 pages
Dans toutes les bonnes librairies et sur www.histoire-vendee.com
22€.

Claude Fouret
Agrégé d’Histoire-Géographie, docteur en histoire moderne.
Auteur d’articles scientifiques, notamment sur Gertrude Ederle, première femme à traverser la Manche à la nage.
Il fut commissaire de plusieurs expositions aux Archives du Nord et de leur catalogue.
– L’aventure des villes, les villes du Nord de 1850 à 1950
– L’échappée sportive du Moyen Âge à 1950
– Couleur, travail et société (avec Michel Pastoureau)
– De femmes en femmes, regards sur l’histoire des femmes du Nord (avec Claudine Wallart)

lereportersablais@gmail.com

.

Publiez vos annonces légales:
https://www.lereportersablais.com/annoncesjudiciairesetlegales/
.

Philippe Brossard-Lotz

Le Reporter sablais

.

Leave your vote

51 Points
Upvote Downvote
More

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Add to Collection

No Collections

Here you'll find all collections you've created before.

Adblock détecté

Bloqueur de publicités détecté. Nos articles sont gratuits et seule la publicité nous permet de nous développer. Merci d'insérer www.lereportersablais.com dans la liste de vos sites autorisés dans les paramètres de l'application Adblock que vous avez téléchargé sur votre smartphone ou ordinateur.