Alain Blanchard

Vendée – Cocktail Vision affiche ses ambitions en achetant Pixity

Vendée – Cocktail Vision affiche ses ambitions en achetant Pixity

Cocktail Vision est une entreprise yonnaise spécialisée dans l’affichage numérique. Alors que les entreprises qui installent de l’affichage papier ont pignon sur rue, son PDG, Stéphane Frimaudeau tente le pari du numérique.

L’intérêt de ce choix – basé sur les écrans à diodes / leds – permet de s’appuyer sur des avantages techniques: l’affichage est dynamique avec des rotations de panneaux, chacun apparaissant toutes les 10 secondes. Cela permet de réduire le nombre de supports. A l’heure du développement durable et des choix urbains, l’argument de la réduction du nombre de supports grâce à ces rotations de panneaux est loin d’être négligeable en matière commerciale.
Autre atout, la réactivité. Face à des affichages papier plus long à modifier, le numérique peut permettre des changements ultra-rapides à partir d’un simple smartphone.

Cocktail vision achète Pixity
Cocktail vision, à partir de ces choix stratégiques, continue son évolution et sa progression grâce à du développement technologique et par expansion externe. Ainsi la société vient de racheter la société Pixity (ses deux dirigeants souhaitant se réorienter vers d’autres activités) après avoir acheté Publiscoop (3 à 4 panneaux à Montauban) en 2015.
Nous avons demandé au Directeur du développement de Cocktail vision, Alain Blanchard, de nous en dire davantage sur cette évolution.

Pixity est originaire de Chateauroux et réalisait 1,2 millions € de chiffres d’affaires.
Quant à Cocktail vision, son chiffre d’affaire est de 3,5 millions d’€. Grâce à cette addition on aurait pu penser que Cocktail vision table sur 4,7 millions à 5 millions en 2017-18. Mais en fait, les dirigeants de Cocktail vision pensent que Pixity avait un potentiel insuffisamment exploité et qu’en augmentant le nombre de commerciaux des résultats supérieurs pourraient être obtenus.
A partir de ces éléments, Cocktail vision prévoit un CA de 6 à 7 millions d’€ en 2019.
L’achat de Pixity a été réalisé sur la base d’un peu moins une année de chiffres d’affaires, soit 3 millions d’€, par rachat des parts/actions et des dettes.

Le Parc de panneaux
Cocktail vision avait jusqu’ici 75 panneaux; avec les 45 de Pixity, le total du parc est donc désormais de 120 écrans en régie publicitaire directe (dans certains cas, les panneaux sont issus de Cocktail vision mais la régie publicitaire a été attribuée à une autre société – 200 panneaux seraient concernés.)
Alain Blanchard se satisfait de cet apport de panneaux en provenance de Pixity, notamment en matière de complémentarité. En effet, à part une petite incartade dans le sud de la France, l’essentiel du parc de Cocktail vision est vendéen. Pixity apporte dans le panier de mariage des positions à Brest, Clermont-Ferrand, Le Mans, Orléans, Angoulême etc… Une présence davantage équilibrée sur l’ensemble du territoire nationale qui va permettre à Cocktail vision de satisfaire des marques nationales intéressées par des campagnes sur de larges zones géographiques voire sur l’ensemble du territoire.

Alain Blanchard

Une identité maintenue à court terme
Les collectivités ont leurs habitudes et ont besoin d’être rassurées. Pixity ne devrait donc pas changer de nom à court terme malgré son rachat, d’abord car il y a des contrats en cours, mais aussi pour montrer que l’on n’entend pas changer de philosophie. Et cette philosophie, c’est un élément essentiel de la stratégie de Cocktail vision.
Elle pense même que c’est grâce à cela qu’elle a pu racheter Pixity malgré la présence d’un sérieux concurrent pour le rachat. Cette philosophie est basée, selon Alain Blanchard, sur la qualité et l’innovation plutôt qu’un développement du nombre de panneaux à tout prix et sans réflexion. « Un développement de manière raisonnable et raisonnée » nous dit Alain Blanchard.
A titre d’exemple, tous les emplacements sont étudiés de manière très réfléchie, non pas seulement commercialement en fonction du potentiel de vues, mais aussi en tenant compte d’une intégration réussie dans l’environnement et sans « forcer » sur le nombre: ainsi La Roche-sur-Yon comprend 4 panneaux et une colonne (Place Napoléon.) A Pau, il y en a trois en place. Les choix sont effectués par agglomération.

A LIRE  Vendée - Trois accidents de la route dans la matinée du vendredi 13 décembre 2019

Cocktail vision a eu des débuts, non pas laborieux, mais difficiles car il a fallu convaincre en partant d’un produit novateur basé sur les écrans à diodes (leds). L’entreprise familiale, créée à La Roche-sur-Yon, a été lancée il y a 15 ans et, au départ, il a fallu rassurer car certains étaient craintifs: les panneaux n’allaient-is pas s’éteindre, les conducteurs au volant ne risquaient-ils pas l’accident en regardant les panneaux ?? Sans oublier que l’affiche papier tenait alors le haut du pavé.

Le marché
En France, le marché était tenu jusqu’alors par quatre opérateurs: Oxialive (Nord et Angers), Wancom (Brive et le Sud/Sud-Ouest), Pixity et Cocktail vision.
Hors concours, on notera Exterion et Decaux, deux gros afficheurs papier qui se sont lancés dans le numérique (Decaux étant le 1er au monde en numérique avec de gros marchés comme les aéroports.) Mais malgré ces gros opérateurs, il semble qu’il reste un créneau pour de moyennes entreprises sur le secteur des petites et moyennes collectivités.
La répartition des marchés est actuellement d’environ 70% pour les collectivités et 30% chez des propriétaires privés.
Le marché pourrait s’orienter de plus en plus vers de l’affichage chez des propriétaires privés, d’autant plus que les contrats avec les collectivités doivent désormais faire l’objet d’un appel d’offre.
Les communes ont désormais bien intégré la logique et le professionnalisme de ces nouveaux afficheurs. Elles n’ont donc pas de raison particulière de freiner ce marché chez les privés, les villes devant donner des autorisations pour ces affichages même s’ils ne sont pas sur le domaine public.

Pour Cocktail vision, l’avenir semble passer par l’innovation et la diversification: services aux collectivités, ventes de panneaux numériques, hologrammes et réalité augmentée, animation 3D par le biais de la startup « Gustav » dont Cocktail vision est actionnaire majoritaire.
Et preuve de cette avancée, la colonne numérique située Place Napoléon à La Roche-sur-Yon, participe au Concours de l’Innovation du Salon des Maires du 21 au 23 novembre 2017.
Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais

À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

x

Check Also

Les Sables d’Olonne Vendée – Municipales 2020: 7 courants se réunissent pour faire obstacle à la droite

    Une alliance de 7 courants politiques Après de nombreuses réunions, ce sont finalement 7 courants politiques et/ou citoyens qui se ...