Les Salines - Les Sables d'Olonne

Les Salines se payent un lifting !

Pour leurs 30 ans les Salines vont faire presque peau neuve, en fait un lifting architectural. La célèbre « cabane » composée de bois va laisser place – pour l’accueil des visiteurs – à des pagodes de toile blanche. De loin, on aura l’impression de voir des mulons, ces monticules de sel formés par les sauniers. La cabane n’est pas abandonnée pour autant, mais elle avait beaucoup vieillie et n’était plus du tout adaptée à la gestion et à l’accueil de nombreux visiteurs. 

Les Salines

Les Salines



Améliorer la visibilité
Maintenir les aspects naturels du site et garder une proximité avec la faune n’interdit pas de mettre en lumière ses atouts pour une plus grande réussite touristique et commerciale. C’est le choix que vient de faire René Clouteau, le concepteur et fondateur des Salines en 1985.
L’entrée est désormais beaucoup plus visible depuis l’accès routier, et les pagodes attireront l’oeil sans dénaturer le site.
Les modifications d’agencements démarrées l’année dernière avec le léger déplacement de la base canoë se poursuivront afin de faciliter la gestion du public.
Les armes du succès sont bien sûr conservées : la balade commentée au fil de l’eau sur des barges dans les marais d’Olonne – la fameuse « Route des Salines » lancée dès 1986 – , la base de canoë-kayak, le parcours historique du sel. Un accent sera mis sur l’histoire des sauniers, et un aménagement amélioré est prévu pour l’observation des oiseaux.

Un superbe atout touristique pour les Olonnes
René Clouteau, amoureux de la nature, sensible à la beauté de son village de La Chaume, insiste à raison sur le rôle des Salines dans la mise en valeur du patrimoine local. C’est, à n’en pas douter, un plus pour l’attractivité des Sables d’Olonne, les estivants cherchant des occupations originales durant leurs vacances. Et l’apport culturel est loin d’être négligeable grâce à la diffusion d’informations sur la faune, la flore, l’histoire et le métier des sauniers au travers du Parc historique des Salines. Ce n’est pas un hasard si René Clouteau a été décoré de la Médaille du Tourisme.

Pagodes des Salines

Pagodes des Salines

Loin de la foule des plages, on peut goûter simplement à la nature grâce à une immersion dans l’univers unique des marais salants. C’est l’autre facette des Sables d’Olonne, sa proximité avec les étendues naturelles d’Olonne, avec les réserves d’oiseaux.

Améliorer l’accueil et l’expérience des visiteurs
Les visiteurs retrouveront leur magasin de produits liés au sel ou au terroir, et les belles poteries. La Route des Salines se poursuit avec les deux barges de 51 places, Mireille et Jonathan, et les gradins du Musée vivant et naturel du sel seront encore mieux agencés pour assister à l’histoire des sauniers et de l’or blanc, après un petit parcours sur les sentiers bordant les marais.
Sur 7 hectares, les visiteurs continueront à découvrir les marais salants (avec une production annuelle de 50 tonnes environ de sel), les marais à poissons, les champs de salicorne et les zones de nidifications des oiseaux (avocettes, échasses, tadornes, chevalier gambette et gravelot). Pour les enfants, un jeu d’énigmes sera toujours proposé avec un support dessiné.
jeu_enigmes

Grâce à un nouveau permis de construire permettant l’installation de pagodes, démontables, Les Salines pourront apporter toutes les conditions d’accueil nécessaires aux 30.000 visiteurs annuels du site ! Une évolution nécessaire, au bout de 30 ans, pour ce temple du tourisme du Pays des Olonnes.

Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais

 

Les Salines : Mireille et Jonathan en hibernation - Décembre 2015

Les Salines : Mireille et Jonathan en hibernation – Décembre 2015

 



À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Notre-Dame de Paris – A 18h50 toutes les cloches des cathédrales de France sonneront

Notre-Dame de Paris – A 18h50 toutes les cloches des cathédrales de France sonneront   Aujourd’hui, mercredi 17 avril 2019, en hommage ...