16 skippers de la Golden Globe Race 2018 et 2 organisateurs

Les Sables d’Olonne – La Golden Globe Race 2018 sera une nouvelle odyssée

Les Sables d’Olonne – Golden Globe Race





A 2 jours du départ de la Golden Globe Race, la pression monte tout doucement sur les 17 skippers qui vont prendre le départ (le 18ème, Francesco Cappelletti devant suivre la semaine prochaine, son bateau n’étant pas prêt. Il doit aussi effectuer 3 jours d’essais pour prendre le départ impérativement avant le samedi 7 juillet 2018). Et en raison de la canicule, la pression bat des records au bar du village de la GGR…
Les quais sont parcourus par de nombreux visiteurs qui viennent admirer les voiliers des participants mais aussi les voiliers historiques, le Suhaili qui fut barré par Sir Robin Knox-Johnston – le premier à avoir fait le tour du monde sans escale – ou le Joshua, le voilier de Bernard Moitessier, celui qui lui permit de « garder son âme. » (voir notre dernier article).

Une aventure? Non, plutôt une odyssée!
17 navigateurs, représentant 12 nations différentes, vont donc s’affronter à l’ancienne durant une « expédition » qui devrait durer environ 9 mois, une véritable aventure et même plus que cela, une odyssée! car un tour du monde à la voile est toujours mouvementé, semé d’incidents et parsemé de péripéties. A l’image de la mythique course de 1968 / 69 organisée par le Sunday Times et qui fit rêver tant de navigateurs en herbe.

Lors de la dernière conférence de presse, en présence de Yannick Moreau, président de l’Agglomération des Sables d’Olonne, de Don McIntyre, l’organisateur de la GGR, de Patrice Carpentier, directeur de course et d’Alex Carrozzo, ancien skipper de la course de 1968, tous les skippers 2018 étaient présents. Une certaine émotion fut palpable lorsque deux films de présentation de l’histoire de la course et sur Les Sables d’Olonne furent diffusés (en partenariat avec AMP Visual).
On sait désormais que l’essentiel de l’organisation du départ a été décidé par Don McIntyre: les deux voiliers historiques, le Suhaili et le Joshua ouvriront la marche et les voiliers participants pourront s’élancer lorsqu’au son d’un canon les deux premiers s’écarteront. Il sera alors 12h05, le dimanche 1er juillet 2018.

Durant la conférence de presse Don salua l’accueil aux Sables d’Olonne qui a été, selon lui, fantastique, et a remercié l’Agglomération des Sables d’Olonne ainsi que Jean-Luc Van den Heede qui a apporté son expertise technique pour la course. (On rappellera que Don McIntyre a été accueilli par l’Agglo alors que son projet de départ depuis Plymouth faisait du sur-place par manque de soutiens des institutionnels et des sponsors anglo-saxons. Ce qui implique désormais une co-organisation française alors que le Golden Globe Challenge de 1968 était d’inspiration anglo-saxonne.)
Don s’est également déclaré satisfait de la notoriété de la course, indiquant que même en Inde la GGR était connue (NDLR: cependant, nous arrivons de Marrakech où apparemment personne ou pas grand monde ne connaît la course; il est vrai qu’en ce lieu naviguent davantage de chameaux que de bateaux sur la mer de sable…).

La prochaine GGR, en 2022…
Don, bien qu’accueilli aux Sables d’Olonne, resta cependant évasif sur le lieu de départ pour la course GGR en 2022 (elle devrait avoir lieu tous les 4 ans comme le Vendée Globe): « Je ne sais où aura lieu l’événement en 2022 mais nous n’oublierons pas la France » déclara-t-il, ajoutant que plusieurs pays étaient sur les rangs. L’on sait aussi que déjà 6 bateaux ont été achetés par des navigateurs pour une participation à cette GGR 2022!
Yannick Moreau prit ensuite la parole, soulignant que Les Sables d’Olonne était la capitale de la course en solitaire et que l’on s’inscrivait dans la durée, d’abord avec le rêve d’une belle édition en 2018 et bien sûr d’une autre en 2022. Il annonça qu’environ 60.000 visiteurs avaient visité le Village et que la date de Remise des Prix avait été fixé au 22 avril 2019, jour et mois identiques à ceux de l’arrivée de Robin Knox-Jonhston en 1969 après son périple. Le départ se sera déroulé 10 mois auparavant, mais certains bateaux ne seront peut-être pas encore arrivés….
Patrice Carpentier, directeur de course, a trouvé que la convivialité ambiante était très rafraîchissante (sans que la température ne baisse pour autant). Il a estimé que ce serait passionnant de voir la future confrontation entre un navigateur comme Jean-Luc Van den Heede et les jeunes participants. Yannick Moreau en profita pour remercier Jean-Luc Van den Heede pour toute l’aide qu’il avait apporté.
Fut aussi posée une question sur les règles dures de la course et une demande pour les simplifier. Mais Don McInquire répondit qu’il fallait jouer le jeu et suivre les règles internationales exigeant des efforts en matière de sécurité pour minimiser les risques durant la course: « Nous ne ferons jamais de compromis sur la qualité et la sécurité » assura Don. A un moment, une trentaine de demandes de participations avaient été faites mais elles ont été réduites par une stricte procédure de contrôle, notamment des compétences pour ce genre de course.

Alex Carrozzo, 86 ans, fut l’un des participants de la course en 1968.

Alex Carrozzo, participant au Golden Globe Challenge de 1968

En réponse à une question sur les raisons de son projet, Don McInquire indiqua que le Golden Globe Challenge de 1968 l’avait impressionné, que l’image du Suhaili était encore vive dans son esprit et qu’il souhaitait recréer le parcours qu’avait réalisé Sir Robin Knox-Johnston à l’occasion des 50 ans de la course. La GGR 2018 est ainsi une forme de célébration du Suhaili qui fut alors le seul voilier à finir le tour du monde. Et une célébration de la liberté, de l’autonomie. « Personne ne s’attendait à ce que Robin fasse ce qu’il a fait » déclara Don, ajoutant que la flotille qui va partir est très diverse, très particulière et qu’on ne sait donc pas qui gagnera.
Il fit aussi référence au Vendée Globe à travers Philippe Jeantot: « J’ai navigué avec Philippe Jeantot et nous avons aussi été concurrent; c’était fou (incroyable) de lancer le Vendée Globe comme l’a fait Philippe Jeantot ! »
Départ dimanche à 12h05 pour ces valeureux navigateurs qui auront déjà comme objectif premier de finir le tour du monde, mais essaierons aussi de réaliser une vraie course, de participer à une vraie compétition en arrivant dans les premiers après avoir tout fait pour dépasser leurs limites.
Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais

 

Les 17 participants:

  • Abhilash Tomy (IND) Suhaili replica Thuriya 
  • Antoine Cousot (FRA) Biscay 36 Métier Intérim
  • Are Wiig (DEN)  OE 32  Olleanna
  • Ertan Beskardes (GBR) Rustler 36 Lazy Otter
  • Gregor McGuckin (IRE) Biscay 36 Hanley Energy Endurance
  • Igor Zaretskiy (RUS) Endurance 35 Esmeralda
  • Istvan Kopar (USA) Tradewind 35 Puffin
  • Jean-Luc Van Den Heede (FRA) Rustler 36 Matmut
  • Kevin Farebrother (AUS) Tradewind 35 Sagarmatha
  • Loïc Lepage (FRA) Nicholson 32 Laaland
  • Mark Sinclair (Aus) Lello 34 Coconut
  • Mark Slats (NED) Rustler 36 Ohpen Maverick
  • Nabil Amra (PAL) Biscay 36 Liberty II 
  • Philippe Péché (FRA) Rustler 36 PRB
  • Susie Goodall (GBR)  Rustler 36 DHL Starlight
  • Tapio Lehtinen (FIN) Gaia 36 Asteria
  • Uku Randmaa (EST) Rustler 36 One and All

 





À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

GGR Golden Globe Race – Des milliers de coquillages sur la coque du bateau de Tapio Lehtinen

GGR Golden Globe Race – Des milliers de coquillages sur la coque du bateau de Tapio Lehtinen     Le skipper Tapio ...