Vendée - Viviers de la Guittière

Talmont-St-Hilaire La Guittière Vendée. La première tranche des travaux est réalisée

 




 

Talmont-St-Hilaire La Guittière Vendée. Le première tranche des travaux est réalisée

La première tranche des travaux du programme de requalification du Port de la Guittière – tranche concernant la voirie – est réalisée. Il reste cependant le mobilier urbain à installer pour avoir une idée de l’ensemble.
Le rond-point en bout de route est achevé ainsi que la bordure longeant l’ensemble des installations des ostréiculteurs, une véritable promenade le long des parcs ostréicoles afin de sécuriser les cheminements piétons, les espaces de stationnement pour l’activité, les entrées des concessions, avec la signalétique nécessaire.

 

Vendée – Port de la Guittière

Parmi les installations ostréicoles, l’une d’entre elles vient d’être achevée (voir photos), selon la charte architecturale des cabanes ostréicoles en collaboration avec Carole Nordez, Inspectrice des Sites et Julie Guignard, architecte des bâtiments de France.
Il s’agit d’un vaste programme que la ville a entrepris afin de revaloriser le site et lui redonner toute son authenticité, tout en prenant en compte l’activité ostréicole et la fréquentation touristique.

Les aménagements réalisés répondent à une volonté d’équilibre avec un aménagement paysager d’ensemble, l’amélioration de la gestion des eaux pluviales par la réalisation de noues plantées, et le prolongement des espaces verts existants. Dans le cadre d’une gestion raisonnée de la fréquentation touristique, a été prévu l’aménagement de circulations douces, et l’amélioration de l’espace d’agrément à l’extrémité du port afin de privilégier la détente et la place des piétons.

Les travaux ont comporté la reprise globale des voiries existantes, la diminution des surfaces minérales, l’augmentation des surfaces engazonnées ou plantées, la simplification et la réduction de la signalétique. Est en cours le positionnement d’un mobilier sobre et minimaliste adapté aux usages et évitant les habituelles caractéristiques urbaines.

Rappelons que le Port de la Guittière – lieu emblématique – offre un cadre privilégié aux ostréiculteurs depuis 1915. Les huîtres sont produites au sein de l’estuaire du Payré, qui offre un mélange d’eaux douces et d’eaux salées propice à l’ostréiculture. Plus petit port ostréicole de France, le port de la Guittière a été forgé par les professionnels de la mer qui y cultivent des huîtres dont la qualité est reconnue et primée chaque année. L’activité commerciale développée sur le port grâce à l’ostréiculture est un véritable moteur économique pour le territoire.

 

François-Claude Plaisant, Cécile Barreau, Yves Auvinet, Maxence de Rugy, David Robbe

Charte architecturale des cabanes ostréicoles
Il s’agit d’une charte particulièrement importante dans la mesure où le site du Port de la Guittière est toujours en cours dans sa démarche de labellisation de Grand Site de France.
La revalorisation des bâtiments ostréicoles s’inscrit dans le cadre d’un projet mené en concertation avec les six ostréiculteurs en place (L’huîtrier Pie ; SARL Robin Jean-Claude ; Maison Dorie ; Murielle & Patrick Guyau Ostréiculteurs ; La cabane du Petitgas ; Les Viviers de la Guittière).
La Ville de Talmont-St-Hilaire a proposé de les aider financièrement – avec une subvention pouvant aller jusqu’à 50% des travaux – afin de réaliser les travaux nécessaires à la mise en valeur de leurs bâtiments ostréicoles. Un architecte est à leur disposition pour les conseiller et les accompagner dans cette démarche. Début 2020, Maison Dorie, Les Compères (M. Ouvrard), Les Viviers de la Guittière (M. Dewalles), M Guyau Patrick, et la SARL Robin ont obtenu les autorisations de faire des travaux de modification de l’aspect extérieur de leur bâtiment ostréicole.

A LIRE  Nalliers Vendée - Un jeune conducteur de scooter grièvement blessé a été héliporté

 


La démarche Grand site de France
Parmi les atouts de cet écrin naturel exceptionnel qu’est le site du Payré est la présence du littoral d’un côté et du bocage de l’autre, deux paysages distincts ! Un ensemble paysager – le dernier en Vendée pour lequel la continuité entre littoral, rétro-littoral et bocage est conservée – classé en 1975 comme « site le plus remarquable de la Vilaine à la Gironde. »

Afin d’accroître l’attractivité du site, le Département de la Vendée, la Communauté de communes Vendée Grand Littoral ainsi que les communes de Talmont-Saint-Hilaire et de Jard-sur-Mer sont mobilisés pour labelliser le Havre du Payré comme « Grand site de France ». Ce label distingue des sites exceptionnels comme le Pont du Gard ou la Camargue. La requalification en cours s’inscrit dans cette démarche, avec des aménagements réalisés pour protéger le paysage tout en assurant un accueil optimal des touristes.
D’autres actions ont été menées ou sont en cours: l’esplanade du Veillon a été aménagée en 2017 avec des cabanes de plage pour le nautisme et la restauration. L’avenue de la Plage va connaître une réfection qui commencera fin 2020 avec la mise aux normes des trottoirs pour les personnes à mobilité réduite, le réaménagement de la piste cyclable, de la chaussée et du stationnement.
La démarche vers la labellisation a fait l’objet d’une officialisation par le Ministère de l’Écologie en mars 2017.

 Lors d’une visite qui s’est déroulée aujourd’hui sur site, le maire de Talmont-St-Hilaire, Maxence de Rugy, a rappelé qu’il s’agissait d’un projet abouti dont l’objet visait à retrouver esthétisme et authenticité, en s’attachant à la rénovation des espaces publics et de la partie concessions. Le projet a nécessité de longues concertations, d’abord car il se situe sur les domaines maritime et municipal avec des parcelles faisant l’objet de concessions, et parce qu’il fallait prendre en compte les problématiques environnementales et les aspects économiques.

 

Ce sont 700.000 € qui ont été dégagés pour cette requalification du site.
Maxence de Rugy a indiqué que l’objectif était de trouver un équilibre entre valorisation et préservation ET le maintien d’une authenticité et de l’âme du site.
Il s’est félicité que le département de la Vendée accompagnait le projet, ce qui en faisait un projet co-construit et permettait à tous les acteurs de pouvoir parler d’une seule voix.
Il n’a pas oublié dans son discours les ostréiculteurs « qui font rayonner le site. »

Le président du département, Yves Auvinet, a lui aussi rappelé que les ostréiculteurs étaient l’âme de ce site et que les travaux allaient dans le bon sens pour maintenir cette âme.
Concernant la démarche de labellisation « Grand Site de France » (NDLR: portée par le département de la Vendée), Yves Auvinet s’est inquiété du parcours du combattant nécessaire sur des dossiers liés aux espaces maritimes qui sont toujours compliqués. Il serait nécessaire d’alléger les processus a-t-il souligné en s’adressant au Secrétaire-Général de la Préfecture, François-Claude Plaisant, qui était présent, représentant le Préfet.
« Le dossier Grand site dure depuis déjà 5 ans », ajouta Yves Auvinet, et désormais il s’agit de l’étude des pistes et cheminements, il y a aussi la qualité de l’eau… « On en a encore pour plusieurs années » a-t-il ajouté en soupirant…
« Malgré cette lourdeur, ces travaux montrent notre volonté d’avancer et nous gardons confiance, mais le poids juridique et environnemental pénalise l’avancée des dossiers dont l’étude devrait être plus concrète », a encore précisé Yves Auvinet. Face à ces lourdeurs administratives, il ne put que se satisfaire de la réalisation de ces premiers travaux, « une belle étape. »

A LIRE  Les Sables-d'Olonne Vendée. SÉNATORIALES VENDÉE: Le Mouvement de la Ruralité appelle à voter pour la liste Bruno Retailleau

Il était donc intéressant d’entendre la réponse du Secrétaire-Général de la Préfecture à propos de ce site qui, rappelons-le toutefois pour comprendre – sans les excuser – certaines lenteurs, qu’il se situe dans un site classé, dans un site d’intérêt communautaire Natura 2000, qu’il est situé sur le rivage et, pour partie, dans les espaces remarquables relevant de la loi Littoral.

Autant dire, un site qui est l’objet de forts enjeux environnementaux.

Ci-dessous la 1ère installation rénovée. Les autres cabanes ostréicoles sont souvent  de taille plus modeste.

François-Claude Plaisant a indiqué qu’il s’agissait d’un paysage magnifique et qu’en raison de cet état, il était super-protégé et donc que les décisions le concernant remontaient jusqu’au ministre… Il a ajouté qu’ici, c’était toutefois plus simple que pour les dossiers du Mont-St-Michel dont il avait eu à connaître. Il s’est satisfait de la volonté locale de valorisation, de protection et d’orientation vers la labellisation de « Grand site de France ».
Face à des sujets compliqués, il a considéré que la politique des petits pas était toujours plus satisfaisante que des reculs… et a rappelé que le dossier était très convaincant tout en étant en plus un atout important pour la valorisation du territoire vendéen.

Il a salué le beau travail qui avait déjà été accompli entre tous les acteurs concernés par le site.

Philippe Brossard-Lotz

Le Reporter sablais

 

 




À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

x

Check Also

Les Sables-d’Olonne Coronavirus Vendée. FLASH: du samedi 8 août au 15 août 2020 masque obligatoire dans les rues commerçantes du Centre ville

  En centre-ville, port du masque obligatoire À compter du samedi 8 août prochain : port du masque obligatoire dans les rues ...