PARIS Ile de France. Le futur Musée de la Marine ouvrira à l’automne 2023

 

PARIS Le futur Musée de la Marine ouvrira à l’automne 2023

(Palais de Chaillot – Place du Trocadéro)

1- Présentation
2- Le teaser (vidéo)
3 – Le Musée / dernières infos (Vidéo) par le Directeur du Musée Vincent Campredon
4 – Le Projet
5 – Les chiffres
6- Projet architectural
7- Projet muséographique

.
1) – Fermé depuis 2017, le musée national de la Marine de demain (fondé en 1748) sera le musée maritime du XXIe siècle, animé d’une grande mission: raconter la France et la mer !
En attendant, les collections ont été transférées à Dugny, sauf le célèbre canot de Napoléon qui se trouve actuellement à Brest.
Le coût du chantier, évalué en 2019 à 86 millions d’€, est pris en charge par le budget des Armées.
Le projet avait été lancé en octobre 2015 par ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Histoire de la création de ce Musée:
https://tinyurl.com/bde3kw3d
.

Canot Empereur Napoléon 1er

.
Lire notre article sur le canot de l’Empereur:
https://tinyurl.com/y9v5h5ke

2) – VIDÉO LE TEASER
.

.
.

3) – VIDÉO – LE MUSÉE / DERNIERES INFOS par le Directeur du Musée Vincent Campredon à la date du 20 octobre 2022
Vincent Campredon était présent au Forum de l’Aventure maritime qui s’est déroulé aux Sables d’Olonne les 20 et 21 octobre 2022. Un Forum qui a eu un très grand succès en raison de la qualité et de l’expertise des participants. L’occasion pour le directeur du Musée de la Marine de présenter l’état d’avancement des travaux, avec une ouverture prévue exactement dans un an, à l’automne 2023.

.
.


.
.

4) – 2017 – 2023 un nouveau musée à Paris

Son principal objectif sera de faire de la mer et de l’aventure maritime un sujet d’intérêt pour tous les Français.

  •  Exposer, illustrer, expliquer et mettre en valeur l’identité et l’histoire maritime de la France ; le futur musée racontera des histoires de mer et de marins, anciennes et contemporaines afin de pouvoir s’interroger sur la situation actuelle de la mer et les enjeux de demain.
  •  Faire prendre conscience des enjeux et des défis qui concernent la mer dans toutes ses dimensions : historique, géographique, environnementale, économique, scientifique et culturelle.
    Le renforcement des enjeux géostratégiques des espaces maritimes pour la France et une réelle méconnaissance de ces enjeux par les décideurs et l’opinion publique plaident pour un musée qui permettrait de redonner au récit national toute sa dimension maritime.
  • Transmettre le goût de la mer: le Musée national de la Marine sera un lieu vivant, interactif, porteur d’émotions et de savoirs qui invitera au voyage.

Les lauréats
En un mot, l’ambition est de faire de ce nouveau musée le grand lieu de la mer et des marins à Paris.
La rénovation et la muséographie sont internationales:
– pour le chantier, les cabinets d’architecture sont français et norvégien avec H2O Architectes et Sonhetta;
– et pour la muséographie il sera amusant de voir qu’il s’agit d’une entreprise anglaise… – qui fut notre ennemi sur les mers – avec la société Casson Mann, lauréate d’un concours qui a intéressé 40 entreprises.
Il est vrai que Casson Mann s’est déjà fait une belle réputation avec la Cité du Vin à Bordeaux et Lascaux IV.
https://www.cassonmann.com/all-projects#%7B%22searchTags%22%3A%22%22%7D



5) – LE CHANTIER DE LA RENOVATION EN CHIFFRES ET EN DATES

2016
Octobre : lancement du concours pour l’architecture du bâtiment du Palais de Chaillot

2017
Mars : fermeture du musée au public Avril : désignation de l’architecte bâtiment Novembre : début du chantier des collections

2018
Octobre : sortie du Canot de l’Empereur Décembre : fin du chantier des collections

2019
Février : lancement du concours pour la muséographie Juillet : lancement du concours pour la signalétique générale et spécifique Septembre : désignation du scénographe Octobre : début du chantier du bâtiment

2020
Suite des études de la muséographie et du chantier

2022
Dernière phase du chantier architectural et début du chantier muséographique

2023
Fin du chantier architectural et muséographique Ouverture au public


Les chiffres clés de la rénovation

6 ANNÉES de rénovation
8 000 M² à réinventer et 2500 m² de parcours semi-permanent

PLUS DE 800 ŒUVRES exposées de tous formats et sur tous supports (modèles, objets scientifiques et techniques, armes, peintures, arts graphiques et décoratifs, audiovisuel…) dans le parcours semi-permanent

PLUS DE 35 000 OBJETS de collection à conserver et valoriser dont :
• 2822 maquettes de bateaux
• plus de 7000 peintures et dessins
• 5220 photographies

PRÈS DE 50 DISPOSITIFS DE MÉDIATION
manipulations, dispositifs numériques, immersifs, interactifs…

Coût du projet 65,3 MILLIONS D’EUROS

Les acteurs de la rénovation:
Maître d’ouvrage : Musée national de la Marine
Maître d’ouvrage délégué : L’Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la Culture, Oppic

Maîtrises d’œuvres:
• Monuments Historiques : ACMH Lionel Dubois
• Rénovation architecturale : Groupement h2o . h2o architectes (architecte mandataire) . Snøhetta (architecte)

Scénographie:
Casson Mann (scénographe, mandataire)

Signalétique fonctionnelle et spécifique:
Contours Olivier Schwartz, Tactile Studio, Approche audiovisuelle

___

6) – FAISONS DE LA MER UN MONDE

 Une identité en harmonie avec la mer

En prenant comme point de départ la rénovation du site parisien, le musée national de la Marine s’est associé à l’agence Carré Noir (Publicis) pour concevoir une nouvelle identité visuelle, dans le cadre d’un mécénat de compétences.
Le nouveau logo du musée jouera sur des différences de vibrations,des effets de mouvements ou de contrastes. Ainsi, le logo du musée ne sera jamais tout à fait le même, reflet de la diversité et de la vie des océans.
Tout en étant évolutif, ce logo demeure cependant structurant pour le musée. Il sera clairement identifiable quelles que soient ses modifications et son « état ». La gamme chromatique des bleus, la typographie choisie et les motifs en forme de vagues intégrés dans le nom même du musée (inspirés par l’art optique) sont des éléments constitutifs de cette nouvelle identité, rendant immédiatement reconnaissable le musée national de la Marine.

« Cette nouvelle identité visuelle est à l’image du nouveau Musée: sensible, évolutive et vivante« .

Musée national de la Marine – Paris

 


 

Un Carrefour d’échanges
Le musée national de la Marine à Paris est l’un des derniers grands musées français à conduire sa rénovation,
et le dernier sur le site du Palais de Chaillot.
Vivant et interactif, le futur musée fera appel aux technologies les plus innovantes, il racontera des histoires de marine, de mer et de marins.
Invitant au voyage, il sera un musée porteur d’émotions et de savoirs, un outil puissant de sensibilisation de tous les publics pour éclairer les enjeux maritimes de notre planète.
Carrefour d’échanges scientifiques ouvert sur le monde, il sera pour la France un vecteur de rayonnement à l’international.
Fort d’un nouveau projet architectural et d’une scénographie adaptée aux attentes d’un public en constante évolution, légitimement exigeant, le musée confortera son rang parmi les premiers musées maritimes de référence, en Europe et dans le monde.

300 m2 d’entrée – 3 galeries de 500 m2 chacune pour les expositions – 4 studios d’environ 200 m2 pour les collections emblématiques.
.
.

Ci-dessous: Hall d’entrée

Hall d’entrée – © Photo: ©h2o architectes/Snøhetta

.
.

Ci-dessous: Vestibule d’entrée

Vestibule d’entrée – © Photo: ©h2o architectes/Snøhetta

.
.

Ci-dessous: Pavillon

Pavillon – Photo: ©h2o architectes/Snøhetta

 

8000 m2
35.000 objets – 2800 maquettes de bateaux – 800 oeuvres exposées

Un parcours renouvelé pour parler au plus grand nombre

Musée protéiforme, à la fois de sciences et techniques, d’histoire, de beaux-arts et de civilisation, son histoire montre la pluralité des approches qui ont présidé à la constitution de ses collections. En effet, d’abord émanation maritime des collections royales et impériales, elles ont ensuite été, au gré de ses directions successives, fortement teintées d’ethnographie avant de revêtir au cours du XXe siècle un discours à prédominance militaire.
Il a donc été décidé de mettre en place un parcours semi-permanent qui offre, par des nouvelles présentations prévues à intervalles réguliers, une variété de thèmes et le renouvellement des thématiques abordées.

Le futur musée s’articulera autour de plusieurs galeries qui ont été imaginées pour répondre aux attentes des différents publics :

  • un espace « Repères » en début de parcours, lieu immersif qui offre des clefs de compréhension sur les enjeux maritimes
  • trois espaces « semi-permanents » renouvelés tous les trois à cinq ans sur les thèmes les plus emblématiques de notre histoire et de notre futur
  • des espaces appelés « studios » qui mettront en valeur les plus belles oeuvres des collections
  • un nouvel espace qui permettra d’organiser deux expositions temporaires par an, pour tous les publics, sur des sujets d’envergure, en lien avec l’actualité maritime
  • des espaces complémentaires qui favoriseront la rencontre et l’échange : un nouvel auditorium de 200 places, des espaces de travail, un centre de ressources, une boutique agrandie, un restaurant ouvert à tous et un espace d’actualité où seront exposés et débattus tous les grands sujets maritimes contemporains.

Le projet architectural

Pour mener à bien le projet de rénovation, un concours international d’architecture, recevant 117 candidatures,
a été lancé sous la maîtrise d’ouvrage déléguée de l’OPPIC (Opérateur du Patrimoine et des Projets Immobiliers de la Culture) et a désigné pour lauréat l’agence parisienne h2o architectes, en groupement avec les architectes norvégiens Snøhetta.
La maîtrise d’oeuvre patrimoniale a quant à elle été confiée à Lionel Dubois, Architecte en Chef des Monuments Historiques (ACMH).

Le projet proposé s’appuie sur une forme de composition et de restitution des volumes des galeries de l’exposition internationale de 1937, tout en s’inscrivant dans la continuité architectonique des aménagements intérieurs. Il donne à revoir les qualités architecturales fondamentales de ce palais, en respectant son histoire et en l’adaptant pour accueillir de manière durable les majestueuses collections du futur musée.

Les espaces d’exposition sont épurés et conservés dans leurs proportions, à la fois exceptionnels dans leur dimension et simples dans leur traitement. L’espace est révélé par la lumière. Le projet se sert du bois pour souligner les surfaces. Ces matériaux sont transformés et affirmés pour en renforcer le caractère à la fois contemporain et contextuel.
Le projet réintroduit le rôle primordial du Pavillon d’About, sa verticalité et la vue sur Paris sont retrouvées.

 


7) – LE PROJET MUSÉOGRAPHIQUE

En février 2019, un premier jury a retenu cinq candidats scénographes sur les quarante dossiers soumis. En juillet 2019, un second jury composé de professionnels du monde des musées et du patrimoine, ainsi que des représentants des ministères des Armées et de la Culture, a désigné comme lauréat l’agence Casson Mann pour le projet muséographique.

La démarche de l’équipe lauréate s’ancre dans le désir de faire du musée une institution vivante, qui lie les histoires de la mer aux connexions profondes que la nation entretient avec elle et ce, pour un large public.
Le projet sublimera les collections, au rang desquelles de nombreuses œuvres jamais ou peu présentées, avec ce message porté que la mer fait partie de nous, qu’elle joue un rôle dans nos vies.
.

© Photo: CASSON MANN

.
.
Le futur musée se présentera donc comme une institution moderne et vivante, et non uniquement comme un lieu d’exposition d’objets historiques.
Le but est de conter des histoires, de divertir, et de faire plaisir.
Ici, la mer sera présentée dans son contexte social et culturel au sens large.
L’expérience du visiteur est au coeur de la conception scénographique, l’idée étant qu’il puisse comprendre, s’amuser et se détendre lors de son voyage au sein du musée.
Pour ce faire, le public aura les moyens de faire ses propres choix, suivre son propre cap, et ainsi donner à sa visite la forme qui lui conviendra le mieux, en suivant le flot de ses intérêts et envies du moment.
Il s’agira donc créer des univers immersifs d’une grande beauté dans lesquels, grâce à la mise en scène, et évidemment grâce aux oeuvres, les visiteurs seront immédiatement immergés de manière émotionnelle et sensorielle.

© CASSON MANN

 

Le parcours de visite

L’espace « Repères » : la mer comme horizon partagé

Sas d’entrée pour les visiteurs, cet espace de 300 m2 proposera au public une introduction générale au monde maritime, en lui donnant quelques clés de compréhension tant historiques que géographiques, géopolitiques, économiques ou encore esthétiques.

 



3 TRAVERSÉES ET 4 ESCALES 

Les trois galeries semi-permanentes

Le parcours au sein du musée propose au public de visiter trois galeries, d’environ 500m 2 chacune.
Traitées comme des expositions semi-permanentes, elles seront renouvelées à tour de rôle tous les 3 à 5 ans, en fonction de thématiques, d’objets exposés et de scénographie, selon les attentes du public et de l’actualité. Enfin, elles auront des identités très différentes en termes de sujets et de type de discours.

Chaque galerie abordera une thématique particulière qui permettra, à partir d’un sujet de départ, d’élargir le propos et de faire en sorte qu’à la fin du parcours, l’ensemble de la collection soit présenté et que les thèmes identifiés dans le projet scientifique et culturel soient traités, dans une optique de cohérence et de complémentarité.

LA GENÉSE ET DÉCOUVERTE DES PREMIERS TRAVAUX
.

.
Thématique des trois galeries
(3 traversées)


GALERIE 1 – HISTOIRE: la France puissance navale, pouvoir et innovations
Aborder l’histoire de la marine de guerre est une évidence pour un musée du ministère des Armées: les œuvres en lien avec le sujet sont nombreuses, sinon majoritaires, dans les collections, et le lien Armée-Nation était un axe majeur de la scénographie passée.
L’objet de cette galerie est de présenter au public, sous la forme d’une galerie chronothématique, une relecture du développement de la marine de guerre française depuis le XVIIe siècle jusqu’à nos jours.
À travers une succession d’histoires, celles de navires et de marins, d’inventions tactiques ou technologiques, il s’agira de retracer l’histoire du rôle de la Marine nationale et de l’État en mer.


GALERIE 2 – ÉCONOMIE : économie maritime, les routes de la consommation
Tout en s’appuyant sur des collections historiques, cette galerie a pour ambition de présenter les enjeux contemporains liés à la mer, qu’ils soient économiques, écologiques ou sociaux, et d’ouvrir le propos sur le futur, dont les enjeux environnementaux. L’objectif est de faire prendre conscience au visiteur de la place des économies maritimes dans son quotidien et des enjeux écologiques induits par notre consommation. Elle l’interroge sur l’origine des produits qu’il consomme et lui fait découvrir les routes maritimes, les métiers, les circuits qui lui permettent d’en bénéficier.

© Photo DR – Musée de la Marine

 

GALERIE 3 – ÉMOTIONS : l’homme et la mer, tempêtes et solidarités
Cette dernière galerie aborde la mer comme source de questionnements pour l’individu, envers lui-même et dans son rapport à l’autre. Les aspects liés à la spiritualité et aux solidarités seront traités, de même que la réflexion sur la disparition, le passé et sa compréhension, au moyen notamment de l’archéologie sous-marine.

Le principe de la galerie est de faire vivre au visiteur une expérience forte au moyen d’ œuvres monumentales, d’objets issus de naufrages (archéologie sous-marine) et de témoignages.
Ceci lui fera découvrir la mer sous un angle auquel il ne s’attendait pas.

 

Les quatre studios
Ces espaces, de 150 à 200 m2 chacun, seront traités comme des écrins abritant les collections emblématiques du musée. En cela, ils se distinguent des galeries.
Les studios, thématisés et illustrés par des œuvres, n’ont pas vocation à être problématisés comme les galeries ni à faire l’objet d’une mise en récit. Ils sublimeront des objets phares du musée et les trésors de la collection.

Les Vues des ports de France de Joseph Vernet

La série des Vues des ports de France de Joseph Vernet constitue un ensemble patrimonial exceptionnel. Outils politiques au service du pouvoir royal, ces toiles n’en restent pas moins des œuvres artistiques remarquables à forte valeur documentaire. Cette galerie permet de mobiliser les tableaux de Vernet et de Hue en lien avec la commande de 1753, ainsi que des portraits de Vernet et Marigny. De plus, des gravures seront exposées pour évoquer la diffusion et la postérité de cette exceptionnelle commande.

La petite et grande histoire des « modèles »

De la collection Trianon aux bateaux-jouets, la très riche collection de modèles et maquettes du musée national de la Marine témoigne d’usages variés et multiples. Il s’agira de montrer qu’un modèle peut avoir un intérêt esthétique et technique, de rendre compte de la diversité des modèles sur les plans chronologique, typologique et fonctionnel, et enfin de faire apparaître les maquettes comme des objets d’histoires européennes et extra-européennes aux dimensions multiples.

Splendeurs de la sculpture navale

Riche d’un répertoire varié aux facettes multiples, la sculpture navale recouvre différents usages : visée décorative, moyen d’identification, rôle prophylactique ou encore outil de représentation du pouvoir. Ses dimensions esthétique, technique et politique seront présentées au sein d’un studio organisé autour des ornements de la Réale, galère ambassadrice des aspirations royales, et l’une des pièces maîtresses du musée.

Se repérer en mer : l’art de naviguer

L’histoire de la navigation est longue et complexe, faite d’expérimentations variées et d’inventions de génie. D’abord basé sur la tradition orale puis développé grâce aux ouvrages scientifiques et aux instruments, l’art de naviguer n’aura de cesse de se perfectionner au fil des siècles. À travers ses riches collections, le musée national de la Marine souhaite revenir sur cette évolution et montrer au visiteur que les technologies modernes ne peuvent suffire à se repérer en mer aujourd’hui et à remplacer l’homme.

 

VIDÉO – MÉTAMORPHOSE

.


.
.

 



Publiez vos annonces légales:
https://www.lereportersablais.com/annoncesjudiciairesetlegales/
.

Philippe Brossard-Lotz

Le Reporter sablais

.
.
Lancement de la campagne de donation 2022 pour « Le Reporter sablais »
.

Leave your vote

15 Points
Upvote Downvote
More

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page

Add to Collection

No Collections

Here you'll find all collections you've created before.

Adblock détecté

Bloqueur de publicités détecté. Nos articles sont gratuits et seule la publicité nous permet de nous développer. Merci d'insérer www.lereportersablais.com dans la liste de vos sites autorisés dans les paramètres de l'application Adblock que vous avez téléchargé sur votre smartphone ou ordinateur.