Les Sables-d’Olonne Vendée. Situation médicale et Urgences: des médecins salariés en appui

 




 

Situation médicale en Vendée
La situation médicale en Vendée est très préoccupante. À plusieurs reprises de nombreux élus Vendéens, à commencer par Alain Leboeuf, le président du Département et Antoine Chéreau, le président du Centre Hospitalier Départemental, s’en sont émus.

Une délégation vendéenne auprès du ministre de la Santé
Au cours d’une réunion sollicitée auprès d’Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, une délégation vendéenne composée de Bruno Retailleau, sénateur de la Vendée, Alain Leboeuf, président du Conseil départemental de Vendée, Antoine Chéreau, président du CHD, et Nicolas Chénéchaud, Conseiller départemental délégué à la démographie médicale, a demandé que le ministère de la Santé prenne en compte les besoins des Vendéens en matière de santé.

Situation des services d’Urgences
Le sujet principal d’inquiétude est la situation des Urgences, avec des services qui ne sont plus assurés de manière satisfaisante sur plusieurs sites comme ceux de Luçon, Montaigu ou encore Les Sables d’Olonne.

Sur ce point, le ministère a pris deux engagements :
– garantir le maillage et la pérennité des 7 services d’urgence que compte actuellement le département (La Roche-sur-Yon, Montaigu, Luçon, Les Sables d’Olonne, Fontenay-le-Comte, Challans ainsi que la clinique Saint-Charles à La Roche-sur-Yon) ;
– accompagner, y compris financièrement, la mise en place expérimentale de centres de soins non programmés.

Ces centres de soins, répartis sur l’ensemble du territoire vendéen, emploieront des médecins salariés financés par l’Etat via l’hôpital.
Ces médecins salariés prendront en charge les consultations sans rendez-vous et les soins de premier recours (soins primaires ou soins de proximité).
Ils soulageront ainsi les médecins généralistes, souvent surchargés, ainsi que les services d’urgence des sites hospitaliers.

Par ailleurs, les élus vendéens ont souligné le besoin essentiel de pouvoir déroger au zonage de médecine générale – sans le remettre en cause – lorsque des circonstances exceptionnelles l’exigent, à l’image de la situation rencontrée actuellement par la commune de Coëx.

Philippe Brossard-Lotz

Le Reporter sablais

 

 




Laisser un commentaire

Adblock détecté

Bloqueur de publicités détecté. Nos articles sont gratuits et seule la publicité nous permet de nous développer. Merci d'insérer www.lereportersablais.com dans la liste de vos sites autorisés dans les paramètres de l'application Adblock que vous avez téléchargé sur votre smartphone ou ordinateur.