Yannick Moreau, maire des Sables d'Olonne, durant le confinement

Les Sables d’Olonne Vendée Coronavirus – En pleine épidémie le maire des Sables d’Olonne a accepté de répondre aux questions du Reporter sablais

 




 


vendredi 27 mars 2020 20h


Le Reporter sablais: Comme tous les Français le font pour lutter contre la propagation du coronavirus, êtes-vous confiné chez vous ?

Yannick Moreau: Le confinement est le meilleur moyen de limiter la propagation de ce virus mortel. Le confinement concerne tout le monde, y compris les élus et le maire.
Je m’astreins au télétravail et à gérer au maximum les affaires de la ville et de l’agglo depuis mon domicile, même si ce n’est pas toujours simple car la vie familiale est telle qu’il faut pouvoir, comme tout un chacun, jongler avec les sollicitations multiples de la maison. Après deux premières semaines de confinement, on n’est pas encore rôdé mais on progresse.
Lorsque mes responsabilités l’exigent, je prends ma voiture pour aller sur le terrain ou à la mairie à mon bureau.

LRS: En tant que Maire vous avez une mission de service public, vous êtes le premier magistrat de la ville, vous gérez une Police municipale…etc..vous devez prendre de nombreuses dispositions nécessitant sans doute des déplacements. Utilisez-vous l’attestation de déplacement pour les justifier quand le télétravail est impossible ?
YM:  Comme je vous le disais, j’essaie de limiter mes déplacements au strict nécessaire. Lorsque je suis en déplacement pour la ville ou l’agglo je pars comme tout le monde, équipé d’une pièce d’identité et d’une attestation sur l’honneur sur laquelle j’ai coché la case n°1 «déplacement professionnel » et noté la date et l’heure.

LRS: De nombreuses décisions doivent être prises en lien avec le Directeur Général des Services, les directeurs de services et des collaborateurs. Comment fonctionnez-vous puisqu’il est parfois impératif de prendre des décisions rapides ?
YM: Mon téléphone et ma ligne internet chauffent ! Les mails, textos, messages whatsapp fusent en cette période de confinement. Mes directeurs généraux des services (Ville & Agglo), mon 1er adjoint Armel Pécheul, mon cabinet et moi-même avons tous les jours une réunion en visio-conférence. Nous avons pratiquement tous les jours également une réunion avec le sous-préfet des Sables d’Olonne.

LRS: Avez-vous constitué une cellule de veille ou de crise avec les principaux élus ?
YM: Nous avons fait le choix d’un mode de fonctionnement très souple pour que notre administration communale puisse s’adapter très rapidement, en confiant au Directeur Général des Services l’animation du Plan de Continuité d’Activité. L’objectif de ce PCA est d’organiser la réaction opérationnelle des services et de s’assurer du maintien des activités indispensables.
Ce dispositif permet de déterminer quotidiennement les agents devant être impérativement physiquement présents.
Nous avons fait le choix de rester en contact (Maire, Adjoints, 2 DGS) 24h/24, 7jours/7 via Skype ou WhatsApp plutôt que de mettre un RDV physique quotidien en place, ce qui nous obligerait à des déplacements.

 

LRS: Pour les services municipaux, vous avez instauré de nombreuses fermetures et conservé quelques services avec des astreintes.*  Est-ce que ce dispositif est toujours actif (et à jour) ?  Existait-il un Plan prévu en cas de crise fin d’assurer la continuité des services ?  En dehors des astreintes, l’essentiel des 850 agents sont-ils confinés chez eux ?
YM:  Dès le début de la crise, j’ai appliqué immédiatement les consignes gouvernementales afin de préserver la population de l’Agglomération.
Depuis le 13 mars 2020 à la suite de la première allocution présidentielle, et en application des textes réglementaires successifs, la ville et l’agglomération ont fermé les services publics « non essentiels » dans l’objectif de limiter la propagation du covid-19. Ce qui s’est effectivement traduit par la fermeture des écoles, des centres de loisirs, des crèches, des médiathèques, les piscines, les déchetteries, l’Institit Sports Océan (ISO).
Toutefois, la fermeture des structures publiques ne signifie pas l’arrêt des services publics et de l’activité des équipes municipales et communautaires.
Hier par exemple 211 agents municipaux étaient physiquement en poste (CCAS, Ressources Humaines…), 210 en télétravail, 236 agents étaient confinés à leur domicile, 91 en garde d’enfant, 93 en protection pour situation fragile, 66 en arrêt maladie, 26 en congés et d’autres encore en repos hebdomadaire.
Et pour les 169 agents de l’Agglo, 17 exerçaient à leur poste, 76 exerçaient en télétravail, 33 étaient confinés à leur domicile sans mission, 29 en garde d’enfants et 14 en arrêt maladie.
Par ailleurs, dans la perspective d’un prolongement de la période de confinement et d’un besoin supplémentaire de moyens humains au sein des services publics locaux essentiels, nous étudions le redéploiement des agents municipaux confinés à leur domicile.
S’agissant du Plan Communal de Sauvegarde (PCS), nous n’avons pas souhaité le déclencher pour l’instant car l’organisation des astreintes nous permet de répondre pleinement à nos obligations de continuité des services en matière de salubrité et de sécurité publiques.

Le Maire Yannick Moreau poursuit son activité chez lui en visio-conférence


LRS: Etes-vous sollicité par des agents ou la Police municipale pour des demandes de masques et de gel et les stocks sont-ils suffisants ?

YM: Depuis la fin de la semaine dernière, tous les agents municipaux en relation avec le public sont équipés de masques.
Nous disposions de quelques litres de gel hydro-alcoolique et de 4000 masques au début de la crise, ce qui nous a permis de répondre aux besoins de nos services Ville-Agglo-CCAS et de fournir 1000 masques à l’hôpital qui en manquait.
Pour la suite, comme vous le savez, nous en avons commandé 100.000 pour tenir sur la durée et les distribuer en priorité aux professionnels de santé, ensuite aux personnes au service et au contact des personnes vulnérables, et enfin aux professionnels qui travaillent tous les jours au contact du public.

 

LRS: Quels liens avez-vous de manière régulière afin de prendre des décisions durant cette crise sanitaire (Préfet, Elus du littoral, ministres…) ?
YM: La gouvernance collective de la Ville et de l’Agglo n’a pas connu d’interruption. Grâce aux logiciels de visio-conférence, nous tenons un « bureau d’adjoints » toutes les semaines et un « bureau communautaire » avec les maires et vice-présidents de l’Agglo tous les quinze jours.
En revanche, nous sommes impatients de voir les ordonnances que le gouvernement va prendre pour nous permettre de fonctionner sans réunir le conseil municipal tant que la situation sanitaire ne l’autorise pas. Car nous avons de nombreux sujets importants à traiter sans attendre le vote du budget 2020 en juillet prochain (soutien à la vie économique, associative, sportive, caritative, etc).
Les contacts téléphoniques sont quasi quotidiens avec le préfet, l’ARS, nos sénateurs Bruno Retailleau et Annick Billon, les maires de Vendée et d’ailleurs, et Luc Bouard en particulier pour échanger et coordonner nos actions.

LRS: Vous traitez actuellement deux dossiers:
– le premier sur le maintien des marchés, un sujet qui vous oppose au Préfet. Vous avez sollicité le Premier ministre. Quelle est votre position et avez-vous eu une réponse?
YM: Ce projet unilatéral de fermeture préfectorale des marchés sablais était incompréhensible et déconnecté de la réalité de l’organisation sanitaire de ces services commerciaux de proximité.
Finalement, le bon sens l’a emporté car nos producteurs locaux et commerçants de proximité n’avaient pas de raison de subir un régime de défaveur par rapport au grandes surfaces.
En période de confinement prolongé, on a besoin de tout le monde, de tous les commerçants, petits et grands; et on besoin aussi de savoir faire confiance aux maires.
La saisine du Premier ministre qui avait lui-même recommandé d’écouter les maires a fait bougé les lignes. Je remercie le Premier Ministre pour son attention bienveillante et le préfet de la Vendée pour avoir accepté de revoir sa position.
Reste à chacun de faire preuve de responsabilité et de civisme. De limiter au maximum ses déplacements. De s’organiser pour faire des courses hebdomadaires. Et de veiller à protéger et accompagner nos compatriotes les plus isolés et les plus vulnérables.

– la baisse drastique de la pêche en raison d’une chute des cours du poisson de plus de 50%. Réfléchissez-vous à une solution en la matière?
YM: Nous sommes en relations régulières avec les représentants de la pêche et José Jouneau le président du comité régional.
Le marché est déstabilisé et chacun cherche le moyen d’en sortir. Le problème  c’est que cette épidémie rend difficile et la production (question de responsabilité en cas de contamination des marins) et la commercialisation puisque le confinement fait mécaniquement chuter la consommation. C’est rageant car après des mois de mauvais temps, la météo est enfin devenue favorable.

LRS: Quels sont les autres dossiers importants liés à la crise que vous suivez actuellement?
YM: Notre nouveau sujet de préoccupation est de tenter d’éviter une nouvelle vague d’accueil de résidents secondaires ou touristes à l’approche des vacances de Pâques.
En théorie, le respect des règles de confinement interdit déjà à des personnes de voyager de leur résidence principale à leur résidence secondaire… mais la ville tient à affirmer un message clair, un message de PROTECTION.
Protection des résidents secondaires eux-mêmes, ils doivent savoir qu’en cherchant à venir aux Sables d’Olonne ils prennent le risque de rejoindre un secteur déficitaire en médecins, déjà mis sous tension par le covid-19, alors que leur ville ou département d’origine est généralement mieux pourvu et donc plus sécurisant.
Protection des résidents sablais à l’année car en venant de secteurs souvent beaucoup plus touchés que la Vendée, les résidents secondaires venus aux Sables auraient dû s’imposer à eux-mêmes une quatorzaine préventive limitant le risque de propagation du virus mortel covid-19.
Chacun sait que ce n’est pas ce qui s’est passé, la douceur du soleil de printemps et une forme d’insouciance incivique sont passées par là.
Le seul mot d’ordre efficace pour les Sablais, les Vendéens et tous nos compatriotes c’est « Restez chez vous ».

LRS: Vous suivez sans doute des solutions mises en oeuvre dans d’autres municipalités. Couvre-feu, décontamination de tous les espaces publics et mobilier urbain à la javel  etc… Préparez-vous des mesures en la matière?
YM: Avec humilité, je pense pouvoir dire que la Ville et l’Agglo des Sables d’Olonne ont jusqu’à présent plutôt été à la pointe de la gestion de cette crise. Permettez-moi de vous donner quelques exemples :
– commande de 100.000 masques que nous partagerons avec les professionnels les plus exposés;
– demande de modification des attestations avec obligation de l’horaire de départ;
– interdiction des locations touristiques en cours de période de confinement;
– interdiction de rejoindre sa résidence secondaire à compter du 27 mars;
– obtention d’une dérogation préfectorale permettant la poursuite de l’ouverture de nos marchés couverts de proximité.

LRS: La crise sanitaire est très grave. Quel est votre sentiment personnel?
YM: L’heure est grave.
Au-delà des conséquences économiques désastreuses pour nos entreprises, nos emplois, nos familles, je suis frappé par l’insouciance d’une minorité de nos concitoyens.
Ce virus est mortel. Il tue à l’étranger, en France, en Vendée et aux Sables d’Olonne. Il est là. Il circule. Il contamine chaque jour des dizaines de personnes aux Sables d’Olonne.
C’est loin d’être une simple grippe. C’est un virus mortel. Cela nous concerne tous.
En l’absence de dépistage systématique, en l’absence de chiffres officiels sur le nombre réel de cas chez nous, une partie de la population ne mesure pas encore le danger qui est présent dans notre ville et notre agglomération.
Pourtant, la plus grande prudence s’impose. La plus grande vigilance est demandée. La plus grande discipline civique est indispensable.
La seule chose efficace que nous pouvons faire pour éviter un trop grand nombre de victimes et de morts, y compris ici aux Sables d’Olonne (!), est de limiter ses contacts, ses sorties, et de rester chez soi le temps qu’il faudra.
C’est à ce prix que nous retrouverons nos libertés, de circuler, de travailler, de vivre, tout simplement.

LRS: Pour conclure, quel message souhaitez-vous faire passer aux Sablais ?
YM: Les situations de crise, les situation d’urgence sont souvent révélatrices des forces et des faiblesses de notre société, de notre vie collective, de notre humanité.
Si elles ont la fâcheuse tendance d’électriser les réactions, les opinions, elles permettent aussi de mettre en lumière de très belles choses, de très belles missions, de très beaux gestes.
Au nom de la ville des Sables d’Olonne, je voudrais ici remercier toutes celles et tous ceux qui se donnent aux autres, qui font passer le service des autres avant leur confort personnel. Ils sont nombreux, ils se reconnaîtront. Nous leur en sommes très reconnaissants.
Mes chers concitoyens, en ces temps difficiles, soyons des Sablais à énergie positive. Protégeons les nôtres, protégeons les autres, les plus isolés, les plus vulnérables.
Plus nous serons unis, plus nous serons disciplinés et motivés pour respecter les règles de confinement, plus nous lutterons efficacement contre ce virus et plus vite nous retrouverons nos libertés et notre exceptionnelle qualité de vie.

Philippe Brossard-Lotz

Le Reporter sablais

lereportersablais@gmail.com

 

*
– État civil : naissance et décès
– Gardes d’enfants des personnels soignants
– Inscriptions scolaires pour la rentrée de septembre
– Déplacement Transport Solidaire Sablais du CCAS sous réserve de bénévoles
– Services Voirie, Espaces verts et Propreté pour les missions de salubrité et de sécurité
– Gestion des cimetières
– Service urbanisme pour l’instruction des permis de construire en cours
– Collecte des ordures ménagères
– Transports urbains de 8h30 à 12h30 (y compris le passeur)
– Police municipale

 




À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

x

Check Also

Les Sables d’Olonne Vendée – FRANCE Politique – FLASH. Valéry Giscard d’Estaing est décédé à 94 ans

      FLASH FRANCE Politique – Valéry Giscard d’Estaing est décédé à 94 ans dans sa propriété d’Authon dans le Loir-et-Cher. ...