Vendée - Ile d'Olonne: projet d'antennes relais de téléphonie

Ile d’Olonne Vendée – Antennes Relais de téléphonie: le maire souhaite éviter toute défiguration supplémentaire

 

 




 

 

Ile d’Olonne Vendée – Antennes Relais de téléphonie: le maire Fabrice Chabot souhaite éviter toute défiguration supplémentaire

Les éoliennes, ce sont déjà des pollutions visuelles. Alors le maire de l’Ile d’Olonne ne souhaite pas du tout d’une nouvelle pollution visuelle avec des antennes relais de téléphonie mobile d’une hauteur de 34 mètres.
Et cela dans un corridor écologique et à quelques dizaines de mètres des magnifiques marais de l’Ile d’Olonne.

Les retards de couverture de la 4G avec les zones blanches ou grises ont amené, on le sait, l’Etat à réagir et à faire pression sur les 4 opérateurs téléphoniques pour combler le fracture numérique et téléphonique.
Un accord a été passé entre l’Etat et ces opérateurs, avec un cahier des charges, afin que la couverture 4G soit totale à l’horizon 2022.
Chaque opérateur aurait environ 5000 antennes à poser sur le territoire national.

C’est dans ce cadre que la commune de l’Ile d’Olonne a été sollicitée par les quatre opérateurs.
Le maire, Fabrice Chabot, se dit très préoccupé et reste vigilant car il s’agit de pylônes de dizaines de mètres et il ne souhaite pas d’atteinte à l’environnement et au patrimoine culturel et paysager.
Il comprend très bien les besoins mais pour lui « le déploiement de la 4G à l’Ile d’Olonne ne doit pas se faire à n’importe quel prix ! ».

Et d’indiquer que la hauteur des pylônes seraient supérieure à la hauteur du célèbre clocher de l’église et porterait atteinte au caractère paysager constitué de marais et de vignes.
Déjà, dit-il, la commune et ses habitants doivent supporter la pollution visuelle d’une implantation anarchique d’éoliennes de plus de 30 mètres ! Il ne souhaite donc pas du tout que soit réitérée ce genre d’erreur avec des antennes relais aux hauteurs astronomiques. Quant à l’avocat de la commune, il considère qu’aujourd’hui c’est l’Etat qui est le principal destructeur des paysages en laissant faire la réalisation de projets démesurés.

A LIRE  Marseille Bouches-du-Rhône. Importante opération de sauvetage au large de Marseille

Si l’interdiction stricte des implantations d’antennes est impossible – ni souhaitée par la commune – en raison de la loi Elan du 23 novembre 2018, qui ne laisse pas de possibilités aux élus en la matière, et ne permet pas davantage d’imposer une mutualisation des antennes entre opérateurs, l’avocat de la commune Me Geoffroy de Baynast rappelle que la loi du 3 août 2009, prise à la suite du Grenelle de l’Environnement, permet de mettre en place des chartes de régulation des implantations.

C’est la voie qu’a choisi le maire Fabrice Chabot après avoir obtenu gain de cause le 3 octobre 2019 devant le juge des référés du Tribunal de Nantes.
A travers cette charte la commune pourrait trouver un accord préalable avec les opérateurs sur des lieux d’implantation moins impactant.

Il s’agit d’une cause nationale estime le maire Fabrice Chabot, insistant sur le fait qu’il ne veut pas que le paysage de l’Ile d’Olonne soit défiguré.

 

Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais

 

 




 

À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

x

Check Also

Les Sables-d’Olonne Vendée – Préfet: la Vendée en vigilance jaune Canicule

    40° dans les terres et 35° sur le littoral   Fortes chaleurs – Vigilance de niveau jaune canicule pour le ...