Les Vainqueurs de la Vendée Va'a 2018 aux Sables d'Olonne

Vendée Va’a Pirogues 2018 – Les méduses sont de retour

Vendée Va’a Pirogues 2018 – Les méduses sont de retour





Il ne faisait pourtant pas chaud. Ce fut d’ailleurs le leitmotiv pendant la cérémonie de clôture. Et cependant les méduses furent de retour en cette épreuve 2018. Sur le sable et en mer, à profusion, le jeudi 10 mai 2018 – jour de l’Ascension.
Mais aussi lors de la 9ème édition de la Course de pirogues aux Sables d’Olonne, la désormais célèbre Vendée Va’a, puisque c’est la pirogue La Méduse qui a emporté le titre pour la 4ème année de suite. Et cela à l’issue de 3 journées de compétitions.

Les vainqueurs de La Méduse
(cliquez sur les photos pour agrandir)

3ème et dernière étape
La dernière étape, celle d’hier samedi, était d’une longueur de 56 km pour les équipages masculins et de 15 km pour les féminines.
La météo et les conditions de navigation avaient été délicates les deux jours précédents. Pour cette ultime étape, la météo fut plus clémente et les rameurs n’eurent qu’à affronter une petite houle de 1 m et un vent léger de 8 à 10 noeuds.
Le froid restait cependant très présent, l’eau étant annoncée à 13 degrés.

Frankie faisait la prière et lançait le Haka

Frankie

Après la traditionnelle prière d’avant-course suivie du Haka distillée et mené par Frankie, le départ fut comme à son habitude très spectaculaire avec la course d’un des équipiers vers sa pirogue respective puis, après qu’il eut embarqué, la lutte contre les vagues menaçantes du rivage.
A chaque seconde, alors que les pirogues étaient au sommet de la vague, en pleine écume, les coeurs tressaillaient: celle-ci allait-t-elle passer ou l’équipage allait-il dessaler (se renverser)??
Dans ces moments fatidiques, les organisateurs n’en menaient pas large, leur souhait étant que le maximum de pirogues participent à l’épreuve, et cela sans dommages. Parmi les spectateurs et peut-être les photographes, certains auraient sans doute été ravis d’un dessalage…. dès lors, bien sûr, que le retournement de pirogue se déroule sans dommages.

Mais en fait, nul n’était besoin d’avoir cet effet sur le rivage car le spectacle était ailleurs; il était en mer où les passagers – gelés – de quelques bateaux suiveurs purent assister à un spectacle grandiose: la bataille des rameurs contre le vent et la houle.
Les muscles tendus, ils pointaient leur pagaie dans une mer formée afin de lutter contre l’adversité. Pas uniquement contre leurs concurrents mais aussi contre les éléments.

La grande course de pirogues aux Sables d’Olonne : la Vendée Va’a (© Photo: DR – Vendée Va’a)

Un combat contre les éléments
Le nez de leur pirogue orienté vers leur destination, ils semblaient ne devoir leur survie qu’à un maigre flotteur qui apportait à leur embarcation l’équilibre nécessaire. Qu’ils laissent celui-ci se soulever de 80 cm et c’était le dessalage assuré avec tout ce que cela impliquait d’efforts pour ré-embarquer et repartir, transis de froid.
Le combat n’a pas de limites, sauf celles de leur organisme. Durant 3 à 4 heures, trois jours de suite, ces combattants de l’inutile voulurent montrer qu’ils pouvaient dresser leur pirogue comme un cavalier son cheval. Ils étaient six sur leur monture, la menant à droite, à gauche, au plus haut, selon la hauteur des crêtes rencontrées. L’équipe ne faisait qu’un, solidaire, jusqu’au bout de l’épreuve et, s’il le fallait, jusqu’au bout de la nuit…
Au franchissement de la bouée, ce fut le début du retour. Les conditions changèrent alors; mais elles pouvaient être meilleures comme pires selon le sens du vent. Qu’importe ! L’objectif restait le même, remporter la Vendée Va’a, une épreuve dont le mythe se crée progressivement, d’abord pour son bon esprit et sa convivialité, mais aussi pour ses conditions de navigation difficiles.
Et lorsque la grande plage des Sables d’Olonne commença à apparaître, les mineurs des mers surent que la délivrance était proche.
Après un surf contrôlé sur les vagues du rivage, l’équipier désigné se précipita, les jambes à son cou, pour valider l’épreuve à la table du juge-arbitre.

Exténués, les uns après les autres pour chacune des pirogues, ils ne purent guère délivrer que quelques mots devant une assistance nombreuse présente à la fois sur le sable ou accoudée sur les rambardes du Remblai. Gaufres, glaces ou chi-chi à la main, prenant le plaisir de vivre dans l’une des plus belles stations balnéaires du monde, ils n’imaginaient pas que ces coureurs sur va’a (pirogues) venaient de fournir l’un des efforts les plus durs de leur carrière: 56 kms à ramer sur une frêle embarcation et dans une mer glacée.





Et pour cette 3ème journée, c’est la pirogue La Méduse en tête dès le départ qui conserva sa place de leader durant les 56 kms de course. Derrière, un petit groupe de trois composé de CKCL 1, Team Tupuai et Manu’ura, a talonné le leader sans grande chance de le rejoindre tant La Méduse maîtrisait le sujet! Elle arriva d’ailleurs avec huit minutes d’avance sur la seconde pirogue.

Cliquez sur les photos pour agrandir

Le classement de cette 3ème étape fut le suivant:

1. CN LA MEDUSE  4h:42:16
2. CKCL équipe 1     4h:50:38
3. TEAM TUPUAI (TAHITI)    4h:53:29
4. MANU’URA 13
5. C K BRESTOIS équipe 1
6. BELHARRA OLATU LAGUNAK
7. VAULX EN VELIN
8. MEDOC VAA équipe 1
9. MARSEILLE MAZARGUES CK
10. AVIRON BAYONNAIS
11. CK BRESTOIS équipe 2
12. BREIZH POLYNESIA VA’A
13. FUN VA’A MULTI CLUBS
14. CALIFORNIA GOLD (USA)
15. CKCL équipe 2
16. MEDOC VAA équipe 2
17. TEAM SP 85 VA’A CKCL 3
18. CKCL 4 TE AITO RU’AU   6h:17:28
19. UKIUKI – BRANCALEONE’S ARMY (Italie)  (abandon)
20. ATN (Tahiti)  (abandon)

Denys Rémy au micro

Cérémonie de clôture
Samedi soir, eut lieu aux Atlantes la cérémonie de clôture et la distribution des prix. Tous les élus étaient bien sûr présents, le maire Didier Gallot, l’ancien député-maire Louis Guédon, la chargée de la Culture Claire Legrand, la sénatrice Annick Billon, le député Stéphane Buchou etc… ainsi que le directeur de Course Philippe Vallée et, bien sûr, le créateur et organisateur de la Vendée Va’a Denys Rémi (Association Sapovaye).
Musique et danses tahitiennes, percussions, ballets couronnèrent trois jours durant lesquels la culture polynésienne fut à l’honneur dans les rues sablaises et au sein d’un village promotionnel installé dans le jardin du tribunal.
Toutes les équipes, féminines et masculines, eurent l’honneur de monter sur l’estrade et de se faire photographier, pour la postérité mais aussi pour la promotion de l’épreuve, car nul doute que ces photos vont proliférer sur les réseaux sociaux.
Quand ce fut au tour des 3 premières équipes – le podium – les applaudissements furent encore plus nourris. Comme une forme de reconnaissance et de gratitude envers ces champions pour le spectacle prodigué et les efforts consentis.
Après quelques interventions, humoristiques de Philippe Vallée, et institutionnelles du maire Didier Gallot, après la remise de cadeaux au maire, de pagaies au directeur de course et juge-arbitre, après la remise du grand Trophée à l’équipe de La Méduse – vainqueur au classement général (voir ci-dessous) – ce fut au tour de Denys Rémy de prendre la parole pour clôturer cette belle cérémonie.
Il insista surtout sur le fait que l’année prochaine l’épreuve – qui démarrera sans doute le 30 mai 2019 – fêtera ses 10 ans et que donc celle-ci serait encore plus belle, avec l’espoir d’avoir encore plus de pirogues présentes. Et il rappela que pour la pérennité de l’épreuve et pour faciliter la venue des coureurs il était nécessaire qu’un partenaire majeur soutienne la Vendée Va’a aux côtés des partenaires institutionnels que sont la Région, le département, l’Agglo et la Ville des Sables d’Olonne.
Peut-être – mais ce n’est pas Denys Rémy que le dit – Télérama* pourrait-elle se porter candidate ?
Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais

(*Dans une brève récente qui se voulait plus humoristique que méchante – mais mal rédigée et s’appuyant sur des clichés complètement dépassés – , Télérama se moquait du caractère un peu bof des Vendéens montant à Paris pour la finale de la Coupe de France de Football à laquelle participaient Les Herbiers. Les élus vendéens ont très mal pris ce qu’ils considèrent comme du parisianisme mal placé).

Abonnez-vous au site Le Reporter sablais afin de pouvoir lire tous nos articles PREMIUM. Il suffit de cliquer sur le lien ci-dessous et de suivre le processus:
http://www.lereportersablais.com/compte-dadherent/niveaux-dadhesion/

Classement général final 

Classement final officiel Homme
1. CN LA MEDUSE
2. CKCL équipe 1
3. TEAM TUPUAI (TAHITI)
4. MANU’URA 13
5. C K BRESTOIS équipe 1
6. BELHARRA OLATU LAGUNAK
7. MEDOC VAA équipe 1
8. VAULX EN VELIN
9. CK BRESTOIS équipe 2
10. AVIRON BAYONNAIS
11. BREIZH POLYNESIA VA’A
12. MARSEILLE MAZARGUES CK
13. FUN VA’A MULTI CLUBS
14. CALIFORNIA GOLD (USA)
15. CKCL équipe 2
16. MEDOC VAA équipe 2
17. CKCL 4 TE AITO RU’AU
18. TEAM SP 85 VA’A CKCL 3
19. ATN (TAHITI)
20. UKIUKI – BRANCALEONE’S ARMY (ITALIE) 17:04:38

Classement final officiel de la 1ère édition de la Vendée Va’a Féminine :

1. AS PUNAAUIA VA’A (TAHITI) 03:35:09 2. MEDOC VAA 03:39:16
3. TE MAHANA CKCL 04:17:56
4. VA’A MANA CKCL 04:19:35

Le trophée Air Tahiti Nui
Ce trophée récompense la première équipe non-tahitienne, en lui offrant 9 billets d’avion, direction Tahiti pour participer à la fameuse course « Hawaïki Nui Va’a ». C’est bien sûr, l’équipe de La Méduse qui remporte ce trophée pour la 4ème année consécutive.

Le trophée des barges
Le trophée des barges récompense l’équipage qui passe en tête à la première marque de parcours. Il est établi sur le cumul des temps de chaque étape.
Ce trophée revient cette année à la Méduse (équipe homme) et As Punaauia Va’a (équipe femmes).
_____________

À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Vendée – Déjà 2 gagnants au Concours estival « Le Reporter sablais » – Participez à notre 2ème Concours

Vendée – Déjà 2 gagnants au Concours estival « Le Reporter sablais » Anne-Lise L. de Nogent-sur-Marne et Dominique R. des Sables d’Olonne sont ...