Wilfrid Montassier, président de Vendée Expansion

Vendée – Les tendances touristiques de la saison estivale 2018

Vendée – Les tendances touristiques de la saison estivale 2018





Comme tous les ans, Wilfrid Montassier, le président de Vendée Expansion présente à la même date, juste après la saison estivale, les premières tendances de la saison estivale 2018 pour le département de la Vendée.
Jamais de satisfecit exagéré, mais plutôt une présentation qui se veut sobre et complète! Le président Montassier sait trop bien que la partie est difficile, quelles que soient les actions menées par le département de la Vendée. Autour, les autres collectivités départementales ou régionales mènent, elles aussi, leurs propres actions.
Stratégie, ciblage, campagnes de promotion, diffusion dans des magazines sélectionnés (par exemple Capital ou Management pour la campagne Tourisme d’affaires) et sur le web, présentation à la presse nationale et spécialisée tourisme, salons etc.. tout est préparé, organisé, affiné afin de mettre en avant la Vendée et ses atouts, afin de maintenir l’image de la destination et développer soit une nouvelle clientèle étrangère, surtout dans les pays situés plus au nord, soit le Tourisme d’affaires en Vendée. Et aussi afin de ne pas perdre de terrain, car ne rien faire conduirait irrésistiblement à perdre des places dans le classement convoité des territoires à visiter.

Wilfrid Montassier rappelle qu’il ne s’agit pas des chiffres précis de la saison estivale car il est bien tôt pour avoir toutes ces données, mais d’un ressenti provenant des professionnels – l’expression de l’opinion de 321 professionnels du tourisme enquêtés entre le 16 et le 24 août 2018 -, d’échanges avec des acteurs institutionnels du tourisme et de divers indicateurs de fréquentation touristiques.
Cependant, il ajoute que ces enquêtes étant réalisées de la même manière d’année en année, elles ont une signification certaine en matière de tendance.

Les points à retenir pour ce 1er bilan établi à fin août 2018:
Une avant saison complexe, en demi-teinte, liée à une météo incertaine, malgré un mois de mai de très bon niveau ;
Un démarrage très tardif de la saison estivale et un mois d’août qui permet de compenser partiellement ;
Une saison estivale 2018 jugée stable ou supérieure à celle de 2017 par seulement 51% des professionnels du tourisme vendéens ;
– Un mois d’août de bonne tenue ;
Une activité touristique différente selon les secteurs d’activités et les secteurs géographiques, avec des pratiques de consommation qui évoluent ;
Un retour des touristes étrangers sur le territoire vendéen qui se confirme pour la seconde année ;
Un attrait des sites touristiques et de loisirs ainsi que des fêtes et manifestations maintenu ;
Des prévisions plus optimistes pour l’arrière-saison.

Des facteurs extérieurs:
– une conjoncture internationale plus sûre
– une conjoncture nationale marquée par des grèves à répétition, notamment de la Sncf, entre avril et juin, contribuant à diffuser l’image d’un pays avec des moyens de transports bloqués
– une Coupe du Monde de Football qui s’est prolongée jusqu’au 15 juillet 2018
– une météo très favorable durant l’été mais particulièrement médiocre en avant-saison

Le cas à part du Tour de France
Le Tour a mis en avant la Vendée, en France et à l’international (diffusion télévisées). Les retombées immédiates ont été positives pour les hôteliers et les gîtes avec les nuitées de la Caravane du Tour (organisations, coureurs, équipes d’accompagnement, médias etc…). Reste à savoir si cet engouement n’a pas eu un effet dissuasif sur certains touristes craignant un engorgement des routes, des difficultés à se loger, ou n’aimant pas la foule. Certains professionnels évoquent cette possibilité. Mais à moyen terme, il est certain que le Tour de France aura contribuer à renforcer son attractivité touristique.

LE DETAIL PAR PERIODES

Avant-saison en demi-teinte
Les prévisions d’activité collectées au mois de juin 2018, pour la période avril à juin) avaient mis en évidence un démarrage d’activité positif hésitant. La météo capricieuse conjuguée à la tendance de réservation de plus en plus tardive a, semble-t-il, été à l’origine de ce démarrage poussif de l’activité. En revanche, le mois de mai avec ses nombreux ponts, s’est révélé exceptionnel.
Dès le mois de juin 2018, Vendée Expansion faisait part des hésitations de la part des professionnels – en raison de réservations réduites – et donc d’un certain manque de visibilité. Ainsi seulement 57% – contre 73% en 2017 – des professionnels vendéens se déclaraient optimistes pour la saison à venir.
Par secteur, la répartition des chiffres montrant une certaine inquiétude étaient les suivants:
– hôtellerie de plein air: 44% stable ou en progression contre 78% en 2017
– hôtellerie: 76% contre 82% en 2017
– gîtes et meublés: 55% contre 70% en 2017.

Fréquentation d’avant-saison: celle-ci a confirmé les prévisions à la baisse. Ainsi 59 % des professionnels du tourisme vendéens – contre 70% en 2017 – ont observé une fréquentation stable ou supérieure. Le chiffre d’affaires a suivi cette même tendance avec 55% d’opinion positive en avant-saison 2018 contre 71% en 2017. Le mois de mai avec ses nombreux ponts s’est révélé exceptionnel et a permis d’opérer un rattrapage.


Eté 2018

Ce sentiment, loin d’être positif, s’est finalement confirmé lors de la saison estivale 2018: ainsi seulement 51% des professionnels – contre 66% en 2017 – du tourisme interrogés à la mi-août ont jugé que la saison estivale était stable ou supérieure à 2017. On tempérera légèrement cet écart en précisant que l’année 2017 avait été particulièrement positive.
Une météo instable en avant saison a pu avoir pour effet de différer les réservations, et la Coupe du monde de football a sans doute retenu les touristes chez eux jusqu’à la mi-juillet.
De plus, il faut noter un retour en force des destinations concurrentes (notamment le Maghreb) dans un contexte international plus sûr (réduction du terrorisme). La politique de prix devient un facteur majeur face à des destinations comme le Maghreb mais aussi de l’Espagne et du Portugal. On doit donc s’interroger sur nos propres pratiques la concurrence par les coûts se renforçant par le biais d’internet.

La clientèle française semble donc avoir boudé la destination Atlantique préférant des vacances plus lointaines. Pour la Vendéen 59% des professionnels du Tourisme interrogés observent une fréquentation estivale stable ou supérieure – contre 69% en 2017 -.
—->A l’inverse, la clientèle étrangère poursuit son retour (déjà constaté en 2017) pour cette saison estivale puisque 69% des professionnels – contre 66% en 2017 – font part d’une fréquentation étrangère stable ou supérieure. Depuis 2013, la clientèle britannique est la première clientèle étrangère fréquentant la Vendée (20 % des touristes étrangers), suivie des belges (19 %), des néerlandais (17 %) et de la clientèle allemande (16 %).
La France demeure très attractive sur des fondamentaux comme la richesse culturelle et patrimoniale ou la qualité des infrastructures. La Vendée en bénéficie et gagne aussi en séduction auprès des clientèles étrangères. La politique menée à l’international par Vendée Expansion – avec la Région – doit donc être poursuivie et développer en mettant en place un accompagnement pour aider les professionnels à encore mieux accueillir les clientèles étrangères.

—>Les comportements de consommation
La réduction de la durée des séjours et les réservations de dernière minute se confirment cette année encore (les courts-séjours sont en progresssion notamment en raison de la dérégulation du calendrier des vacances) et s’ancrent donc encore davantage dans les modes de consommation des touristes auxquels il est impératif d’adapter l’offre.
Les budgets alloués aux vacances et aux loisirs se réduisent et imposent aux vacanciers de privilégier certaines dépenses: les clients concentrent leurs dépenses sur le transport (voyageant parfois moins loin), l’hébergement et les activités phares qui créeront une véritable expérience touristique. Ils renoncent ainsi à certains choix de consommation et recherchent notamment des activités et animations gratuites, mais en conservant un niveau d’exigence élevé.
Les clients préfèrent voyager plus souvent et vers différentes destinations, les low cost regagnant l’intérêt des touristes dans un climat international qui s’apaise.
Des clients climato-attentifs: les touristes disposent de plus en plus d’outils leur permettant de réserver facilement après avoir parcouru les tarifs et promotions, et de connaître la météo à différents endroits du globe instantanément. Mais une météo trop chaude peut également être un frein au choix d’une destination particulière pour certains clients privilégiant des températures clémentes ou ne souhaitant pas faire d’activité d’extérieur par forte chaleur.

 

Chiffres d’affaires 2018

Juillet: Le démarrage de la saison – juillet/août – a été très tardif puisqu’il a fallu attendre la troisième semaine de juillet pour retrouver des indicateurs de fréquentation satisfaisants! Un effet Coupe du Monde ? : La réussite d’une nation lors d’un événement sportif semble être un frein pour le tourisme. Les clients dont l’équipe nationale fait preuve de réussite peuvent préférer rester à domicile pour regarder les matchs entre amis.
Août: le mois d’août est en revanche jugé de bon niveau par les professionnels.
En dépit d’une météo particulièrement bien orientée durant tout l’été qui permettait d’envisager une saison plus favorable, la saison a finalement été en demi-teinte avec un mois de juillet décevant corrigé par un mois d’août satisfaisant.
Après une très bonne saison 2017, au cours de laquelle 36,3 millions de nuitées touristiques ont été enregistrées (sur l’ensemble de l’année), la saison 2018 apparaît donc en demi-teinte.

Chiffre d’affaires 2018


Chiffre d’affaires
Un chiffre d’affaires estival satisfaisant pour la moitié des professionnels.
Dans l’ensemble, 50% des professionnels du tourisme – contre 62% en 2017 – déclarent un chiffre d’affaires stable ou en augmentation pour le coeur de saison. Cet indicateur est identique au ressenti exprimé pour la fréquentation touristique (51 %).
Ce constat est cependant différent selon les secteurs d’activité :
A la hausse ou stable: 69 % des hôteliers, 57 % des propriétaires de locatifs et de chambres d’hôtes et 51% des restaurateurs font état d’un chiffre d’affaires stable ou en progression par rapport à 2017 contre seulement 45 % des sites de visite, 40% des campings et 25% des villages vacances et résidences de tourisme.

Les comptages routiers
Sur la période estivale 1er juillet au 24 août 2018, les comptages révèlent une augmentation de 0,7 % (contre + 0,4% en 2017). La distinction juillet / août confirme la perception d’un mois de juillet moyen ( avec + 0,2 %) et d’un mois d’août bien meilleur (avec des déplacements routiers en hausse de 1,3 %).

Plate-forme de réservations en ligne Open Systeme de Vendée Tourisme
Cette plate-forme montre un net retrait de l’activité sur le mois de juillet et une stabilité en août.

Cliquez sur le tableau pour agrandir






Évolutions des résultats depuis 2012
Des résultats en baisse après une année 2017 favorable
Après une saison 2017 de très bon niveau durant laquelle 36,3 millions de nuitées touristiques ont été comptabilisées, le bilan de saison 2018 affiche un ressenti à la baisse de la part des professionnels. 51 % d’entre eux observent une activité estivale égale ou supérieure à celle de l’année dernière. L’indice de perception de l’état de la saison estivale est inférieur à celui des 5 dernières années mais meilleur qu’en 2012. A noter également que l’indice de perception 2018 indique que la part des professionnels observant une stabilité baisse de 12 points par rapport l’an passé (36 % en 2018 contre 48 % en 2017) pour une part relative d’établissements à la hausse en baisse de 3 points (15 % en 2018 contre 18 % en 2017).
Face à ces résultats, la saison estivale 2018 apparaît donc moins satisfaisante que celle de 2017 qui fut très positive.

 

PAR SECTEURS ET FILIERES

Les réalités sont différentes selon les secteurs, les filières touristiques et les clientèles (françaises et étrangères), et invitent donc à une perception plus contrastée. Les évolutions des pratiques touristiques sont à l’origine des évolutions de ces tendances.

D’autre part, la perception par les professionnels du tourisme n’est pas identique en tout point du territoire. Ainsi, plus le littoral est proche, plus la perception d’une saison estivale moyenne s’impose. L’intérêt pour le tourisme intérieur se confirme donc.


Si pour l’ensemble de la Vendée, 51 % des professionnels déclarent une fréquentation estivale stable ou supérieure à 51% – contre 66% en 2017 -, les taux sont de:
– 72% pour les professionnels situés sur le Pays Yonnais confirment la tendance de 2017 (71% en 2017).
– 57% d’opinions positives pour la zone Vendée Vallée, comprenant le Puy du Fou (contre 64 % en 2017)
– 52% d’opinions positives pour le Sud Vendée (contre 65 % en 2017)
– 50% pour le rétro-littoral (contre 66 % en 2017)
et enfin le littoral à 46% seulement (contre 67% en 2017).

Hôtellerie de Plein Air (Camping): les gestionnaires de camping apparaissent moins satisfaits que ceux de l’hôtellerie classique.
Hôtellerie:  Le secteur de l’hôtellerie affiche un optimisme plus marqué à la suite de la saison écoulée que le secteur des campings.
Restauration: Etonnamment, les professionnels de la restauration sont à la peine puisque seuls 51% d’entre eux mentionnent une saison stable ou supérieure à la précédente alors qu’ils étaient 78% à partager cette opinion en 2017.

Evénements: Les manifestations, fêtes et festivals – toujours très dépendants de la météo – ont de leur côté su à nouveau attirer des spectateurs. Tous les professionnels du secteur partagent la même conviction sur les tendances lourdes que connaissent les pratiques de consommation touristique : la progression des réservations de dernière minute avec un touriste en attente du meilleur «spot météo» et du ratio optimal coût/prestation pour des raisons de contrainte budgétaire.


Hôtellerie de plein air (167.609 lits touristiques)
Une saison 2018 en demi-teinte malgré une météo excellente.
Les hôteliers de plein air sont 41 % – contre 66% en 2017 – à se dire satisfaits de la saison estivale. Cette perception négative est d’autant plus marquée pour les établissements économiques et haut de gamme qui sont respectivement 38% et 29% à constater une saison stable ou supérieure. Les campings 3 étoiles ont en revanche été un peu plus épargnés avec une perception positive à 54%.
Si la clientèle française semble avoir été moins nombreuse cette saison, le retour de la clientèle étrangère a été constaté dans 64% des campings, particulièrement des Néerlandais et des Belges. Dans l’ensemble des établissements, l’arrivée des touristes s’est faite attendre plus longtemps que les années précédentes.

 

Hôtellerie (13.712 lits touristiques)
Une activité estivale favorable.
Hôtellerie hors restauration: 62% des hôteliers vendéens – contre 50% en 2017 – font part d’une saison estivale 2018 stable ou en amélioration. L’activité saisonnière de cette année a donc été jugée plus favorable que celle de 2017 pour une majorité d’exploitants. L’indice de perception est plus positif dans les hôtels 3 étoiles que dans les hôtels 1 et 2 étoiles. Il est à noter qu’il est de 100% pour les établissements 4 et 5 étoiles.
La clientèle française ne semble pas avoir boudé les hôtels de Vendée et comme pour l’Hôtellerie de Plein Air, les étrangers étaient présents, en particulier les Allemands, les Belges et les Néerlandais.
Concernant les pratiques des clients, les hôteliers vendéens observent également une progression importante des réservations de dernière minute (en fonction de la météo) et un effet «Coupe du Monde» qui a retenu les clients chez eux sur une bonne partie du mois de juillet. Enfin, on notera que l’hôtellerie est plus ouverte que d’autres secteurs à la réservation à la nuitée (contre la formule à la semaine pour d’autres acteurs) favorisant ainsi les courts séjours (2 ou 3 nuits).

Locations de vacances (gîtes et meublés) et chambres d’hôtes
Une activité saisonnière moins intense qu’en 2017.
Les propriétaires de locations de vacances et de chambres d’hôtes sont 60 % à dresser un bilan de fréquentation stable ou supérieur par rapport aux 63% de 2017.
Il faut différencier ce taux selon le type d’hébergements:
– ainsi, le constat est en nette baisse pour les propriétaires de locations de vacances (gîtes et meublés) à 60% en 2018 contre 78% en 2017.
– ça l’est également mais dans de moindres mesures pour les propriétaires de chambres d’hôtes à 60% contre 63% en 2017.
La saison s’est cependant avérée meilleure que ce que ces mêmes propriétaires attendaient lors de l’enquête réalisée au moins de juin (ils étaient 55% à afficher une opinion positive en vue de la saison). Les propriétaires interrogés expriment ici aussi un mois de juillet à l’activité tardive suivi d’un mois d’août meilleur.

Villages de vacances et résidences
Une saison satisfaisante pour la majorité.
Ils sont 57% à juger la saison 2018 satisfaisante (stable ou en progression). Pour la majorité d’entre eux, la clientèle française semble avoir fréquenté leurs établissements de façon stable par rapport à la saison 2017 tandis que la clientèle étrangère est également stable pour la majorité voire en légère progression pour 11% d’entre eux. Les Britanniques, Néerlandais et Allemands sont les clients étrangers fréquentant les villages de vacances et résidences de tourisme dont la fréquentation a été ressentie comme la plus en progression.
Ce chiffre est à comparer aux 100% qui avaient été obtenus en 2017 (donc par rapport à la saison 2016) montrant ainsi que 2017 fut une année exceptionnelle.

Sites touristiques
Une activité pénalisée par la canicule et les dépenses réduites.
47 % des sites touristiques et des activités de loisirs observent une saison stable ou en augmentation par rapport à l’année précédente contre 52 % en 2017. Les températures élevées de la période estivale ont incité les visiteurs à favoriser les activités couvertes au détriment de celles en plein air: la perception de stabilité ou progression est de 50% pour les activités couvertes (contre 47% en 2017) et de 45% pour les sites de plein-air contre 54% en 2017).
Par ailleurs, les professionnels notent que les touristes ont limité leurs dépenses et préféré les activités gratuites pour ne pas grever leur pouvoir d’achat. La fréquentation de la clientèle étrangère est également en progression pour ces activités (77% des répondants indiquent une présence stable ou en hausse des clients étrangers).

 

Festivals et événements
Les manifestations et événements maintiennent leur succès.
Les festivals et les événements qui se sont déroulés au cours de la saison 2018 ont de nouveau conquis le coeur des touristes estivaux. Le festival de Poupet bat cette année son record et a accueilli plus de 71 000 festivaliers pour sa 32ème édition, dont 13 000 au cours de sa soirée événement «Poupet déraille». Les festivals d’Arundel et D32 On the Road ont enregistré respectivement plus de 5 000 et 6000 spectateurs. Les fêtes et festivals continuent de rencontrer un succès certain auprès des locaux et des touristes.

La restauration
Une clientèle qui limite sa consommation.
Les restaurateurs vendéens constatent, pour 49% d’entre eux, une baisse de fréquentation de leurs établissements cet été par rapport à la saison 2017 qui avait été une année particulièrement positive pour la profession avec une baisse pour seulement 22% d’entre eux.
51% des restaurateurs font donc part d’une activité stable ou supérieure au cours de la saison 2018, un chiffre très en retrait par rapport aux 78% de 2017. Certains facteurs explicatifs peuvent être avancés et notamment la concentration du budget des touristes sur l’hébergement et les activités, mais également la chaleur importante qui a ralenti la consommation au restaurant le midi. Ici aussi, les exploitants constatent une clientèle étrangère en progression par rapport à 2017.


La distribution
Une saison 2018 difficile.
Les professionnels de la distribution (grandes et moyennes surfaces) font état d’une activité estivale stable pour 50 % d’entre eux et en baisse pour l’autre moitié. Aucun (0%) ne prévoit de hausse en 2018. En 2017, 25% prévoyaient une stabilité et 25% une hausse.
Ce constat trouve ses sources, selon les établissements commerciaux, dans la réduction du pouvoir d’achat des ménages et la fréquentation tardive des clients. Ils témoignent eux aussi d’un retour de la clientèle étrangère qui a fréquenté le département de manière plus importante qu’au cours de la saison précédente.

Les perspectives de l’après-saison 2018
Des professionnels du tourisme dans l’attente d’une meilleure après-saison
L’indice de perception de l’activité à venir est inférieur de 9 points à celui de 2017 à la même période : 60 % des professionnels du tourisme – contre 69% en 2017 – estiment que l’arrière saison sera stable ou supérieure. Les professionnels du tourisme vendéens sont néanmoins optimistes pour cette période. Les plannings de réservation pour l’arrière saison sont relativement favorables pour les professionnels de l’hébergement avec 63 % d’entre eux pour lesquels les plannings sont stables ou supérieurs par rapport à la même période en 2017. En détail, les prévisions sont positives pour 63 % des exploitants de l’hôtellerie de plein air, 72 % des hôteliers, 65 % des sites de visite et de loisirs et 57 % des restaurants. Les propriétaires de gîtes, meublés et chambres d’hôtes affichent en revanche des prévisions moins favorables avec respectivement 54 et 47 % d’opinion positive.
Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais

 

(Sources: Vendée Expansion et Agence Régionale des Pays de la Loire)

 

À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Bruno Aveillan signe un Court-Métrage publicitaire spectaculaire sur Le Puy du Fou

Bruno Aveillan signe un Court-Métrage publicitaire spectaculaire sur Le Puy du Fou   Connu dans le monde entier pour des œuvres exceptionnelles ...