Bruno Le Maire à vélo en Vendée - Visite de la société Arcade Cycles

Vendée La Roche-sur-Yon – Rencontre vélocipédique avec le ministre de l’Economie Bruno Le Maire

Vendée La Roche-sur-Yon – Rencontre vélocipédique avec le ministre de l’Economie Bruno Le Maire




Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, était en déplacement aujourd’hui à La Roche-sur-Yon pour présenter aux acteurs économiques de la région son Projet de loi PACTE, actuellement débattu à l’Assemblée nationale.

Il en a profité pour visiter une entreprise performante de Vendée, la société Arcade Cycles, créée en 1995, fabricante de vélos qui emploie une centaine de personnes. Cette société est l’un « des acteurs mondiaux de référence pour la conception et la fourniture de flottes de vélos classiques et électriques destinés à la location longue durée ou au vélo-partage dans les villes. » A ce jour, elle a livré des vélos dans 166 villes et 27 pays dont Paris, Bordeaux, Nice ou Abu Dhabi, Marrakech, Mexico, Miami… Elle a été sélectionnée à la fin de l’année 2017 pour la version électrique du nouveau Vélib’ parisien (7000 vélos livrés en 4 mois).
Grâce, notamment à l’essor du Vélo à Assistance Electrique (VAE), le chiffre d’affaires a été multiplié par trois depuis 2009 et s’établit pour le dernier exercice à 28 millions d’€. L’entreprise est dirigée par François Lucas.
Le ministre de l’Economie et des Finances a donc visité cette entreprise et en a profité pour tester ses vélos électriques.

Etaient présents de nombreux parlementaires, Stéphane Buchou, Patricia Gallerneau, Philippe Latombe, et Annick Billon, ainsi que le maire de La Roche-sur-Yon, Luc Bouard, et le président du département, Yves Auvinet.
De nombreux médias nationaux, TF1/LCI, France 3, France Inter etc.., et régionaux s’étaient déplacés pour l’occasion.

Bruno Le Maire a échangé avec des chefs d’entreprises vendéens aux parcours les plus divers, dirigeants de PME, créateurs récents d’entreprise, auto-entrepreneurs, femmes chefs d’entreprise etc…
Au menu, de nombreuses problématiques qui se posent à ces derniers: la responsabilité environnementale, l’arrêt des contrats aidés, le rôle des entreprises en matière sociale et environnementale, la composition des conseils d’administration des entreprises, la revalorisation du rôle des entreprises, la place de l’Etat, les quotas de représentation féminine, les doubles cotisations aux chambres d’artisans et chambres de commerce, la cherté des charges en cas de souhait de participation aux résultats pour les salariés, l’amélioration du pouvoir d’achat, le souhait d’allégements de charges en cas de développement rapide d’une entreprise, le report de certains allégements pour maintenir le déficit de l’Etat sous les 3% européen, la difficulté de recruter de la main d’oeuvre « manuel », la lenteur administrative, une digitalisation et une dématérialisation insuffisantes, l’impossibilité de créer une entreprise pour les moins de 18 ans etc..

Bruno Le Maire a répondu à chacun des chefs d’entreprises sur la problématique abordée. Il a tenu aussi à rappeler que l’administration devait être au service des Français et non l’inverse, et que l’Etat n’était pas là pour imposer des restrictions mais seulement contrôler ce qui devait l’être.
Puis il s’est entretenu avec le président de la Chambre de Commerce et d’industrie CCI.

Il a poursuivi avec une séance de questions-réponses devant les étudiants de Gestion des Entreprises et des Administrations (GEA) de l’IUT de La Roche-sur-Yon après être intervenu sur les politiques économiques, de formation, d’apprentissage et de qualification.


Durant ce déplacement, il a indiqué qu’il souhaitait transformer en profondeur le modèle économique de la France. A ce jour, ce modèle repose sur la dépense publique en priorité, financée par les contribuables à travers les impôts. Il a précisé qu’il ne croyait pas à ce modèle là, qui ne marchait pas, et qui avait conduit depuis 30 ans à un taux de chômage de 9 à 10%. Des jeunes qui ne trouvent pas d’emploi, de mauvaises formations, des qualifications inadaptées ont mené à un appauvrissement du pays dont tous les Français souffrent aujourd’hui, a ajouté Bruno Le Maire.
Il souhaite que « l’on construise dans les années qui viennent un autre modèle économique qui repose sur la création d’une prospérité par les entreprises à laquelle seront associés les salariés car le travail doit payer et cela doit être une ligne de force de ce projet. »
« Cela nous permettra de réduire la dépense publique, donc la dette et les impôts, et en concentrant les aides publiques sur ceux qui sont les plus fragiles et les plus en difficulté » a-t-il ajouté. « C’est cela que nous voulons construire, ce sera difficile car ce seront de vrais changements de politique » a poursuivi Bruno Le Maire.
Le ministre a poursuivi en ces termes: « L’objectif étant de créer des emplois marchands. Le projet de loi que je défends à l’Assemblée nationale est une étape décisive dans la transformation du modèle économique français. Il vise à simplifier la vie des PME, TPE (…), le vie des entrepreneurs sur les financements, les seuils etc.. tout ce qui fait leur vie quotidienne, et je reste disponible pour améliorer le texte tant qu’il n’est pas voté. En même temps, l’objectif est de mieux rémunérer les salariés en supprimant le forfait social à 20%, en développant l’intéressement et la participation. Je pense que c’est profondément vertueux. »
« En augmentant massivement les salaires, vous ne serez plus compétitifs, vous perdrez des parts de marché et cela créera du chômage; en revanche, le salarié peut avoir un salaire net plus important en réduisant les cotisations grâce à la réduction des dépenses publiques. Dès le 1er octobre prochain, les Français verront leur salaire net augmenter. En même temps, si l’entreprise tourne bien, avec des commandes, et une bonne profitabilité, alors (il faut expliquer au salarié) qu’il pourra en profiter avec un accord d’intéressement; ça, je pense que c’est très vertueux. »
Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais




À propos Le Reporter sablais

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Gilets jaunes – Un appel au calme et à la responsabilité lancé par Bruno Retailleau

Gilets jaunes – Un appel au calme et à la responsabilité lancé par Bruno Retailleau     À quelques heures d’une nouvelle ...