Pompiers

Vendée – Incident dans un lycée lors d’un exercice en biologie

 

 





Incident dans un lycée lors d’un exercice de biologie
Peu avant 14h00 cet après-midi, un incendie s’est produit au Lycée Sainte-Marie à Chantonnay dans une salle de classe de seconde au cours d’un exercice de biologie.
4 personnes ont été blessées, le professeur et 3 élèves. Ces 4 blessés ont été pris en charge par les services de secours et transportés vers les centres hospitaliers. Parmi eux, une élève de 15 ans a été brûlée au visage et transportée en hélicoptère au CHU de Nantes. Un deuxième élève a également été transporté vers le centre hospitalier de Nantes.

Le professeur et un des élèves, légèrement blessés, ont été transportés au centre hospitalier départemental à la Roche-sur-Yon.  

Une cellule d’écoute à destination des élèves, des adultes et des parents, a été activée au sein du lycée par la direction des services départementaux de l’éducation nationale et la direction diocésaine de l’enseignement catholique. Elle restera activée les jours à venir en fonction des besoins.  

Les élèves présents dans la classe, au nombre de 15 au moment de l’incident, ont été pris en charge par le dispositif d’écoute mis en place par la direction départementale de l’enseignement diocésain et par la direction des services départementaux de l’éducation nationale.
Une quarantaine de sapeurs-pompiers étaient engagés et la sous-préfète, directrice de cabinet, était aussi sur place.

Philippe Brossard-Lotz

Le Reporter sablais

(avec communication)





À propos Le Reporter sablais

Un commentaire

  1. Bonjour,
    Je lis cette information avec beaucoup d’intérêt et une grande colère. Mon fils a été brûlé le 1er juin 2017 dans les mêmes circonstances. Nous avons interpellé l’inspection, le ministère. Rien n’a été fait. Il y a eu d’autres victimes ces dernières années (en mai 2017 par exemple). Il y en aura d’autres si on n’interdit pas l’éthanol en milieu scolaire. Beaucoup de monde en a pris conscience. Pas encore tout le monde visiblement. Mon fils, comme cette malheureuse lycéenne, gardera des séquelles à vie parce que ceux qui doivent décider ne prennent pas leurs responsabilités. Le principe de précaution ne doit-il pas s’appliquer ? Nous sommes révoltés, mais prêts à apporter notre témoignage si vous le jugez utile. Et ce, pour éclairer et éviter d’autres victimes.
    Merci pour votre attention.
    M Ternois

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Vendée – Parution du n°2 « Le Reporter sablais »

Le Reporter sablais en numérique Le Reporter sablais est passé en numérique et est disponible sur la plate-forme Issuu, la plus grande ...