Noyades – Des premiers chiffres assez terrifiants pour le début de saison estivale 2018

Noyades – Des premiers chiffres assez terrifiants pour le début de saison estivale 2018




Santé publique France (ex-Institut de Veille sanitaire) a publié les deux premiers résultats de son Enquête NOYADES pour la saison 2018. La dernière enquête s’était déroulée en 2015, ce qui permet une comparaison à trois années d’écart.
Cette enquête recense toutes les noyades ou quasi-noyades suivies d’une prise en charge hospitalière (passage aux services d’urgence ou hospitalisation) ou d’un décès et concerne toutes les noyades survenues entre le 1er juin et le 30 septembre 2018 en France (territoire métropolitain et outre-mer).
Des enquêtes parcellaires ont été lancées depuis 2001, et renouvelées en 2003, 2004, 2006, 2009, 2012 et 2015. Depuis 2002 le recueil des noyades estivales a été généralisé. Ont été sollicités les Services départementaux d’incendie et de secours (Sdis), la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris, le Bataillon des Marins Pompiers de Marseille, les Services Interministériels de Défense et de Protection Civile, les Services d’accueil aux urgences généraux et pédiatriques ainsi que les Services de réanimation pédiatrique des hôpitaux et cliniques, les SAMU-SMUR, la Société Nationale de Sauvetage en Mer, les Centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (CROSS) et d’autres organismes.
Trois types de noyades sont pris en compte: les noyades ; les quasi-noyades ayant nécessité une prise en charge hospitalière ; les décès par noyade.
La noyade entraîne environ 140.000 décès chaque année dans le monde. En France, on constate 3 à 500 décès par an.

Premières statistiques (connues le 12 juillet 2018): Entre le 1er juin et le 5 juillet 2018, on a pu observer un nombre de noyades nettement supérieur à la même période de 2015, soit 552 noyades contre 332.
Paradoxalement, ces noyades ont été suivies par moins de décès: 121 (soit 22%) contre 147.

Répartition:
– 257 noyades accidentelles dont 50 décès (soit 19%).
– 34 noyades intentionnelles (suicide ou tentative de suicide, agression) dont 16 décès (soit 47%).
– 261 noyades d’origine indéterminée (ou en cours d’investigation) dont 55 décès (soit 21%).

Lieux concernant les noyades accidentelles
Sur les 257 noyades accidentelles, les lieux sont les suivants:
– 103 ont eu lieu en mer (soit 40%) dont 8 au-delà des 300 mètres et 95 en-deçà des 300 mètres.
– 70 en piscine tous types (soit 27%): dont 52 en piscine privée familiale (74%), 8 en piscine privée collective, 10 en piscine publique ou privée payante.
– 36 en cours d’eau (soit 14%): fleuve, rivière, canal…
– 23 en plan d’eau (soit 9%): étang, lac, mare…
– 13 en un lieu non spécifié
– 12 en autres lieux (bassins, baignoires…) (soit 5%).

Noyades 2018: lieux (du 1er juin au 5 juillet 2018)

Âge:
– 43 des 70 noyades en piscine (soit 83%) concernaient des enfants de moins de 6 ans. Trois décès ont été dénombrés parmi ces 43 cas.
– sur 95 noyades en mer à moins de 300 mètres du rivage:
* 25 cas (soit 26%) concernaient des personnes de 65 ans et plus;
* 31 cas (soit 33%) concernaient la tranche des 6 à 25 ans.
– 16 des 36 noyades en cours d’eau (soit 44%) concernaient des personnes de 25 à 44 ans.

Devenir des victimes de noyade accidentelle selon l’âge

Parmi les 257 noyades accidentelles, 50 (soit 19 %) ont été suivies d’un décès. La proportion de noyades accidentelles suivie d’un décès augmente avec l’âge : elle est de 9 % chez les moins de 6 ans contre 37 % chez les 65 ans et plus.

Noyades 2018 – Devenir selon l’âge (du 1er juin au 5 juillet 2018)

Parmi les 50 noyades accidentelles suivies d’un décès, la répartition par lieu est la suivante:
– 18 soit 36% en mer
– 16 soit 32% en cours d’eau
– 6 soit 12% en plan d’eau
– 5 soit 10% en piscine privée
– 4 soit 8% en autres lieux
– 1 soit 2% dans un lieu indéterminé.

 

Deuxièmes statistiques
Entre le 1er juin et le 26 juillet 2018
(ils englobent donc notre 1ère série de chiffres)
*****
RAPPEL des Premiers chiffres (connus le 12 juillet 2018):
Entre le 1er juin et le 5 juillet 2018, on a pu observer un nombre de noyades nettement supérieur à la même période de 2015, soit 552 noyades contre 332.
Paradoxalement, ces noyades ont été suivies par moins de décès: 121 (soit 22%) contre 147.
*****

Deuxièmes chiffres (connus le 1er août 2018): Entre le 1er juin et le 26 juillet 2018, on a pu observer un nombre de noyades important égal à 1139. Ces noyades ont été suivies de 251 décès (soit 22%).


Répartition:
– 568 noyades accidentelles dont 126 décès (soit 22%).
– 64 noyades intentionnelles (suicide ou tentative de suicide, agression) dont 31 décès (soit 48%).
– 507 noyades d’origine indéterminée (ou en cours d’investigation) dont 94 décès (soit 19%).


Lieux concernant les noyades accidentelles

Sur les 568 noyades accidentelles, les lieux sont les suivants:
– 209 ont eu lieu en mer (soit 37%) dont 18 au-delà des 300 mètres et 191 en-deçà des 300 mètres.
– 164 en piscine tous types (soit 29%): dont 103 en piscine privée familiale (74%), 29 en piscine privée collective, 32 en piscine publique ou privée payante.
– 77 en cours d’eau (soit 13%): fleuve, rivière, canal…
– 75 en plan d’eau (soit 13%): étang, lac, mare…
– 21 en un lieu non spécifié
– 22 en autres lieux (bassins, baignoires…) (soit 4%).

 

Noyades 2018 – Lieux (1er juin au 26 juillet 2018)

 

Âge:
– 79 des 164 noyades en piscine (soit 77%) concernaient des enfants de moins de 6 ans. Neuf décès ont été dénombrés parmi ces 79 cas.
– sur 191 noyades en mer à moins de 300 mètres du rivage:
* 71 cas (soit 37%) concernaient des personnes de 65 ans et plus;
* 34 cas (soit 18%) concernaient la tranche des 45 à 64 ans.
– 22 des 77 noyades en cours d’eau (soit 29%) concernaient des personnes de 25 à 44 ans.


Devenir des victimes de noyade accidentelle selon l’âge

Parmi les 568 noyades accidentelles, 126 (soit 22 %) ont été suivies d’un décès. La proportion de noyades accidentelles suivie d’un décès augmente avec l’âge : elle est de 8 % chez les moins de 6 ans contre 35 % chez les 65 ans et plus.

Noyades 2018 – Devenir des victimes (1er juin au 26 juillet 2018)
Parmi les 126 noyades accidentelles suivies d’un décès, la répartition par lieu est la suivante (1er juin au 26 juillet 2018):
– 42 soit 33% en mer (dont 34 décès de personnes âgées de 65 ans et plus; dont 38 sur 42 à moins de 300 mètres).
– 32 soit 25% en cours d’eau
– 26 soit 21% en plan d’eau
– 17 soit 14% en piscine privée (dont 9 décès d’enfants de moins de 6 ans en piscine privée familiale).
– 6 soit 5% en autres lieux
– 3 soit 2% dans un lieu indéterminé.

En 2015, 1266 noyades accidentelles avaient été recensées au cours de l’été, dont 436 décès, la répartition étant:
– 50 % des cas en mer;
– 24 % des cas en piscine;
– 22 % des cas en cours d’eau ou plan d’eau;
– 3 % des cas en d’autres lieux.

 

Baromètre Santé 2016:
Selon ce Baromètre santé pour 2016, près d’un Français sur six déclare ne pas savoir nager:
– 5 % parmi les jeunes répondants de 15-24 ans
– mais plus de 35 % chez les 65-75 ans.
Ce sont surtout les tranches d’âge élevé qui sont touchées par les noyades.

Afin de diminuer les risques liés à la baignade, il est conseillé d’équiper les enfants de brassards (marquage CE et norme NF 13138-1) et de leur apprendre à nager le plus tôt possible : dès 4-5 ans, selon les capacités de l’enfant, et à partir de 6 ans pour tous.
La surveillance est par ailleurs indispensable: en moins de trois minutes, un enfant peut se noyer sans bruit dans 20 centimètres d’eau!

Des représentants de syndicats de Maître-Nageurs sauveteurs estiment que les gens ne savent pas suffisamment nager. En cause, à leurs yeux, le manque d’équipements (ou la fermeture de piscines) ou l’inacessibilité de ceux-ci en raison des distances.
Parmi leurs doléances, des plans d’urgence pour l’apprentissage de la natation et pour la formation de MNS en nombre insuffisant; il en manquerait 5000 ! ce qui contribuerait à augmenter les drames que sont ces noyades.

Inauguration CFI Vendée mai 2017 – © Photo DR – Charles Marion

 

LOCAL – Inauguration du CFI Vendée le 20 mai 2017 à Olonne-sur-Mer

Le Centre de Formation et d’Intervention (CFI) de Vendée fait partie des 32 CFI répartis sur le territoire Français. Il repose sur 130 bénévoles qui répondent aux demandes croissantes de l’activité nautique.
Le CFI Vendée est un acteur fort de la vie associative et maritime vendéenne dont les trois missions principales sont:
– Formation: Tous les ans, le CFI de Vendée forme une vingtaine de nageurs-sauveteurs, avec une trentaine de sorties dans toutes les situations. A l’issue de 400 heures d’apprentissage, les jeunes recrues sont aptes à surveiller les plages du littoral français. Outre la formation de ses sauveteurs, le CFI réalise des initiations et formations de secourisme (PSC1, PSE1 et 2) destinées au plus grand nombre.
– Prévention et sensibilisation: La prévention est une valeur importante au sein de la SNSM. Les bénévoles du CFI vont à la rencontre du public et plus particulièrement des générations futures. Des interventions dans les écoles de la région Vendéenne sont organisées plusieurs fois par an, afin d’échanger avec les enfants sur les différents dangers de la mer (courants, vents, marées…) et les sensibiliser aux bonnes pratiques de la mer et des sports nautiques.
– Intervention: Durant la période estivale, une soixantaine de sauveteurs du centre sont mis à la disposition des mairies, afin d’assurer la surveillance de leurs plages. Tout au long de l’année, les bénévoles du CFI sécurisent différents évènements nautiques et terrestres en Vendée (Vendée Globe, Golden Globe Race, Triathlons…). 


La noyade – Définition et données:

Il s’agit d’une asphyxie due à l’inondation des voies respiratoires qui peut conduire au décès. Les noyades sont:
– sèches: spasme des cordes vocales entraînant la fermeture réflexe des voies aériennes, à la sortie du bain.
– humides: inhalation d’une quantité importante d’eau empêchant la respiration et provoquant un collapsus du système circulatoire.
– ou dues à une hydrocution: arrêt cardiaque, parfois en raison d’une différence importante entre le corps resté au soleil et la température de l’eau (une entrée subite dans l’eau favorise donc ce phénomène).

Une personne en cours de noyade peut présenter différents états de conscience ou de vigilance: consciente, perte de vigilance, sifflements respiratoires, détresse respiratoire, cyanose, convulsions, coma.
Premiers secours: appeler les services de secours, allonger le noyé et le couvrir afin de lutter contre l’hypothermie (éventuellement enlever les vêtements froids et mouillés). S’il respire, le mettre en position latérale de sécurité (PLS), sinon, utiliser un défibrillateur ou, à défaut, tenter une réanimation cardio-pulmonaire. Dans tous les cas, il est nécessaire de réduire la durée d’absence d’oxygénation pouvant entraîner des lésions pulmonaires et/ou cérébrales.
La noyade par l’eau de mer entraîne un oedème pulmonaire et une chute de la tension artérielle. La noyade en eau douce est réputée plus dangereuse pour le maintien en vie du noyé car elle entraîne une fibrillation cardiaque.

Dans son enquête, Santé publique France définit les 4 stades de la noyade:
– Stade 1 = aquastress : pas d’inhalation liquidienne, angoisse, hyperventilation, tachycardie, tremblements.
– Stade 2 = petite noyade : encombrement liquidien broncho-pulmonaire, cyanose des extrémités, hypothermie.
– Stade 3 = grande noyade : obnubilation ou coma, état de détresse respiratoire aiguë.
– Stade 4 = anoxie : arrêt cardio-respiratoire en cours d’installation ou avéré et coma aréactif.

Répartition par Région au 26 juillet 2018

Noyades 2018 – Par Régions

Des chiffres qui ne s’améliorent pas (chiffres au 26 juillet de l’année considérée)
2006: 711 noyades et 298 décès (au 26 juillet)
2009: 575 noyades et 249 décès (au 26 juillet)
2012: 521 noyades et 264 décès (au 26 juillet)
2015: 661 noyades et 253 décès (au 26 juillet)
2018: 1139 noyades et 251 décès (au 26 juillet)
(Sur l’année entière, il y a 4 à 500 décès par noyade en France, à comparer aux 3500 décès dus à la circulation routière).

Si le nombre de décès reste assez stable, par contre le nombre de noyades augmente fortement à la date du 26 juillet 2018. Ces chiffres sont certes non définitifs – une comparaison au 30 septembre devra être effectuée – mais ils montrent toutefois que depuis au moins 2006, il n’y a pas d’amélioration des statistiques des noyades en France. Reste à savoir quelles en sont les raisons ? Apprentissage insuffisant de la natation, non prise en compte des dangers par les baigneurs, mauvaise surveillance des enfants, absorption de boissons alcoolisées, âge avancé..etc… Il y a en tout cas une statistique étonnante, c’est que près de 20% des Français ne savent pas nager !

Ces premières statistiques sont assez terrifiantes (passage de 661 noyades en 2015 à 1139 en 2018 à la date du 26 de l’année considérée) car ce n’est pas le seul chiffre des décès qui doit être pris en compte; derrière la plupart des noyades sont constatées des lésions irréversibles pour ceux qui sont restés en vie.

Tous les conseils pratiques dans ce document PDF: http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1533.pdf

Prochainement, ici, la troisième série de statistiques intégrant une nouvelle période après le 26 juillet et août 2018.

Note: Vous souhaitez faire un « don » au Reporter sablais à partir de 2€, CLIQUEZ ICI – Merci
Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais
(Sources: Santé publique France – 2018)

 




À propos Le Reporter sablais

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Vendée Les Sables d’Olonne – Combien gagnera le prochain Maire des Sables d’Olonne ? Enquête.

Vendée Les Sables d’Olonne – Combien gagnera le prochain Maire des Sables d’Olonne ? Enquête. Booking.com   Le 2 janvier 2019, la ...