Camping des Roses, Les Sables d'Olonne

Lotissement des Roses – Les premières maisons sont sorties de terre!

Les Sables d’Olonne – Après un long parcours et de nombreuses contestations provenant des anciens utilisateurs du Camping des Roses, puis un vote sans opposition lors d’un des Conseils municipaux, le Lotissement des Roses a pris son envol et les premières maisons viennent de sortir de terre.  « Ce sera à mettre au crédit de ce mandat », avait alors déclaré le maire Didier Gallot, qui attend beaucoup de ce projet pour maintenir les jeunes et les jeunes familles sur la commune, et créer ainsi un mélange intergénérationnel. Le lotissement prendra la place du Camping des Roses dont la délégation de service public (DSP) d’une durée de 20 ans au profit de la société Chadotel s’est achevée le 31 décembre 2015 et que La Ville, propriétaire du terrain depuis 1875, avait décidé de ne pas reconduire.

Le dossier immobilier sur la Commune des Sables d’Olonne est un dossier lourd, qui fut générateur de nombreux conflits – notamment lors des dernières élections municipales – et qui servit d’arguments à des personnes contestant de façon virulente les mandats précédents en matière d’urbanisme. « Aucune vision à long terme » s’emporte un élu actuel à propos des anciennes mandatures lorsque le sujet des projets immobiliers ou l’agencement en matière d’urbanisme viennent sur la table.
C’est que pendant des décennies, en raison de l’absence de réserve foncière sur Les Sables d’Olonne et la volonté de développer la population, le choix de construire des immeubles de grandes tailles avait été fait au risque de massacrer le littoral et de faire disparaître une partie du patrimoine sablais composées de belles villas à l’architecture balnéaire. Les capacités en hébergements ont, certes, été augmentées mais le projet fut un échec total puisqu’il n’a pas permis aux Sablais de se loger en raison des coûts importants, et d’une aversion – semble-t-il – des jeunes Sablais à se loger dans des immeubles. Les appartements construits ont donc été utilisés, la plupart du temps, par des personnes aisées et pour une seule utilisation estivale. Un résultat, donc, très loin des objectifs.

Cliquez sur les photos pour agrandir
(Note: la toile noire sert de protection ponctuelle, l’apparence définitive n’aura pas cette couleur).

Didier Gallot décida donc de lancer ce projet de promotion immobilière sur un terrain habitant à la Ville, le seul d’une emprise importante (3,7 hectares), afin de permettre à des primo accédants de se loger sur Les Sables d’Olonne même, au lieu d’être obligés de migrer en rétro-littoral. Un projet visant à permettre une accession à la propriété à moindre coût pour – de préférence – des habitants des Sables d’Olonne dont les revenus restent modérés et, surtout, qui s’installeraient avec leurs jeunes enfants. Objectif clairement exprimé : rajeunir la population sablaise !
Le mardi 3 novembre 2015, parmi l’ordre du jour du Conseil municipal des Sables d’Olonne figurait une délibération concernant cette vente à des primo-accédants de parcelles de l’emprise foncière de l’ancien Camping des Roses. Malgré quelques points de divergences, sur le processus et d’éventuels risques juridiques, l’opposition de droite s’est simplement abstenue. L’opposition de droite avait cependant demandé le retrait de la délibération estimant que les propriétés relevant du domaine public étaient inaliénables et qu’en cas de vente pour des raisons d’intérêt général elles devaient préalablement faire l’objet d’une désaffection et d’un déclassement ; que des contreparties devaient alors être exigées ; que la vente à un prix inférieur à l’estimation des Domaines posait problème ; et que les conditions de ces ventes créaient des ruptures d’égalité entre les concitoyens. Elle contestait également son absence de représentation au sein du Comité d’expertise qui avait été créé.
Après un long exposé par Geoffroy de Beynast, adjoint chargé de l’urbanisme, avait rétorqué qu’il était bien prévu de faire voter un déclassement mais que celui-ci en tout état de cause ne pouvait avoir lieu tant que la DSP était en cours c’est à dire jusqu’au 31 décembre 2015. Il précisa que l’on en était au lancement de la procédure des candidatures ; que le problème du prix inférieur ne se posait pas car le terrain avait été acheté en 1875 à un prix forcément inférieur (l’opposition estimant pour sa part que c’est la valeur des Domaines qui importait) ; et que l’ADIL experte sur ce genre de dossiers serait présente au sein du Comité.
L’opposition de gauche, quant à elle, avait voté pour le projet estimant que « c’est un beau projet, qui va dans le bon sens« , qui avait un pan social et « était porteur d’espoir pour Les Sables d’Olonne, et qu’il fallait être constructif« .
Didier Gallot, maire des Sables d’Olonne, avait encore ajouté que ce projet était un moyen de modifier un peu la tendance, qu’il fallait trouver un moyen de loger aux Sables d’Olonne les salariés des entreprises présentes, notamment ceux travaillant à La Cabaude : « On essaye de faire avec ce qui nous reste comme terrain, nous le revendiquons, nous échouerons peut-être mais nous agissons sur le terrain de l’intérêt général« . Puis s’adressant à l’opposition de droite avec à l’esprit les récentes polémiques, il avait ajouté : « Vous pouvez écrire au Préfet et au Procureur, vous savez faire…mais vous effectuerez une mauvaise action ! Nous assurons politiquement ce projet ! » .

1ère pierre Lotissement des Roses – Brigitte Tesson, Didier Gallot, Philippe Justeau et Geoffroy de Baynast

Rappel des Conditions prévues
Le projet comprendra des logements en accès à la propriété, des logements locatifs et un Parc s’étendant entre la rue des Roses et le Boulevard Ampère. « Nous voulons redevenir une « ville à la mer » et non être une ville aux volets fermés une bonne partie de l’année« , avait alors déclaré le maire Didier Gallot.
65 lots étaient alors prévus pour 79 logements. Une première tranche de 19 logements qui doit être finalement lancée et dont les prix s’étaleront de 38.250 € (pour 153 m2) à 64.750 € (pour 259 m2). Le prix s’établit donc à 250 € le m2 au lieu d’un prix estimé par le Service des Domaines à environ 660 € le m2. On peut estimer l’effort de la Ville pour le rajeunissement de sa population à un peu plus d’1 million d’euros.

Des conditions stricts d’âge, de situation et de revenus maximaux avaient alors été établis (quelques modifications ont depuis été apportées afin de faciliter encore plus l’accession) :
– couple à la moyenne d’âge inférieure à 32 ans s’il n’a pas d’enfant; couple à la moyenne d’âge inférieure à 37 ans s’il a un enfant de moins de 6 ans; couple à la moyenne d’âge inférieure à 40 ans s’il a deux enfants de moins de 8 ans; couple à la moyenne d’âge inférieure à 45 ans s’il a trois enfants de moins de 10 ans; personne seule à l’âge inférieur à 35 ans s’il a un enfant de moins de 6 ans; personne seule à l’âge inférieur à 40 ans s’il a deux enfants de moins de 8 ans; personne seule à l’âge inférieur à 45 ans s’il a trois enfants de moins de 10 ans.

Devenir propriétaire: Situation : ne pas avoir été propriétaire de son logement durant les deux dernières années et ne pas posséder de patrimoine immobilier à usage d’habitat. Revenus : ils doivent être inférieurs à 54.000 € annuels pour un couple sans enfant ou une personne seule avec un enfant OU 60.000 € annuels pour un couple avec un enfant ou une personne seule avec deux enfants.
Un système de points a été établi afin d’effectuer des choix prioritaires parmi les dossiers, les critères les plus positifs étant les suivants : les revenus les plus faibles, les enfants les plus jeunes, les plus jeunes couples, avoir un emploi dans le secteur, être un « local » résidant aux Sables d’Olonne ou ans la communauté d’agglomération etc… Par ailleurs, il y aura des obligations : utiliser l’habitation comme logement principal pendant environ 200 mois (17 ans) et scolariser ses enfants dans les écoles sablaises. En effet, la Ville a constaté que ce n’était désormais plus des classes qui fermaient mais des écoles entières et elle espère mettre fin à ces fermetures avec ces nouvelles familles. Bien entendu, en raison de l’effort financier consenti par la Ville par ce projet, aucune spéculation ne pourra être réalisée ; en cas de vente pour une raison quelconque, la différence de prix entre le prix du marché et le prix d’accession devra être remboursée, ou le logement devra être transmis dans les mêmes premières conditions à une famille rentrant dans la typologie.
Créer un vivier de jeunes familles qui se renouvèle, tel est donc l’objectif de ce projet.
Voir vidéo ci-dessous
Philippe Brossard-Lotz
Le Reporter sablais

 

À propos Le Reporter sablais

11 plusieurs commentaires

  1. Belle vision du sujet . Oui , mais . Ne pas oublier , et omettre , que les propriétaires de mobil-homes et surtout de chalets , furent priés de déguerpir du terrain sans la moindre aide ni indemnité .
    Par ailleurs , ne pas oublier et omettre que l’ opposition de droite avait proposé de reprendre les locaux et terrains des 2 anciens hôpitaux , voisins immédiats ( ! ) , pour les réhabiliter en logements d ‘ une part et construction possible de dizaines de maisons individuelles ( comme celles sur le camping ) sur la parcelle vide en face de l ‘ école immédiatement devant en traversant la rue . Cela permettait à la fois le  » rajeunissement de la population  » et de maintenir l ‘ entreprise camping et ses centaines d ‘ usagers fidèles attachés aux Sables .
    Ensuite , aujourd’hui , montrer les maisons sortant de terre : OK . Oui , mais , sur les 19 premiers lots décidés en décembre 2015 , combien de réellement attribués ce jour ? Hum . Quelles conditions de construction sur les 3 lots en lieu et place de l ‘ ex piscine ? Nécessité de fondations spéciales , avec gros surcoût , à la charge de qui ?
    Enfin , quelle réelle atteinte des chiffres pour  » le rajeunissement  » annoncés , haut et fort , par monsieur l ‘ adjoint délégué à l ‘ urbanisme ( jamais démenti par le maire !) , cela dans les colonnes de Ouest France, rubrique les Sables d ‘ Olonne du 21/11/2014 ? Pour 50 maisons il affirmait :  » cela fera 250 personnes  » ( adultes +enfants ) . Simple curiosité : combien de personnes dans les 19 lots initiaux ? 95 ? Oui , 95 sur les affirmations de Mr de Baynast , non ? Auriez – vous l ‘ occasion de vérifier ? Si nombre pas atteint , pas du tout , alors les  » chassés  » du camping seront d ‘ autant plus amers et en mesure d’ en témoigner , si vous les questionnez .
    Conclusion : le lièvre et la tortue , qui gagne ?

  2. REGIS REGUIGNE

    2017 , le pot aux roses ?

  3. La maison en bois est horrible , comment la mairie peut autoriser ca …C’est comme les promoteurs immobiliers qui nous mettent des toits en ardoises à toute les sauces..

  4. Bien , bien , lors du conseil municipal de février 2017 ,  » ils  » ont décidé de lancer une seconde tranche de vente de parcelles à bâtir en lieu et place de l ‘ ex camping des roses . OK .
    L ‘ opposition de droite a voté contre et , ainsi , s ‘ est partiellement  » dédouannée  » de sa « non opposition » sur la création de ce lotissement .
    Avant toutes choses , n ‘ est – il pas temps de s ‘ enquérir de combien de personnes vont peupler les 18 premiers lots déjà attribués ? Oui , combien d ‘ habitants , adultes + enfants dans ces 18 lots ?
    Pourquoi cette  » brûlante  » question ?
    Tout simplement pour vérifier , et valider, éventuellement, les affirmations de monsieur le maire – adjoint à l ‘ urbanisme ( avec signature , donc pouvoir confié par le maire ) , monsieur de Baynast qui , dans la rubrique des Sables d ‘ Olonne du Ouest France du 21/11/2014 affirmait  » Nous ferons bâtir 50 maisons dans ce lotissement ce qui adultes et enfants compris fera 250 personnes  » . Parfait , il annonçait donc une moyenne de 5 personnes par maison , UNE MOYENNE .
    Qu ‘ en est – il donc , chiffres à l ‘ appui , sur ces 18 lots ? Où sont les : 18X5 = 90 habitants annoncés ? Si le nombre n ‘ est pas atteint , malgré l’ affirmation préalable , JUSTIFIANT INDIRECTEMENT LA FERMETURE ET LA SUPPRESSION DE L ‘ ANCIEN CAMPING DES ROSES POUR CAUSE DE NECESSAIRE REPOPULATION DES SABLES EN PARTIE VIA CE LOTISSEMENT; QUE VONT DIRE ET QUE VONT FAIRE L ‘ ANCIEN GESTIONNAIRE DONT LE BAIL NE FUT PAS RECONDUIT , ET , SURTOUT, QUE VONT DIRE ET QUE VONT FAIRE LES ANCIENS PROPRIETAIRES D ‘ HEBERGEMENTS , MOBILE- HOMES ET CHALETS QUI FURENT CONGEDIES SANS TAMBOURS NI TROMPETTE DE CE LIEU QU ‘ ILS  » HABITAIENT  » DEPUIS DES DECENNIES ?
    Non , » le dossier » n ‘ est pas clos ; même si  » les promesses électorales n ‘ engagent que celles et ceux qui les écoutent  » , dicton connu .

  5. REGIS REGUIGNE

    Les promesses , les promesses !

  6. LES MAISONS SOCIALES OUI , combien/ mois ? Questionnez le lotisseur .

  7. REGIS REGUIGNE

    Vue l ‘ étroitesse des parcelles , les maisons qui sortent de terre ont des allures de cubes comprimés par les deux côtés verticaux . Le rapport : hauteur – largeur est souvent  » pas très joli  » . Idem sur les maisons sociales , mais , elles présentent le mérite important de proposer des logements de qualité, peu chers ; dans les normes actuelles d ‘ isolation sonore et thermique appréciables pour les ménages qui s ‘ y installeront ; certes , leur rapport hauteur – largeur est également  » très moyen  » en esthétique .

  8. REGIS REGUIGNE

     » Bizarre , vous avez dit bizarre ; comme c ‘ est bizarre !  » .
    C ‘ est toute la question à propos de l ‘ absence ,  » prolongée  » ( ? ) , de toute construction de pavillons sur les 3 lots correspondant à l ‘ emplacement de l ‘ ex piscine du camping des roses .
    Hasard , vous avez dit hasard ?

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*